AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Blood's Fished Invité ! Tu es à la recherche d'un forum très sérieux (aa) où passer du bon temps ? N'attends plus & rejoins-nous car tu es à la bonne adresse. ♥️

Partagez | 
 

 Quand un coeur éteint décide de se réanimer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Dim 5 Déc - 21:07



* Quand un cœur éteint décide de se réanimer…

[pv avec Jesse Ateara]*



1, 2, 3, j'irais chez toi...
4, 5, 6, ton père perdra un fils...
7, 8, 9, je vais t'égorger comme un boeuf...





J’avançais droit devant moi d’un pas décidé. Je reconnaissais très bien les lieux comme une maison qui avant m’appartenait, un territoire que maintenant je voulais annexée. Il était temps que le Canada se plie aux lois des Volturis et j’entendais bien m’en assurer. Non je n’étais pas venue ici pour rentrer à la maison. Je ne me sentais plus chez moi ici. Aujourd’hui ma place était avec les Volturis. C’est avec eux que j’ai retrouvé du réconfort… Eux qui m’ont aidé à me relever pour faire de moi une vampire puissante. Non plus une hybride mais bien une vampire. Je réfutais ma partie humaine qui me rattachait à mon ancienne vie. Je l’avais enterré en même temps que mon humanité et la possibilité d’aimer. J’en avais trop souffert. J’avais connu trop vite et trop jeune trop de passions qui avaient fini par dévaster ma vie. Je voulais la reformer sur de bonnes bases et ne plus revenir sur cette voix que j’avais prise plus jeune.

Je marchais loin de ma troupe dans cette forêt que je reconnaissais. Je leur avais dis de m’attendre dans la grande ville la plus proche en attendant. Je leur téléphonerais le moment de venir. Seulement un homme m’accompagnait. Dans une hiérarchie il y avait souvent les soldats de base, le chef de guerre et entre eux un homme de confiance, soldat aussi mais qui a prouvé sa loyauté et son courage. Mike en faisait parti. Bon nombre de fois il me protégea et joua le rôle d’un grand frère quand j’avais besoin. C’est bien pour ça que j’avais tenu à ce qu’il m’accompagne au Canada. Je savais que revenir ici risquait de me remémorait des souvenirs qui pourraient me détourner de mon idée de départ. Mike et moi n’avons alors aucune relation à part de la confidence et du soutien. Il a été l’un des premier Volturi à m’accepter malgré mes origines, voyant en moi un grand potentiel. Il était plutôt diplomate mais il savait aussi prendre place sur le terrain quand il le fallait. Bref j’avançais vers la maison de mes parents me méfiant des odeurs alentours. Je ne voudrais pas tomber sur mon père ou même un autre membre de la famille ou un Quileute. J’étais sur un terrain miné. Mike le savait. Je lui fis signe de me suivre très vite. J’arrivais à la lisière de la forêt. La maison de mes parents était droit devant moi toujours là. Rien n’avait changé en deux ans. Je fermais les yeux un instant pour sentir qui pourrait être dans les parages. Je laissais mon ouïe jouer un complot à mon analyse. Personne… j’avais un coup de chance. Je courrais très vite vers la porte pour entrer et atteindre ma chambre en trop peu de temps. Mike me suivit de près. Je marchais alors sur le lino en regardant autour de moi. Rien n’avait bougé sauf peut-être quelques photos en plus. C’était étrange… Je m’approchais de ma commode pour saisir une photo de famille. Je voyais mon frère me tenir sur son dos en éclatant de rire et ma mère dans la même position sur le dos de papa. Je me souvenais de ce jour où on a voulu faire une course… C’était Bella qui avait prit la photo. Je la reposais pour regarder les autres. Je supposais que maman ait mis ces photos d’elle-même. Je vis alors une photo de moi et de Jesse juste à côté. Il me tenait tendrement dans ses bras en écoutant Matthew surement lui parler. J’avouais adorer être collée sans arrêt à lui. Je plaquais la photo de façon à la cacher de ma vue. Je ne m’arrêtais même pas sur celle de Chris trouvant ça trop prise de tête. Je partis alors dans ma garde robe. J’étais venue ici pour récupérer des habits mais aussi quelques accessoires qui me seront pratique. Une fois un sac fait je fis signe à Mike que j’avais fini. On sortit alors de ma chambre en sautant directement par la fenêtre pour filer. Mike me demanda bien évidemment sur la photo que j’avais plaqué c’était Chris. Je me renfrognais. Non ce n’était pas Chris… En avançant vers la ville par la forêt je lui répondis tout de même.

MILIE « Il s’agissait de Jesse… »

MIKE « Je croyais que ton ex-fiancé s’appelait Chris. »

MILIE « Il s’appelait bien comme ça. Le mec que tu as vu est le premier petit ami que j’ai eu… Il fait aussi parti de la famille étant un membre de la meute de mon père… »

MIKE « Tu ne m’a jamais parlé de lui. »

MILIE « Parce qu’il n’y a rien à dire… » dis-je en détournant le regard.

MIKE « Je te connais Milie… Raconte-moi qui il est. »

MILIE « Il était. C’est du passé je refuse d’en parler. »

