AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Blood's Fished Invité ! Tu es à la recherche d'un forum très sérieux (aa) où passer du bon temps ? N'attends plus & rejoins-nous car tu es à la bonne adresse. ♥️

Partagez | 
 

 Wake me Up, before you go go... [ Sissy&Dean♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar

★ je suis N. Dean Winchester



Féminin
Ҩ CREDITS : By Sianna ou Barda :)
Ҩ MESSAGES : 111


What do you say about me ?
Ҩ GROUPE:
Ҩ A SAVOIR:
Ҩ CHRONOLOGIE:

MessageSujet: Wake me Up, before you go go... [ Sissy&Dean♥]   Dim 25 Sep - 16:40


Come on, Will we grow up & understand that we're in love ? It's never gonna happen..


« Tiens ! Sa t'apprendra à me réveiller à chaque fois que j'dors ici ! » Je dormais profondément, du moins j'essayais de finir ma nuit quand soudain un impact ne manqua pas de me réveiller. Un impact en pleine tronche, la voix de Sissy dans mes oreilles, quel meilleur réveil que celui-ci ? Je me redressa sur mon lit, finissant d'ouvrir les yeux pour pouvoir regarder à la porte. Bien sûr, elle n'y était plus. Je me mis à grommeler dans ma barbe quelque chose de pas très compréhensible je pense. « 'Tain, t'fais chier... » Ou alors si, c'était compréhensible. Et très classe encore une fois. C'est ce que me représente, ma classe infinie, mon vocabulaire soutenue. Je me mis alors à rire en pensant à tout ça puis je m'assied sur le rebord du lit, levant les bras en l'air afin de m'étirer comme je pouvais. Regardant l'heure qui était inscrite sur mon réveil, je crut halluciner ! « Non mais elle est sérieuse ? » J'avais souvent l'habitude de parler seule, surtout quand ça concernait Sissy, elle devait sûrement me rendre folle cette nana. C'était même sûr et certain. Il y a deux soirs, elle a dormit ici, et ok, j'avoue, le réveil que je lui ai fait n'a pas été très sympa, une bouteille d'eau fraîche sur le visage. Je le conçoit. Mais il était 11h du matin, pas 7h46 ! Je me redressais rapidement et marcha jusqu'à ma fenêtre en réfléchissant déjà à ma vengeance. On était vraiment comme deux enfants en mal de reconnaissance mais jamais d'imagination. C'était une perle cette fille, même si jamais je lui dirais ce que je pense vraiment d'elle. Cette fille me rend toujours le sourire, et ça c'est presque quasi impossible, j'ai jamais été très ... positif, sociable. J'ai mon frère et ça me suffit ! D'ailleurs, mon frérot devait dormir avec sa femme à l'heure qu'il est. On avait fait un repas la veille, préparé par les filles bien sûr alors que nous on matait le match en hurlant sommes d'incivilités. Certes, ça fait clichés, mais que voulez-vous. Puis les filles nous ont rejoint et c'est à quatre qu'on a donné de la voix. Ridicule peut-être, mais on a passé un bon moment. J'étais sur mon fauteuil, et Sissy sur le sofa, à côté d'Ef' qui elle était affalé sur son mari, alias mon frère. Ah, je commence m'y faire tout doucement. Ma bière à la main, je crois que Sissy m'a grillé à de nombreuses reprises en train de la fixer. J'essaye d'être discret pourtant, mais rien n'y fait je ne suis pas très fin. Et la façon dont elle se mordillait parfois la lèvre, ou alors le regard dégoûté qu'elle me lançait m'a mis dans le flou. Elle aime jouer, me repousser, puis m'embrasser. Faudrait qu'elle sache un jour ce qu'elle veut. Mais quand elle saura, moi je ne saurai pas. On est comme ça, c'est ainsi, et je pense que ça durera longtemps. Chien & Chat ...