Je voyais bien dans ses pensées qu’il ne comprenait rien à tout ça. Il me voyait bien fiancé avec Chris et il savait que je l’ai aimé mais il ne voyait pas quel rôle venait jouer Jesse surtout pour refuser d’en parler de cette façon. Il finit par lâcher l’affaire sachant très bien que je n’en démordrais pas. On finit par arriver en ville. Forth Smith était étrangement pareil que dans le passé. Je retrouvais ma petite troupe. Je demandais alors à Mike de rester avec eux. J’avais quelque chose à régler. Il était tôt le matin… Je savais que l’idée qui venait de me traverser l’esprit était mauvaise. Mais je devais m’en assurer et même peut-être éradiquer le problème une bonne fois pour toute. Il ne brocha pas et resta sagement avec les autres vampires alors que je partais seule. La maison suivante que je choisis ? Elle fut celle des Ateara. Qu’es-ce que je foutais là ? Comme je vous le disais : je voulais éradiquer un problème et mettre à la fois un avertissement pour la meute. J’ai bien changé depuis deux ans. Je me nourrissais d’humain sans gêne. Je tuais d’autres vampires qui ne respectaient pas la loi. Je n’étais pas à un loup prêt. Pourquoi lui ? Je savais que plus tard je risquais de ne pas en être capable. Je sentais l’influence de cette photo monter en moi. Je n’aimais pas ce sentiment. Il me rendait bien trop humaine et faible. Je ne voulais pas ressombrer dans tout ça. J’avais tiré un trait à tout ça. Il était ma dernière barrière pour devenir un vampire à part entière… Je savais comment m’en débarrasser pour avoir vécu avec eux. Lui briser les os et le poignarder en plein cœur avant de lui briser la nuque devraient suffire. J’arrivais à cette maison. Je restais suffisamment loin pour que mon odeur ne me trahisse pas. Les frères et le père comme d’habitude de bon matin étaient déjà réveillés et surement avec mon père. Jesse a toujours eu la fâcheuse manie de trainer dans le lit. Je me souvenais plus jeune allé le voir alors qu’il n’était même pas encore levé. Ainsi les choses seraient facilitées. Je sentais sa respiration lente indiquant qu’il dormait tranquillement. J’approchais de la maison pour finir par entrer et me retrouver dans sa chambre. Je vis un sac de voyage à peine défait au pied de son lit. Serait-il revenu d’un voyage ? J’ignorais qu’il m’avait suivi tout le long jusqu’à ce qu’il comprenne que je revienne « à la maison » et qu’il en face de même. J’avançais vers lui le poignard à la main. Je n’avais plus qu’à le saisir alors qu’il dormait paisiblement. Ce n’est pas la première fois que je tuerais quelqu’un dans son sommeil. Au fond de moi quelque chose me disait ou me soufflait même que je ne devais pas. Cette voix était si enfouit que je continuais dans mon avancé. J’allais enfin le saisir quand mon regard se posant sur la photo de nous sur sa table de nuit m’arrêta nette. Le poignard m’échappa des mains quand je vis la scène de cette photo. Jesse bougea pile au bon moment évitant de se le prendre ne plein de le bras. Il vint atterrir direct à côté dans le matelas. Je tentais alors de l’enlever m’insultant intérieurement d’idiote. Mon visage n’était pas si loin de celui de Jesse à ce moment. Je réveillais par la même occasion Jesse. Dans le genre pas doué. Super la grande chef des armées Volturis ! Je passe pour novice là ! Pendant mon instant râlement intérieur et récuppérage de poignard Jesse ouvrit et referma les yeux pour se demander s’il ne rêvait pas. Je n’eus alors pas le temps à quoi que ce soit qu’il posa sa main sur ma joue pour m’attirer vivement à lui et m’embrasser. Ma main lâcha une fois de plus le poignard qui tomba au sol. Je posais alors ma main sur son torse non pas pour l’attirer à moi mais pour… l’attirer à moi. Il se retrouva assis face à moi. Je sens que je risque de regretter amèrement mais comment repousser… une simple évidence ? Je devais pourtant m’écarter de lui et finir le travail. Je courais à ma perte quand je le laissais enfin me basculer en arrière pour m’embrasser les lèvres puis la nuque. Je savais comment la dernière fois ça avait finir. Je devais lui briser les os. Ça serait si facile de poser mes mains et de serrer. Je posais mes bras autour de lui. Je commençais à serrer quand il recaptura mes lèvres. Au lieu de lui briser les os, mes ongles s’enfoncèrent simplement dans son dos légèrement sans faire trop de mal. Je me mordais les lèvres quand il les quitta au lieu de mordre les siennes violemment. Je sombrais et en plus avec un certain plaisir profond malgré moi. Me redressant je… lui enlever le t-shirt O.O ! Il se laissa faire sans rien dire que du contraire. A peine ses lèvres pas loin des miennes que je me chargeais de moi-même de les regagner avec une passion violente. Autant vous dire la vitesse où le bouton de son jean sauta. Comme son jean d’ailleurs. Et tout autant que mon t-shirt bien évidemment. Milie stop stop stop !!! J’étais en train de faire exactement le contraire de ce qui devrait être. Tiens sur ce coup je ne restais fidèle à moi-même. Incapable de suivre les plans prévus à la lettre. Il fallait toujours que j’en fasse à ma tête. Mon pantalon à moi finit par voler tout autant que le sien. Je me retrouvais allongée sur son lit la tête à la place des pieds et lui sur moi. Pour la première fois depuis longtemps je ressentais mon cœur vibré comme jamais je n’avais pu le sentir. Ce fut peut-être ce sentiment d’ailleurs qui me sauva de justesse de ma bêtise innée. Je le propulser avec force par la suite à l’autre bout de la pièce pour qu’il finisse le dos contre le mur avant de glisser et retomber sur le lit. Je sortis du lit à une vitesse hors norme reculant loin. Mon cœur allait à un rythme que je ne pouvais réfreiner.

MILIE « Non. Ne t’approche pas de moi. »

Comme s’il allait m’écouter… Je n’avais pas changé sur mes façons de réagir. Je le connaissais aussi pour savoir qu’il ne m’écoutera pas. Je choppais avec vitesse le poignard au sol avant de revenir dans ma position loin de lui. Je le tendais vers lui, le stoppant net. Ma voix était non pas faible mais violente et pleine de reproche. Mon regard n’en disait pas moins. Je répétais mes mots un par un pour qu’il comprenne. Je sentais déjà que c’était trop tard… Je venais de m’empaler au plus profond de mon cœur de façon très douloureuse. Les souvenirs me revenaient en plein dans la figure. Seulement il n’y avait pas de place pour Jesse dans ma nouvelle vie. Je n’étais plus qu’une vampire… Je le menaçais de mon poignard sans céder une seconde. Allait-il défier mon interdiction ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Mar 7 Déc - 0:27

    La lumière était allumée. A l'intérieur rien ne laissait penser que quelque chose de dramatique s'était produit récemment et pourtant … Un homme était assis sur le canapé, zappant machinalement les chaînes de sa télévision moyenâgeuse alors qu'un autre, assis sur un tabouret de barre, discutait avec le premier en sirotant un verre d'un liquide sûrement alcoolisé. Il n'y avait pas une grande ambiance festive, mais il n'y avait pas non plus de raison particulière pour qu'il y en ai une. L'heure était suffisamment avancée pour que toutes les lumières aux alentours soient éteintes. Par la fenêtre, une ombre tapie dans le noir observait la scène. Attirer par la lumière et la chaleur du foyer, l'ombre failli se trahir mettant un pied trop près de la fenêtre au risque d'être éclairée par la lueur émanant de la pièce. Une branche craqua et l'homme assit sur le tabouret regarda aussitôt en direction de la fenêtre, mais l'ombre avait déjà reculé. Que faisait-elle là à espionner ces pauvres gens ? A qui appartenait-elle ? Pourquoi n'entrait-elle pas carrément si cette famille l'intéressait ? L'homme, qui semblait bien plus mûr que le jeune homme qui était partit d'ici il y a deux ans, revenait tout simplement chez lui. Ce foyer, cette chaleur, ces personnes, Le jeune homme les connaissais bien puisqu'il s'agissait de sa précédente demeure et de deux des trois hommes qui composaient sa famille.

    J'étais là, devant la fenêtre et je n'osais pas entrer. Ils avaient l'air si bien sans moi. C'était peut être bien mieux quand je n'étais pas là finalement. Mon père n'avait pas un grand sourire, mais il semblait calme et serein. Je ne l'avais jamais vu aussi serein depuis la mort de maman. J'étais la cause de ses tourments, je lui en faisait voir de toutes les couleurs et il était bien mieux libéré de cette charge. Je me demandais alors pourquoi j'étais revenu si c'était pour lui gâcher le bonheur. Je n'avais pas le droit de faire ça. Pas le droit de partir pendant deux ans, de le faire souffrir et de revenir comme si de rien était parce que ça m'arrangeait. Je ferais mieux de ne jamais revenir dans leur vie, ils étaient bien mieux sans moi c'était un fait certain. Je pris mon vieux sac de voyage, le mis sur l'épaule et m'éloigna de la maison après un dernier regard. Où est ce que j'allais ? Aucune idée, mais je ne devais plus remettre les pieds ici. « Jesse … ? C'est toi petit frère ? » Je m'arrêta net. Cette voix je la reconnaîtrais entre mille. Par tous les saints, je ne pensais pas que ça m'aurait fais autant de bien d'entendre cette voix parvenir à mes oreilles. Je ne bougeais plus, j'étais comme pétrifié. Je n'osais même pas me retourner pour voir le visage de mon frère. Je ne devais pas revenir dans ça vie, je n'avais pas le droit. Je me retourna pourtant, jeta un regard par dessus mon épaule pour croiser celui de mon aîné. Ils en disaient long. Pas besoin de mots ni de gestes, on se comprenait très bien en silence. Je soupira et me retourna pour partir, mais une voix me glaça le sang. « Jesse … Viens mon fils, tu es le bienvenue à la maison ... ». Merde ! Je n'aurais jamais pensé que j'étais faible à ce point ! Pendant deux ans je m'étais pourtant endurcit, j'étais bien loin du petit ado que j'étais quand j'ai quitté Fort Smith, mais entendre cette voix presque implorante m'avait fait perdre tout mon orgueil et avait fait tomber le masque de fierté que j'avais revêtis ces dernières années. Je me retourna lentement et me voilà face au perron, mon frère au bord des escaliers et mon père une main sur son épaule. Je sentis quelque chose monter en moi et j'eus du mal à rester de marbrer. Finalement, un sourire s'étira sur le visage de mon frère et sans que je le vois venir il se jeta sur moi et me pris dans ses bras. « Tu m'as manqué petit frère ! » Qu'il soit rassuré, c'était réciproque ! William était un garçon très expressif, mais je ne m'attendais pas a ce qu'il le montre à ce point. Il finit par me lâcher et prit mon sac pour l'emmener à l'intérieur. Je le suivis de près. J'avais du mal à regarder mon père dans les yeux. J'étais face à lui, préférant regarder mes pieds. « Merci Papa ... » dis-je en me risquant à le regarder. Ce que je vis sur son visage, je ne l'avais pas vu depuis des lustres … une larme perlait au bord de ses yeux brillant. Il me pris dans ses bras, en me disant simplement qu'il était heureux que je sois de retour. J'étais content d'être de retour chez moi, ça m'avait manqué. On entra à l'intérieur tous les trois. Mon père m'appris qu'Ethan s'était trouvé une copine et qu'il était chez elle ce soir, mis à part ça rien n'avait changé ici. J'étais heureux d'être ici, ça n'a pas de prix, mais la véritable raison de mon retour était la même que celle de mon départ: Milie.

    L'inévitable discussion sur ce qu'il s'était passé en deux ans fut écourtée par mes soins, prétextant que j'avais besoin de sommeil et qu'il fallait mieux qu'on en discute demain. J'aurais pu discuter toute la nuit, mais je n'étais pas très à l'aise à l'idée de discuter de tous ça avec eux et je me hâta de regagner ma chambre, mon sac à la main. Je poussa la porte de ma chambre et lâcha un soupir, heureux de l'avoir retrouvée. Je ferma la porte, lâcha mon sac au pied de mon lit et m'avachis sur celui ci sans plus de cérémonie. Les mains derrière la tête je contemplais le plafond. Je tournais la tête vers la fenêtre et remarqua la photo sur ma table de nuit. Je m'assis et la pris dans mes mains. Je souffla dessus pour éliminer la pellicule de poussière qui s'était déposée dessus depuis le temps. Je me souvenais parfaitement du moment où cette photo avait été prise. Milie était ravissante dessus, comme d'habitude. Je la reposa à l'endroit exact où je l'avais prise et m'allongea de nouveau sur le lit. Milie avait bien changé. A ce moment là tout était parfait … on ne peut pas en dire autant maintenant … Allongé sur mon lit, les souvenirs envahirent mon esprit. Cette chambre représentait beaucoup pour moi, j'y avais passé de sacré bon moments avec elle. Jamais je ne les oublieraient. Je m'endormis, pensant à tous cela: elle, moi, nous … C'était il y a si longtemps.

    J'ouvris les yeux péniblement pour tomber nez à nez avec une créature des plus sublimes. Je ferma les yeux en souriant, j'aimais ce rêve. Je rouvris les yeux et la créature était toujours là. Je les ferma et les rouvrit, persuadé qu'il s'agissait d'un fruit de mon imagination. Ma main se posa sur sa joue. Ça avait l'air si réel … Mes lèvres trouvèrent les siennes sans trop de mal. Quel rêve magnifique. Milie, car oui, c'est bien de elle que je parle, me rendit mon baiser. Je me sentis attirer à elle comme je sentis mon t-shirt aller valser un peu plus loin. Je n'y omis aucune objection, inconscient de ce qui se passait réellement. Mon t-shirt, le sien et mon jean, comme le sien, ne furent bientôt plus que de l'histoire ancienne. J'étais passé sur elle, en position de dominance que j'appréciais tant. Je ne cherchais pas à comprendre, je me laissais faire de bonne grâce autant que je me laissa me faire propulser à l'autre bout de la pièce par la suite. Elle m'avait éjecté sans aucun problème. Elle avait une force étonnante, je ne me souvenais pas qu'elle était aussi développée que cela. « Non. Ne t’approche pas de moi. » Voilà ce que Milie m'a dis …. je la regarda intrigué, penchant légèrement la tête sur le côté. Pourquoi ne l'approcherais-je pas si j'en avais envie ? Elle s'approcha de moi à une vitesse fulgurante, un poignard à la main. Qu'est-ce qu'il faisait là ce poignard ? Aucune idée … en fait si, je me doutais bien que si elle était là ce n'était pas pour m'embrasser, mais je ne voulais pas y penser. Ce qu'elle m'avait montré avant était bien plus intéressant. Je la fixais avec insistance. Mon regard s'obscurcit de façon inquiétante et mes sourcils se froncèrent. Je ne bougeais pas. Elle n'avançait pas non plus. Elle me menaçait, mais finalement ne faisait rien. Je fus rapide. Je lui attrapa le poignet du côté où elle tenait son arme et celle ci finit sa course sur le sol un peu plus loin alors que Milie se retrouva contre le mur, ma main tenant toujours son poignet fermement. Ma bouche dans son cou était bien décidée à redécouvrir chaque parcelle de son corps. Elle n'avait pas le droit de venir chez moi comme ça pour me menacer. Je n'aimais pas ça, pas du tout. Je n'étais plus le petit ados qu'elle se plaisait à manipuler comme bon lui semblait et ce n'était pas un poignard qui y changerait quelque chose.
    Mes lèvres trouvèrent les siennes, ma main lâcha finalement son poignet pour rejoindre l'autre sur son ravissant postérieur. Mes lèvres ne lâchait pas les miennes. Je la sentis mordre mes lèvres. Je lâcha les siennes sous le picotement. Je baissa les yeux sur mes lèvres, je passa ma langue dessus et la regarda droit dans les yeux. Un regard noir et soutenir, aussi sombre que le sien, suivit d'un sourire en coin. Le baiser était on ne peut plus passionné. Je ne lui laissais pas le choix, je la porta jusqu'au lit et la fit basculer dessus. On était tous les deux en sous-vêtements, mais ils ne restèrent en place pas bien longtemps. J'étais au dessus d'elle. Si autre fois j'aurais mesuré mes gestes et demandé son accord pour chaque caresse ce ne fut pas le cas là. Deux ans sans aucun contact avec une femme, que soit simple caresse ou bien plus. Je n'avais pas touché de corps féminins depuis deux ans et j'avais du mal à cacher mon excitation. Elle était revenu, elle m'avait embrassé et moi je n'avais pas l'intention de la laisser partir.