Après avoir vu que le temps n'était pas au beau fixe, je quittai ma pièce pour descendre l'escalier en bois, par conséquent pas très silencieux. J'avais une vision sur le salon et les bouteille vides me saluaient poliment. Un petit sourire se dessina quand j'entendis Sissy faire du bruit dans la cuisine, elle semblait galérer avec le micro-onde ou je n'sais pas. J'entendais le " BIP " toutes les 3 secondes. Je la rejoignit et à la seconde même où je la vis, mon visage se tendit et une expression neutre se forma. « Toujours pas douée à c'que j'vois. Tu m'fais couler un café steplé ? » C'était ma façon de lui dire bonjour. Et je sais bien qu'elle avait elle aussi sa propre façon de s'adresser à moi. J'attendais l'attaque, alors que je m'asseyais autour de la table, une main sur le crâne qui me lançait méchamment. J'avais bu combien de bière hier ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

REMEMBER a past happiness
with joy, love and friends


avatar




Féminin
Ҩ QUARTIER : Westside Vancouver & QG made in Europe
Ҩ CREDITS : starry eyes, arya_c, tumblr
Ҩ MESSAGES : 849


What do you say about me ?
Ҩ GROUPE: chasseurs
Ҩ A SAVOIR:
Ҩ CHRONOLOGIE:

MessageSujet: Re: Wake me Up, before you go go... [ Sissy&Dean♥]   Mer 9 Nov - 0:05



Vous avez déjà eu cette stupide impression que quelque chose va de travers sans savoir quoi ? Cette impression qui peut vous réveiller en pleine nuit, accaparer toute votre attention en journée ou encore être un grandement sourd tout le long de votre journée. Cette fichue impression qui ne vous quitte plus une fois arrivée, du moins jusqu'à ce que vous trouvez ce qui ne va pas. Mais le problème de cette impression là, celle ci et pas une autre, c'est que justement vous ne trouvez pas ce qui ne va pas. Et cette impression je ne la connaissais que trop bien. Elle m'avait suivi pendant des années, pour ne pas dire toutes mes années, pas toujours la même mais il fallait croire qu'il était régulier que quelque chose n'aille pas. A vrai dire, elle me suivait toujours, ce petit ressenti que je gardais au fond de moi dans la même case où j'avais rangé cette once d'espoir enfantin qui me restait encore sur ce que j'appelais « l'Affaire » avec un grand A comme celui au début de ce dont elle m'avait longtemps privée. Oui j'avais toujours cette petite chose qui me préoccupait quand j'avais le temps de laisser mes pensées aller. Et puis de temps en temps, une autre s'y ajoutait. Souvent c'était au travail, sur une affaire où je voyais bien que les pièces du puzzle ne collaient pas, qu'il me manquait quelque chose pour comprendre, que je me fourvoyais dans mes soupçons. Je savais la reconnaître quand je la voyais, elle était monnaie courante dans mon métier et je devais dire que j'avais un instinct particulièrement bien développer, sauf quand il s'agissait de survivre peut être. Et cette impression c'était elle qui me hantait à l'instant présent. Pourtant, il ne pouvait s'agir du travail puisque je venais de prendre quelques jours de congés après une très longue affaire qui avait concerné tous les différents aspects de mon métier, que ce soit la partie officielle ou secrète. Une longue affaire qui avait fait que personne ne se serait permit de me refuser le droit de me reposer. Du mercredi au lundi d'après, j'avais l'impression de rêver même si je me doutais que le nom de Athéna viendrait s'afficher bientôt sur mon portable. Elle ne pouvait se passer de moi ! Que ce soit pour le boulot ou simplement parce qu'une solide amitié nous liait et que l'absence de l'une influençait sur le moral de l'autre. J'aurais qu'à lui proposer de ce voir ce soir, limite je dormirais au conseil pour être sur de me lever demain. Oui car mon congés touchait à sa fin. Mais je savais que ce n'était pas l'optique de reprendre le travail qui me tracassait tellement. Non il y avait autre chose, quelque chose de différent qui faisait que depuis plusieurs minutes, combien je ne sais pas, je me restais éveillée dans mon lit sans savoir quoi faire. Cela m'arrivait régulièrement, je devais bien le dire. J'avais le sommeil assez léger de manière générale et peu d'heure suffisait pour que je remplisse les batteries pour une nouvelle journée qu'elle dure entre douze et quarante huit heures. Je tenais assez bien, du moment que j'avais une bonne tasse de café. J'aimais dormir, et quand je prenais des vraies vacances, plus longues que cinq petits jours, je pouvais jouer à la marmotte. Sauf qu'aujourd'hui, je n'y arrivais vraiment pas. Après encore un nombre indéterminé de minutes, je finis par me retourner dans l'intention de quitter mon lit. Et je me retrouvais brutalement au sol. Mon lit était plus grand que ça normalement... et cela me revient. J'avais passé la soirée d'hier et la nuit chez Effy, et donc chez Sam et Dean. Cela avait été une agréable soirée, très bonne même que j'avais savourée plus que celle de l'autre jour. Et ma nuit venait également d'être meilleure. Voilà ce qui me semblait bizarre : je n'avais pas encore était réveillée de façon stupide par un Dean bien content d'écourter ma nuit, ne serait-ce que de quelques minutes. Même quand je mettais un réveil, que je me levais tôt pour aller travailler, il se débrouillait toujours pour se lever avant moi et me réveiller d'une manière tout à fait charmante, comme une bouteille d'eau. Cela était assez agaçant, bien que j'avais fini par apprécier un minimum l'attention : j'aimais encore moins la sonnerie de ce fichu réveil.