    J'étais un homme en manque, mais pas un barbare pour autant. Mes gestes ralentirent doucement, mais ils n'en étaient pas moins brûlant de passion. Mon cœur battait de plus en plus vite et même si elle avait essayé de partir au début, au fond, elle manquait cruellement de conviction. Elle aurait pu s'offrir à Chris ou un autre avant moi, mais au fond de moi je savais que ce n'était pas le cas. Mes gestes étaient de plus en plus passionné et pur folie ou non, il ne fallut pas longtemps à nos corps pour s'unir aussi brûlant l'un que l'autre. Je sentais ses ongles dans ma peau s'enfoncer peu à peu, j'aurais sans doute des marques, mais qu'importe. Rien n'avait d'importance en ce moment précis, rien d'autre qu'elle et moi. Mon cœur battait à en sortir de ma poitrine. Je sentais les battements du sien sous sa peau. Cœur d'hybride ou pas, j'étais prêt à parié qu'en ce moment il avait atteint sa vitesse maximale … ou pas. On arrivait peu à peu au paroxysme, la chaleur ambiante était des plus intense et les battements de nos cœurs étaient désormais indiscernables.
    La vitesse ralentit doucement, mais mains ne cessaient de caresser son corps qui m'avait manqué. J'avais finis par me rallonger sur mon lit, la prenant dans mes bras. Ce qu'elle en pensait, je n'en avais pas la moindre idée, si elle voulait que je le sache elle savait très bien comment faire, je lui accordais mon entière confiance pour ça.


Dernière édition par Jesse Ateara le Lun 13 Déc - 1:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Mar 7 Déc - 0:35


1, 2, 3, je suis contre toi...
4, 5, 6, je refuse de voir mon amour autre que comme un vice.
7, 8, 9, je ne suis pas ta meuf !





Je ne voulais pas qu’il approche. Je savais que s’il faisait un pas je ne répondrais plus de moi-même. C’est comme si quelque chose de puissant émanait de lui. Comme si ne pas le voir pendant deux ans m’avait enlevé toute mon humanité. Moi qui pensait avoir tué mon côté humain, je le sentais revivre en un instant dans ce regard. J’avais peur… Pour la première fois depuis deux ans oui j’avais très peur. Qu’allais-je devenir s’il fait un pas ? Suis-je complètement soumise ? Je n’ai jamais vraiment mesuré le pouvoir de cette imprégnation entre nous. Je ne pouvais comprendre à l’époque ce que ça pouvait représenter. Aujourd’hui avec maintenant plus un corps d’adolescente rebelle mais bien de jeune femme d’une vingtaine d’années tout au plus j’avais bien changé. Je paraissais plus mature gardant tout de même ce visage si innocent bafoué par ce regard si rouge vif nourrit par tout ce sang que j’ai pu faire couler. Je le regardais sans ciller. Je voulais rester forte. J’avais changé. Mais j’étais si loin d’imaginer que Jesse aussi. Je ne pouvais même pas imaginé par quoi il était passé. Je ne pouvais envisager comment il avait mûrit pour devenir un homme. Je le voyais encore adolescente comme dans mes souvenirs. Ses actions pourtant me prouvait que le passé avait bien était écrit sur une vieille page tourné depuis longtemps. En faisant un pas il écrivit alors la première ligne de notre histoire sur cette toute nouvelle page neuve et intact. C’était comme un renouveau… un départ… On ne pouvait pas effacer le passer mais on pouvait arranger l’avenir et il avait bien l’air décider à s’en assurer en me saisissant le poignet. Je n’eus le temps de réagir. Le poignard tombait au sol. Il me fixait. Je défaillis… Le pouvoir de l’imprégnation n’est pas une soumission du loup. Je le comprenais aujourd’hui. Il représentait quelque chose de plus fort encore que personne ne pouvait briser. Il donnait un sens à nos regards… Il donnait de la vie à nos deux cœurs. Il faisait de moi sa femme. Je pourrais dialoguer pendant longtemps sur le fait que je ne lui appartienne pas. Je pouvais rester têtu pendant une éternité. Seulement un jour le temps me rattraperait comme là me montrant que cette force était faite pour nous réunir et nous rendre plus vivant que jamais. Dans le passé, inconsciemment, je me suis servi d’elle pour soumettre mes envies à Jesse. Aujourd’hui c’est moi simplement qui me retrouvait soumise à lui. Soumise à ce désir intense de lui donner tout ce que je pouvais avoir. C’était bien plus qu’une pulsion animale comme pourrait le faire paraitre nos gestes de l’extérieur. C’était notre destiné…

Je me retrouvais contre le mur, Jesse tout contre moi. Il me tenait le poignet fermement. Je voulus m’y opposer, voulant le repousser. Soyons honnête… j’ai développé mon don et ma puissance vampirique mais pas au point d’arriver à avoir le dessus sur Jesse. Ses lèvres atteignirent ma nuque. Je tentais de le frapper avec mon autre main. Il la récupéra pour la coincer de la même façon contre le mur. Il ne cédait pas. Je luttais… Mais pour combien de temps peut-on résister à une telle passion qui nous enivre doucement les sens malgré nous ? Comment résister à une telle tentation. Je refusais de le laisser gagner. Il parcourait doucement mon corps de ses lèvres comme découvrant de nouvelles formes que je n’avais pas encore à l’apparence d’une fille de 16 ans… Je pâmais légèrement face à ces baisers. Il était en train de posséder tous mes sens peu à peu, s’emparant de mes envies et désirs. Il me brûlait de l’intérieur… Ses lèvres trouvant enfin les miennes ce fut un geste de trop. Je m’abandonnais complètement conquise sous ses baisers. Ses mains lâchèrent mes poignets pour se poser sur mes fesses. Je les posais ainsi dans sa nuque ne délaissant plus ses lèvres. Je me surpris même à retrouver de vieilles sensations comme de les mordre passionnément. Il cessa de m’embrasser. Peut-être y avais-je été un peu fort. Je sentais son sang sur les lèvres doucement parfumant l’atmosphère. Mes yeux flamboyaient de plus belle. Son sourire en coin m’en arracha un malgré moi. Prenais-je goût à ce nouveau jeu ? Oui. J’y prenais goût. Un peu trop… Je sentais mes mains presque trembler de passion pour lui et mon cœur commencer à s’accélérer. J’en prenais du plaisir et contrairement à tout à l’heure je n’étais même plus capable de formuler des regrets. Je le désirais au plus profond de moi-même. C’était comme une nécessité, un besoin vital que je ne pouvais combler qu’avec lui.

Sans me laisser le choix de quoi que ce soit il me prit alors dans ses bras pour me porter jusqu’à son lit. Je me retrouvais le dos contre les draps défaits. Le reste du peu d’habit qu’on avait vola loin quelque part je ne sais où dans la chambre. Si tout à l’heure je tremblais ? Là c’était bien pire encore. Je sentais carrément mes jambes vibrer. Non je n’avais pas peur… Tout ça n’était du qu’à toute cette passion que je n’arrivais à gérer. Mon dieu mon cœur allait sortir de ma poitrine… Au dessus de moi, je n’arrivais plus à contrôler quoi que ce soit. Mes envies… ses pensées… notre passion… ses envies à lui. Tout ce mêlait dans ma tête à une vitesse folle augmentant encore la chaleur de mon corps. Sa façon de faire m’enivrait complètement. Il était devenu l’homme qui m’aura toujours fallu pour me recadrer et arriver à me contrôler. Aurais-je l’intension de partir ? Là non… L’aurais-je fais s’il m’en avait donné le choix ? Oui… c’était dans ma nature de me rétracter, d’hésiter et de rester sur mes acquis quand il s’agissait d’amour. Fuir Jesse avait été pour moi une sorte d’échappatoire à cette destinée qui m’était presque imposée malgré moi. L’idée d’une imprégnation m’a toujours fait flipper au fond de moi. J’avais été trop jeune pour pouvoir arriver à l’accepter… Trop rebelle pour me plier à un destin qui choisit pour moi. Jesse aussi avait été trop jeune pour savoir gérer mes peurs. Au lieu de les diminuer il ne faisait que les entretenir et les développer… Chaque décision non prise. Chaque choix non fait me laissait douter de la solidité de sa personnalité et de sa conviction en cette destinée. Aujourd’hui je sentais alors pour la première fois de ma vie que je lui appartenais vraiment et qu’il en endossait cette responsabilité que j’acceptais en lui laissant prendre l’une des seules choses qui lui revenait de droit : mon corps.