J'attrapais mon portable posait pas loin du lieu de chute. Je dus tâtonner un peu, mes yeux pas encore habitués au peux de lumière, mais ma main fini par se refermer sur l'appareil. C'était un reflex que j'avais acquit avec les années : il me servait de montre et je regardais au passage si je n'avais pas reçu de message ou d'appel pendant la nuit. Je vis l'heure s'afficher sur le cadran : 7h40. Ah oui bien sur... cela explique ceci : si Dean en m'avait pas réveillé c'était probablement qu'il dormait encore vu l'heure, et celle à laquelle on s'était tous couché, bien que je doute qu'on se soit réellement endormi à ce moment là. Surtout Sam et Effy à mon avis mais je me passerais de détails sur leur nuit à vrai dire. Me relevant comme je pouvais pour m'adosser au canapé sur lequel je venais de passais la nuit, j'entrepris d'envoyer un message. « Bon matin ! Devine qui est assez con pour se réveiller tôt même quand elle bosse pas ? Et tomber du canapé sur lequel elle a sorti ? Oui, c'est bien moi ! J'espère que tu as plus dormi que moi. Bon courage pour aujourd'hui. On se voit ce soir ? Genre, dormir au conseil ? » Et ce message était bien sur destiné à Athéna. J'espérais qu'elle était levée ou que dans le cas contraire, elle avait éteins son portable. J'aurais pas été très fière de la réveiller si tôt alors qu'elle avait l'occasion de faire le grasse matinée. Sauf si... j'envisageais la possibilité qu'elle n'ait pas passé sa nuit seule et j'avouais que dans ce cas j'aurais aucune honte des les avoir réveillée. Je lui rendais que ce qu'elle m'avait fait déjà plusieurs fois sans que je puisse avoir l'occasion de me venger. Et puis si c'était Leo... Un petit sourire sadique vient se poser sur mes lèvres, agrémenter d'une touche de tendresse face à l'image de ce couple, alors que je me levais, renonçant à l'idée de me rendormir. Je déposais mon portable sur la table basse du salon, là où il était avant que je me lève à vrai dire. Je cherchais quelques secondes mes repères dans cette pièce à laquelle je ne m'étais pas encore beaucoup habituée. J'y avais passé du temps c'était vrai mais j'avais encore du mal et je savais par expérience qu'au réveil j'avais encore l'habitude de leur ancien appartement. Mes genoux avaient très bien retenus la leçon l'autre jour. Puis, encore peu réveillée mais maintenant en possession de mes moyens, je me rendis dans la salle de bain pour me passer un coup d'eau sur le visage. J'avais pas l'intention de me laver ou même de me changer maintenant, juste de me débarbouiller un petit peu. Alors que je me rendais, bien gentiment, vers la cuisine, je passais devant la chambre de l'autre célibataire endurcis de cette maison. Un sourire encore plus sadique et joueur que celui d'il y a quelques minutes se fendit sur mon visage. Doucement je poussais la porte entre-ouverte qui prouvait l'état pas net dans lequel il était en allant se coucher hier. J'entrais sur la pointe des pieds et, avec une retenue importante de peur de le blesser, je lui envoyais mon poing dans la figure. Juste sous le menton pour bien le réveil et lui donner au pire un bleu qui mettrait plusieurs jours à partir. Je lui criais une remarque désobligeante à l'oreille avant de m'échapper, lâchement sans qu'il puisse répliquer. Du Dean tout craché, j'étais fière de moi.