Ces gestes étaient si doux et passionné. Je me sentais en sécurité. J’avais confiance. Comment un être pouvait-il me rendre plus humaine que jamais en un instant alors que je l’avais fait mourir pendant si longtemps ? Mes yeux prirent malgré moi sans même que je ne le vois ou ne le sente une couleur plus douce… plus normale… On sentait dans mes gestes que je ne savais plus lui résister. Il prit possession de mon être à part entière délicatement. Mes ongles se plantèrent malgré moi dans sa chair. Je n’aurais su le décrire. C’est comme si à la fois je ne pouvais ressentir quelque chose d’aussi fort et d’aussi puissant mélangé à de la douleur me crispant les doigts. J’avais mal mais je ne pouvais pas m’arrêter avec lui. La douleur s’intensifia sans prévenir avant de disparaitre et de me laisser complètement dans un monde à part. Une impression que tout mon sang affluait si vite en moi que je pourrais presque être complètement engourdie. Mon cœur allait lâcher prise. Toute la pression me prenait mes sens et me retournait tout le corps sans que je ne puisse faire quoi que ce soit. Plus Jesse faisait de moi sienne et plus je sentais tout ceci en même temps gripper à une folle allure. Je ne maitrisais vraiment plus rien. Je n’avais plus qu’à subir. Comme si franchement c’était un mal… Encore une pointe de mon cœur si c’était possible. Je sentais comme des papillons s’emparer de mon corps. L’engourdissement prit tout mon être alors que je me mordais les lèvres si fort que mon propre sang pourrait presque couler…

Je me retrouvais dans ses bras, nue, sentant ces mains parcourir mon corps alors que je gardais les yeux fermés. Je sentis une larme couler le long de ma joue. Non je ne regrettais pas ce qu’on avait fait. Cette larme était le symbole de mon regret d’avoir du vivre tout ça pour arriver enfin à être en harmonie pour la première fois ensemble. Ma main finit doucement par prendre la sienne. J’en oubliais un instant mes responsabilités de vampires, m’abandonnant seulement à mon rôle d’humaine. Ma main maintenant dans la sienne tenant son pouce fermement, ne pouvait s’empêcher de trembler encore légèrement. C’est ainsi que je finis par sombrer dans l’irréalité.

Un toquement à la porte me fit faire un bond sur moi-même. Je me redressais vivement recouvrant mon corps des draps de Jesse ne lui lançant d’ailleurs plus rien pour en faire de même. Son frère lui disait de se réveiller. J’eus le réflexe de me lever d’une vitesse improbable alors qu’il lui disait que le petit déjeuner était en bas. Il allait alors ouvrir pour s’assurer que son frère se levait bien quand la poignet s’arrêta net dans sa lancée. Il y eut un blanc un instant avant qu’il ne referme et lui dise qu’au pire c’est pas grave il lui en laissera un peu. Moi par ses pensées je compris son geste de rétractation. Mon odeur n’était pas si indiscrète que ça… Je grimaçais. Je ne voulais pas que mon père connaisse mon retour. Je regardais un instant Jesse qui me reprochait limite d’avoir piquer toutes les couvertures à un tel moment. Je ne lui laissais pas le temps de parler que je pris mes affaires, lui jetais la couverture à la figure et commençais à m’habiller. Il fallait que je file. Il se débattit avec sa couverture avant de finir par se lever (hum… j’avais pas fait gaffe ce matin qu’il était encore mieux foutu qu’avant…) et de m’arrêter ma lancée. Je n’avais juste pas eu le temps de mettre mon t-shirt. Mon regard croisa le sien. Je lisais clairement qu’il refusait que je parte. Je ne l’écoutais pas voulant me dégager. Apparemment ce n’était pas un supplice mais un simple ordre. Je lui jetais un regard noir avant de laisser tomber sac par terre et me poser face à lui après avoir réussi à mettre mon t-shirt.

MILIE « Tu ne me laisses pas le choix ? Mais c’est moi qui ne te laisse pas le choix ! Ecoute c’était sympa » M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E « Tout à l’heure mais j’ai des affaires à régler. Je n’ai pas que ça à f… »

Ou pas… C’est sympa de couper les gens dans leurs explications par un baiser mais là je n’avais vraiment pas le t… ou peut-être que si… Oh mon dieu non pas les baisers dans le cou. J’allais en devenir complètement soumise. Bon ok c’était déjà fait depuis des années mais ce n’était pas une raison. Et NON ! C’est même pas la peine de repenser à le faire ! Je tentais de regarder l’heur de son réveil. Mon dieu je suis restée ici pendant 4 heures ! Il s’amusa à me porter et me poser sur le lit tout en chopant au passage un peu de quoi se vêtir. Je protestais pendant qu’il se rhabillait.

MILIE « Jesse s’il te plait ne gâche pas tout. Oui ok on s’est peut-être embrassé. Oui c’est vrai on a couché ensemble. Et alors ? je l’ai fait avec tant d’autres ça ne change rien. C’est fait maintenant on en reparle plus et tu m’oublies. »

Mensonge power ! J’étais vierge juste avant lui. Sauf que je ne pouvais associer Jesse et ma condition de vampire ensemble. Ça n’allait pas avec mon nouveau rang. Je retrouvais la raison peu à peu refusant de faire parler ce qui pouvait battre au fond de ma poitrine. Jesse refusait d’entendre pourtant raison malgré mes efforts. Et puis c’est quoi cette pensée que je ne peu l’avoir fait à d’autres vu mon manque d’expérience >.> ! Ok il ne me croyait vraiment pas. Et il allait faire quoi ? Me retenir prisonnière ? Bonne chance… Je pouvais encore le tuer je rappelle. Bon ok pas dit que j’en sois capable après ce qu’il s’est passé mais ce n’est pas une raison. Je lui jetais un regard noir. Il me répondit par un baiser fier d’avoir le dessus sur une tête de mule comme moi.

MILIE « Ok… soit… tu veux que je reste ? Donne-moi une bonne raison de le faire. Convainc-moi. Dans le cas contraire tu me laisseras partir. Je t’écoute… »

Je restais têtue, assise sur son lit. Pourtant vu le sourire qu’il affichait j’avais le sentiment qu’il avait aussi réponse à cette question et que je risquais d’être « coincé » à mon plus grand « regret » ici… Mais au fond de moi, au plus profond de mon être… par cette part d’humanité qui survivait encore malgré tout… je voulais qu’il me contredise. J’avais bien plus besoin de lui que je ne pouvais l’imaginer…
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Mar 7 Déc - 0:44