Je finis tout de même par atteindre la cuisine à la fin de ce périple. Bon d'accord, peut être pas un périple mais voilà. Réveiller Dean est quelque chose de super risquer que je risquais de payer de plusieurs nuits de sommeils et de beaucoup de blagues et autres ce matin. Je haussais les épaules, à la fois contrarié qu'il puisse penser à se venger de ma vengeance et heureuse que cela nous fasse passer du temps ensemble. Il était étrange que je puisse dans le même instant être à la fois tellement agacée par Dean et aussi... contente pour les mêmes raisons. Mais j'avais commencé à me faire à ces sentiments contradictoire que générer Dean chez moi, bien qu'ils soient de plus en plus extrêmes. On apprenait à vivre « ensemble », à se gérer, à éviter les conflits mais quand ceux ci éclataient ils en étaient que décuplés. Pourtant plus le temps passait plus je m'attachais à ce grognon là. Je le savais, j'avais plus ou moins testé mon attachement à lui sans vraiment le formuler ainsi à un quelconque moment dans ma tête mais il m'avait donné le même résultat. Et j'avais ce besoin de présence, ce manque affreux qui pouvait me prendre. Penser à tous ça aller finir par me coller un mal de tête. Je pris le papier sur la table de la cuisine et le lus en diagonale. Sam nous informait qu'ils étaient sortis pour la matinée, ce qui nous laissait seul Dean et moi. J'avais nettement l'impression qu'il y avait une moquerie dans la dernière phrase nous incitant à ne pas faire de bêtise, et qui aurait plutôt l'effet inverse sur ma personne mais bon surement un truc entre frères. Je comprenais pas toujours leurs histoires, pour ne pas dire jamais. C'était un peu comme ce qu'ils faisaient dans la vie : un mystère jamais résolu à ce jour. Sammy était particulièrement doué pour m'embrouiller et Dean pour ne même pas essayer de me répondre. Je lançais un café, truc impératif le matin. J'étais vraiment pas douée pour le faire moi même mais visiblement Dean n'était pas encore levé et les deux tourtereaux n'étaient pas là. Je vis un papier avec les doses à respecter sur le paquet de café et je me retiens à peine de rire. Merci Effy de me faire encore plus passer pour une autiste. Puis, j'ouvris le frigo. J'en sortis le lait et mes yeux se posèrent sur une assiette que je reconnus de suite puisqu'elle venait de chez moi : le reste de pancake de l'autre jour. Un grand sourire au lèvre, je la sortis du frigo et entrepris de la faire réchauffer. Les pancakes avaient quelque chose de sacré pour une écossaise comme moi. J'avais grandit en en mangeant au petit-déjeuner et à pleins d'autres moments de la journée.

Je n'entendis pas Dean arriver dans la cuisine, trop concentrée à essayer de faire fonctionner le micro-onde. J'ai pourtant sure qu'en appuyant sur ce bouton là, ça lancerait le machin, le décompte... bref que ça démarrerais ! Mais visiblement, c'était pas celui-ci, ni celui d'à côté. A moins que ce soit lui... J'étais plongée dans mes reflexions si bien que je manquais de sursauter à la phrase si douce et agréable de Dean. Ne pas sursauter, ne rien laisser paraître. J'agissais avec lui comme avec un « client », je me contrôlais à l'extrême. Essayais, faute de ne rien ressentir, de ne rien laisser paraître, pas une once de sentiment. Je savais que j'y arriverais pas, qu'il penserait que quelque chose n'allait pas mais c'était le matin et j'étais encore moins en état de jouer un sentiment à la place du vrai. En Ecosse, on a de vrais micro-onde au moins... Je bougonnais ça dans ma barbe, inexistante je tiens à préciser. Voilà dix ans que je me battais avec ces machins là, typiquement américains. Je finis par abandonner, le regarde limite triste, l'idée de manger les restes de pancakes. Et on sait tous que froids c'est moins bon ! Décidée à faire attendre Dean, je me baissais pour prendre un paquet de céréales dans un placard. Je pris bien mon temps pour choisir entre les deux sortes qu'il y avait bien que je sache dès le début laquelle, j'allais prendre. Puis, je me décidais à me relever, à adresser un regard au beau brun présent dans la pièce. Je lui fis un vague signe de la main tout en baillant, signe qui se transforma vite en un geste de remise en plus des ma chemise de nuit. Note à moi même : prend un truc plus long la prochaine fois, et plus haut tiens. Je sortis deux bol, l'un que je remplis de café et l'autre que je laissais vide. Je lui tendis le sein. Tiens ! Puis je me servis mon petit-déjeuner et enfournais vite faite la première cuillère dans la bouche, bon dieu que j'avais faim ! Je laissais m'échapper un son de plaisir, mon estomac atteignait l'extase : à manger. Alors bien dormi ? Oui, sa chambre était plus proche de celle de son frère que l'était le salon. Alors, cela était devenu un sujet de plaisanterie, un moyen d'essayer de faire rougir le couple que formé son frère et ma meilleure amie. Pas très efficace comme moyen, surtout quand l'un des deux était Effy avec qui je parlais assez librement de tout, enfin de ça aussi quoi. Mais vu ce qu'ils avaient bu hier soir, la nuit avait pu être pas si bonne que ça. Avantage à ne pas boire. Quand je disais que ce n'était pas sans raison que j'avais décidé de pas boire. C'était mieux pour ma santé, mes nuits, mon boulot, mon moral... bref, je manquais peut être quelque chose mais j'y gagnais plus qu'on pouvait le croire. Le réveil t'a plu, j'espère... Je me penchais vers lui tout en disant ça, lui fis un discret clin d'oeil. Puis comme si de rien n'était, je remplissais à nouveau ma bouche. Loin de moi l'idée de le séduire, j'avais même pas conscience que mon comportement pouvait mener à ça. Enfin si je le savais mais quelque part, bien au fond, dans une case que je n'associer par vraiment à Dean, ou que je ne pensais pas associer à Dean plus précisément. Non, je jouais juste, dans un sens parfaitement innocent : je le taquinais quoi. Et réveillé par un coup de poing et visiblement un sacré mal de tête, du moins vu la grimace qu'il faisait, un très bon mélange.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

★ je suis N. Dean Winchester



Féminin
Ҩ CREDITS : By Sianna ou Barda :)
Ҩ MESSAGES : 111


What do you say about me ?
Ҩ GROUPE:
Ҩ A SAVOIR:
Ҩ CHRONOLOGIE:

MessageSujet: Re: Wake me Up, before you go go... [ Sissy&Dean♥]   Mar 29 Nov - 3:44

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




★ je suis Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Wake me Up, before you go go... [ Sissy&Dean♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wake me Up, before you go go... [ Sissy&Dean♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD'S FISHED ℘ que la guerre commence... :: Vancouver :: eastside vancouver :: résidences-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com