    Le soleil chauffait ma peau, je tenais celle que j'aimais dans mes bras et qui plus est on venait de s'unir physiquement parlant. Que rêver de plus ? Je n'avais aucune envie de bouger, aucune envie de rompre ce moment privilégié comme je n'en avais pas eu depuis plus de deux ans. J'aimais Milie à en crever et ça me faisait du bien de sentir de nouveau sa peau contre la mienne. Ma main se baladait délicatement sur cette peau si douce, mais elle fut interrompu par la main de Milie qui s'en saisit doucement. Je la laissais faire sans broncher. Je sentais sa main trembler dans la mienne. Machinalement je déposa un baiser sur son front. Le temps semblait s'être arrêté. On ne pouvait effacer ce qui s'était passé ces dernières années, mais c'était déjà un bon début. Malheureusement, on fut ramené sur Terre par un toquement contre ma porte. Milie fit un bond non dissimulé, contrairement à moi-même qui ne bougea pas d'un poil, tournant juste la tête en direction de la porte. Elle prit les draps pour les enrouler autour de son corps nu, ne me laissant d'autre choix que de rester nu comme un ver. La voix de mon frère qui s'éleva derrière la porte confirma l'odeur que j'avais senti. Je savais qu'il n'y avait aucun danger et c'était la raison pour laquelle je n'avais pas daigné bouger. Qu'est ce que ça pouvait bien faire si mon frère voyait Milie et moi nus l'un comme l'autre ? Après tout il n'était pas dupe, il savait bien que si j'étais revenu c'était qu'elle n'était pas loin. De plus, après tant d'années où on s'était tourné autour il fallait s'y attendre. Mon regard baissa sur la poignée que Will commençait à actionner, mais il s'arrêta bien vite, pour finalement refermer en me disant que de toute façon il me laisserait ma part sur la table. Si moi j'avais sentis son odeur, je savais que lui avait sentis celle de la demoiselle qui avait occupé mon lit. Elle était repérable à des kilomètres à la ronde, même si elle avait changé, il n'y avait aucun mérite à la repérer. Son odeur pouvait d'ailleurs être dérangeante pour certains loups, mais ce n'était pas mon cas. J'appréciais son odeur, je l'appréciais elle pour tout ce qu'elle était. Une fois mon frère redescendu mon regard se tourna vers Milie. Un vrai regard de reproche … Elle m'avait piquer toutes les couvertures !! Heureusement que Will n'était pas entrer … autant qu'il me voit avec Milie ne me dérangeait pas, autant me voir avachis sur le lit sans rien pour me cacher ne m'arrangeait pas.
    Milie me balança les couvertures pour aller s'habiller. S'habiller, pourquoi pas, mais j'espère bien qu'elle ne compte pas partir … pas comme ça. Je me débattis avec la couverture, mais réussis à m'en sortir pour l'arrêter dans sa lancée. Mon regard croisa le sien. Les deux en disaient long. Elle tenta de se dégager, mais je ne céda pas. Si sa force avait beaucoup augmenté, la mienne aussi s'était accrue et je restais plus fort qu'elle sur ce point de vue là. Elle me jeta un regard noir. Elle pouvait me jeter tous les regards noirs qu'elle voulait je n'en avais strictement rien à faire. Si j'avais décidé qu'elle ne partirait pas comme ça, elle ne le ferait pas, point.

    MILIE « Tu ne me laisses pas le choix ? Mais c’est moi qui ne te laisse pas le choix ! Écoute c’était sympa tout à l’heure, mais j’ai des affaires à régler. Je n’ai pas que ça à f… »

    Hein ? Tu disais quelque chose ? Oups désolé j'ai pas écouté j'ai préféré t'embrasser. Oh et si je recommençais ? Ah ben oui, ce ne serait pas une mauvaise idée ça. Et la laisser finir sa phrase ? Hmmmm non. Mes lèvres glissèrent dans son cou pour d'autres baisers. Je la porta pour l'emmener jusqu'à mon lit, on y était bien mieux que debout. Je pris quelques vêtements pour m'habiller on ne peut plus et être un peu plus décent tout de même.

    MILIE « Jesse s’il te plait ne gâche pas tout. Oui ok on s’est peut-être embrassé. Oui c’est vrai on a couché ensemble. Et alors ? je l’ai fait avec tant d’autres ça ne change rien. C’est fait maintenant on en reparle plus et tu m’oublies. »

    JESSE « Oui et moi couché avec une actrice blonde à forte poitrine aussi ... »

    Moi ne pas la croire du tout ? Oui, possible. De toute façon, je le savais que j'étais son premier puisque Chris n'avait pas eu cette chance et sans vouloir la vexer … ça se voyait que c'était la première fois. Non pas que je fus très très expérimenté dans ce domaine là, je le sentais quand même et au fond, ça me réjouissait d'autant plus.

    MILIE « Ok… soit… tu veux que je reste ? Donne-moi une bonne raison de le faire. Convainc-moi. Dans le cas contraire tu me laisseras partir. Je t’écoute… »

    JESSE « Hmmm … Parce que je t'ai manqué. » dis-je après avoir fait semblant de réfléchir et une pointe d'amusement dans la voix.

    Je la rejoignis sur ce lit qui était le mien et d'un air plus sérieux je la regardais droit dans les yeux. « Parce que tu ne peux te passer de moi et que tu n'as pas de bonnes raisons de partir aussi rapidement. » Je l'empêcha de se relever d'une main. J'étais juste au dessus d'elle et mes lèvres recapturèrent les siennes délicatement avant de laisser la place à la passion. Mes mains s'amusèrent à jouer sur sa peau et mes lèvres glissèrent bientôt pour s'emparer de son cou avant de remonter jusqu'à ses lèvres. La chaleur montait et je sentais son petit cœur battre de nouveau. Le bouton de son jeans sauta que je n'y soit pour rien. Je m'éloigna un peu pour regarder son visage. Elle me regardait d'un air dubitatif.

    JESSE « Quoi on a plus le droit de jouer ? Et non, je ne pense pas qu'à faire l'amour. »

    Quoi que … *maggle* Je la regardais en souriant et ne pu m'empêcher de penser qu'elle était toute fois très attirante et que je ne dirais pas non à une seconde fois. Je sentis un petit poing s'abattre sur mon torse, je savais que l'intention n'était pas de me faire mal, sinon elle y aurait mis plus de force. Bah c'était pas ma faute si elle entendait les pensées, même si je ne faisais absolument rien pour les cacher. Fourbe ? Moi ? Hmmm oui peut être un peu.
    Je me relevais un peu pour m'assoir à ses côtés et observer son petit sourire tout à fait attirant.

    JESSE « Alors, qu'as-tu de mieux à faire que de rester avec un homme qui t'aime et qui mériterait que tu l'abandonne ? »

    Je n'étais pas sûr d'apprécier ce que j'allais entendre, mais il faudrait bien discuter à un moment où à un autre de toute façon. Je l'avais observée de plus ou moins près pendant deux ans. Je savais plusieurs choses sur sa nouvelle vie et plusieurs choses qui ne me réjouissait pas forcément, mais dans cette course incessante je n'ai pas eu le temps pour autant de l'observer assez longtemps pour tout savoir. Et puis … je serais intéressé de savoir comment elle allait me présenter cela. Je l'observais. J'étais conscient que c'était un sujet sensible et qu'il aurait sans doute mieux fallut pour moi que je me taise, mais j'avais le droit de le savoir. Et si ça pouvait la rassurer, son père n'en saurait rien …


Dernière édition par Jesse Ateara le Lun 13 Déc - 1:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Mar 7 Déc - 0:49


Je ne te veux pas
Je ne suis pas à toi
Oublie-moi...



Je lui laissais une chance de me retenir ici. Il n’était pas à l’abri que je parte d’un moment à un autre… Je restais avec ce côté rebelle du passé pourtant soumise à l’envi de savoir ce qu’il serait capable de me réserver. Je ne pouvais m’empêcher d’afficher un sourire en coin. Qu’il me retienne à ce qui m’échappe… Qu’il m’accroche à ses sourires… Qu’il m’enchaine au goût de ses lèvres… Je restais faible malgré moi face à lui. Il avait changé… Dans le passé j’aurais pu presque m’ennuyer avec lui. Aujourd’hui il me surprenait. Je venais de quitter un enfant pour retrouver un homme. Lutter était ma plus belle passion. M’attraper était un peu la sienne. Il allait me rendre complètement dingue… de lui. Mes yeux restaient posés sur lui… Je tentais de deviner ce qu’il pouvait me réserver. Je prenais un peu trop goût à ce jeu interdit entre nous. Sur le lit je ne bougeais pas. Je restais dans une position pleine de sensualité sans même en tenir compte. Je devinais son sourire qui apparut peu de temps après sa fausse réflexion et mes paroles.

JESSE « Hmmm … Parce que je t'ai manqué. » (erreur n°1)

MILIE « N’en soit pas si sûr… » Répondis-je sur le même ton.

Il s’avança vers moi pour se poser sur le lit. Mon sourire ne s’effaçait pas contrairement au sien. Son regard avait l’air si sérieux. Je me plaisais à le voir tenter de me convaincre comme si je pouvais garder un instant le contrôle de la situation. Son regard se posa dans le mien.

JESSE « Parce que tu ne peux te passer de moi et que tu n'as pas de bonnes raisons de partir aussi rapidement. »

(erreur n°2) Je souriais de plus belle. Il avait tort… Je voulais alors me relever trouvant ces tentatives minables. Je pensais partir mais il me retient de sa main. Il passa doucement au dessus de moi avant qu’il ne capture mes lèvres. Il paraissait déjà un peu plus convaincant mais attention… pour sa fierté je pourrais être une redoutable offense. D’un baiser délicat il m’offrit de plus en plus de passion. Ses mains trouvaient très vite le chemin de ma peau… Mon corps était en train d’apprécier ses gestes précis. Ses mains ne pouvaient rester comme il faut sous ma réponse à ce baiser. Il était en train de nouveau de me faire chavirer. Mon cou fut la nouvelle proie de ses lèvres. Je sentais mon corps s’allumer sans appel. Son étreinte passionnel me faisait dériver, mes mains de nouveau dans son dos… Il remonta jusqu’à mes lèvres. Je m’en emparais obéissant à ce désir au fond de moi. Je ne faisais plus attention à ce que je faisais. Mon bouton de jeans sauta bien par ma faute. Il s’éloigna doucement d’un sourire en coin. Je le regardais sans comprendre ce qu’il faisait.

JESSE « Quoi on a plus le droit de jouer ? Et non, je ne pense pas qu'à faire l'amour. »

Quoi que… oui. Je savais qu’il en avait envi. Je me mordais les lèvres me redressant d’une façon provocante. Il n’y pensait pas ? Il ne voulait pas ? C’est ce qu’on allait voir… je savais qu’il me trouvait dangereusement attirable. Mon poing s’abattit sur son torse quand il pensa à peut-être me reprendre une seconde fois toute entière. Et qu’es-ce qu’il attendait ? Il finit par s’asseoir à mes côtés (erreur n°3) et m’observer d’un sourire craquant.

JESSE « Alors, qu'as-tu de mieux à faire que de rester avec un homme qui t'aime et qui mériterait que tu l'abandonnes ? »

MILIE « Ne gâchons pas tout avec des futilités… »

Je me mordais les lèvres avant de le pousser en arrière sur le lit et de monter sur lui. Je refusais de parler de mon nouveau monde et de ce que je faisais. Jesse était né pour protéger les humains… J’avais choisi de les tuer. Mon choix ne pouvait faire qu’on soit fait l’un pour l’autre. Je refusais d’abord le sujet et me prendre la tête avec lui. Je décidais de rendre cette conversation taboue entre nous. Mes lèvres gagnaient les siennes dans un baiser enflammé pour le faire taire. Je déboutonnais alors sans préambule le bouton de son jean. Mes mains se faisaient précises. S’il ne comprenait pas le message… J’allais alors lui enlever son jean alors que mes dents mordillaient sans faire saigner ses lèvres. On toqua encore à sa porte. –‘ Je relevais un regard rouge flamboyant. J’allais faire un meurtre. J’allais me lever vers la porte quand Jesse dut deviner ce qui me traversa à l’esprit, me retint par les bras brusquement pour que je ne bouge. Je dus laisser échapper mes envies de meurtre à mon regard rouge vif. Je tentais de me débattre mais il me tenait fermement.

MATTHEW « C’est Mat’… Il faut que je te… Milie ?! »

Il ouvra la porte sans même chercher à comprendre. J’échappais des mains de Jesse pour en une vitesse affolante plaquer mon propre frère contre le mur. (Notons que je suis en jean et sous-vêtement…). Je le soulevais du sol par le cou. Il venait de poser ses mains sur mon bras surpris non seulement de me voir mais de réagir si violemment.

MILIE « N’approche même pas père où je lui brise la nuque… ça serait dommage que tu perdes ton seul héritier… »

J’avais deviné la présence de Jake derrière mon dos. Il allait parler mais je lui demandais le silence. Je sentais au fond de lui à la fois de la colère, de l’incompréhension et pour la première fois il ne savait pas quoi faire. Mon regard était d’un rouge flamboyant maintenant. Je sentis Jesse s’approcher. Je resserrais la gorge de Matthew qui étouffait.

MILIE « je ne ferais pas ça à ta place. C’était sympa ce matin mais désolée j’ai des choses à régler… Ceci est un avertissement… Soumettez-vous où des têtes commenceront à tomber. »

Je finis par reposer violemment mon frère au sol pour l’obliger à se courber. J’étais en position de façon à ce qu’il ne puisse pas retourner sa force contre moi. Je fis alors un baiser sur ma main pour souffler et l’envoyer à Jesse en lui disant par pensées *On se recroisera mon cœur* Il y avait un ton sarcastique dans mes pensées. Je disparus alors grâce à ma rapidité de vampire… La meute allait-elle me suivre après une telle violence envers eux ? Je l’ignorais et je partis avant même de le savoir…
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Mar 7 Déc - 0:52

    Et c'était reparti pour un tour ! Si elle le voulait ce n'était pas moi qui allait dire non … Je me demandais encore comment j'avais pour résister de si nombreuses années à ce plaisir aussi exquis. Ca m'échappait totalement. C'était tellement agréable que si je le pourrais je le ferais jour et nuit désormais. C'était bien tentant d'ailleurs …
    Milie fit sauter le bouton de mon jean comme pour me faire comprendre que je n'allais pas assez vite … Du calme princesse, je suis tout à toi, je ne partirais pas de si tôt. Tout aurait pu être aussi parfait que la première fois si on avait pas été interrompus. Milie, qui tourna la tête, reconnu l'odeur largement aussi rapidement que moi … J'avais comme l'impression que les ennuis commençaient... Je m'efforçai de retenir celle ci pour l'empêcher de se jeter sur son frère. Son regard était clair pour ses intentions. Malheureusement, un moment d'inattention lorsque Matt entra dans la chambre et elle m'échappa. Oh, non elle ne m'échappa pas dans le sens où elle partit de la chambre, ce qui aurait sans doute été mieux, non, elle m'échappa et alla s'emparer directement du coup de son frère qu'elle maîtrisait sans aucun problème. Jacob ne tarda malheureusement pas à entrer et n'améliora en rien la situation. Milie était sur la défensive autant que sur l'offensive. Elle faisait un affront direct à son père et ça je craignais bel et bien qu'il ne l'accepterait pas. Je voulu m'avancer pour la calmer un peu, mais sa réponse fut claire:

    MILIE « Je ne ferais pas ça à ta place. C’était sympa ce matin mais désolée j’ai des choses à régler… Ceci est un avertissement… Soumettez-vous où des têtes commenceront à tomber. »

    S'il m'arrivait de ne pas la prendre au sérieux, autant là je n'avais aucune envie de la contredire. Je m'arrêtais net. Elle relâcha Matt mais son supplice ne s'arrêtait pas pour autant. Elle s'assura qu'il ne lui serait pas nuisible avant de déposer un baiser sur sa main pour souffler dessus et me l'envoyer. Je ne pus m'empêcher de sourire intérieurement à ce baiser même si l'heure était loin d'être à la rigolade … Je jeta un rapide regard à Matt pour être sûr qu'il survive et n'hésita pas une seconde à sauter par la fenêtre et la suivre. Je m'élança dans cette direction mais on me retint la main. Jacob. Je le regardais avec insistance mais il ne cilla pas, moi non plus.

    JESSE « Il faut que j'y aille ? »

    JAKE « Non ! »

    JESSE « Que tu que veuilles ou pas. »

    Mon choix était fait et je l'appliqua de suite. Je m'éloigna de la chambre sans un regard pour me rapprocher de Milie. Je la rattrapais de plus en plus en bientôt il ne me fallut plus qu'un dernier effort. Le bras tendu je réussis attraper son bras et la plaqua contre un arbre. *je n'aime pas laisser les choses a moitié faites … * Ca c'est dit … Je n'y allais pas par quatre chemins. Mes lèvres heurtèrent les miennes un peu plus violemment que de coutume. Je m'écartais d'elle légèrement.

    JESSE « … mais on finira ça à un autre moment, allez file maintenant ! » dis-je après un dernier baiser.

    On entendait les jappements de la meute au loin. Elle partis de son côté et moi du mien dans la promesse de se revoir.


Dernière édition par Jesse Ateara le Lun 13 Déc - 1:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 13 Déc - 1:05


Le sentiment que tu seras là
Même si je ne le veux pas
Comme un ange gardien le jour et la nuit
Pour protéger ma vie...




    Cette entrevue avait très mal finit. Voir mon père et mon frère ou même un membre de la meute autre que Jesse était dangereux. J’avais fait un choix. Les voir me rappelait à l’ordre. Seul Jesse arrivait à m’en détournait sans même que je ne le vois venir. C’était comme s’il entourait mon corps et le sien d’une bulle loin de la réalité. Je courais dans les bois la main sur le cœur. Je me sentais mal autant que bien. Comment avais-je pu me laisser séduire et prendre par un loup ? Comment avais-je pu attendre autant de temps pour vivre ça avec lui ? Je paraissais si contradictoire et je l’étais. Je voulais être à ses côtés et à la fois je voulais être vampire et gagner en puissance pour vivre comme je l’entends. Comment accorder ces deux désirs ? Je savais au fond de moi que c’était impossible. Je devrais un jour renoncer à l’un ou l’autre… Pourrais-je laisser mon désir de pouvoir ? Pourrais-je renoncer à l’amour ? J’avais le sentiment d’être coincé entre deux. Je ne voulais pour l’instant pas choisir ; Je me reconnaissais bien là. Incapable de décider entre deux choses qui me tiennent à cœur. C’est tout à fait mon genre… Jesse m’avait imposé son amour aujourd’hui. Il n’aurait pas fait ça je n’en serais pas là. A moins que ce soit moi qui me le soit imposé en allant le voir pour le tuer. Au fond de moi je savais très bien que ça ne serait pas si facile que ça… Il était mon premier amour. J’avais un peu trop tendance à négliger son influence sur moi.

    Mes pas me guidaient très vite presque à la lisière de la forêt quand je sentis quelque chose me retenir sans prévenir. Je me retrouvais plaquée contre le mur par un homme bien plus fort que moi et… nu. Je comprenais pourquoi il avait réussi à me rattraper. Il a toujours été plus fort et plus rapide que moi en loup. Ça en devenait une certitude encore aujourd’hui. Il avait par contre oublié son futal… Et n’avait pas l’air de s’en préoccuper. Il y a deux ans j’aurais surement rougi. Aujourd’hui j’affichais un sourire en coin.

    JESSE *je n'aime pas laisser les choses a moitié faites … *

    Il captura mes lèvres sans même chercher à me demander mon avis. Il avait changé. Je n‘avais plus un gamin en face de moi mais un homme qui me faisait complètement vibrer par ses façons de faire que mon père n’apprécierait surement pas si vous voulez mon avis. Il s’écarta alors légèrement de moi après ce baiser presque violent.

    JESSE « … mais on finira ça à un autre moment, allez file maintenant ! »

    J’étais étonnée alors qu’il m’embrassa un peu plus délicatement. Je pensais qu’il tenterait de me capturer et de me ramener de force. Au lieu de ça il n’attentait pas à ma liberté. Avait-il compris que pour me garder il devait me laisser libre ? Je sentais au fond de lui que oui. Il me connaissait bien plus que je me connaissais au fond de moi-même. C’était presque flippant. J’entendais les jappements de la meute plus loin. Mon visage après s’être tourné vers le son des grognements se tourna enfin vers Jesse que je ne pus embrasser vivement avant de partir. Je lui avais donné rendez-vous au lac pas loin où on avait eu tous les deux de si bons moments. Je prenais un risque et je le savais mais c’était plus fort que moi. Je retrouvais très vite ma petite troupe de vampires. Mon ami me demanda alors si mes problèmes étaient réglés. Au contraire… ils ne faisaient que commencer mais je ne disais rien préférant changer de sujet et les amener à quitter la ville pour se diriger vers un coin plus calme et loin du territoire des Quileutes qui pour l’instant risquait d’être dangereux…




    Je tenais un verre à la main. Vu l’heure j’aurais du être au lac déjà depuis deux heures avec Jesse. Au lieu de ça j’étais à un bar en train de boire. J’étais pitoyable… Mais je ne pouvais m’en empêcher. J’adorais l’effet qu’avait l’alcool sur moi quand le passé s’en prenait à moi. Il me permettait de l’adoucir un peu. Je devais absolument trouver cette clé qui me permettrait d’ouvrir le coffre de l’oubli et mettre Jesse dedans. Je ne devais pas le voir. Je n’aimais pas comment il me rendait si fragile. Je bus mon cinquième verre. Ce qui était pratique étant hybride c’est que vous pouvez absorber tout ce qu’il y a en nourriture humaine et l’alcool a très peu vite effet sur vous. Je devais chercher au plus profond de mon cœur et balancer tout ce que je pouvais ressentir. Je voulais devenir insensible. Me servir de mon côté vampire sanguinaire pour détruire mon côté humain et détruire à la fois cette imprégnation. Je n’avais aucune certitude sur ça mais je pensais que si j’arrivais à tuer tout ce qu’il y a d’humain en moi jusqu’à la dernière parcelle, la dernière goutte, la dernière pensée, Jesse s’imprègnerait enfin d’une autre et je serais libérée de cet amour. J’ai l’air de le prendre comme un fardeau. J’avais surtout peur de là où ça allait me mener. Je n’étais pas idiote. Jesse et moi étions parfaitement compatible pour une future descendance et perpétrer ainsi la lignée des modificateurs. Je ne voulais pas de cette vie. Je ne voulais pas d’enfants. Je ne voulais pas d’un foyer et simplement me coucher, mère au foyer. J’étais si jeune… si aventureuse… si rebelle… si mobile. C’était impossible pour moi. Le destin ne s’était-il pas trompé pour moi et Jesse ? Jesse m’avait prouvé à maintes reprises que non mais je m’acharnais à ne pas le croire. J’avais tant de choses à découvrir. Je voudrais voir tant de choses… vivre tant de choses… Je ne pouvais me cantonner à mère au foyer. C’était trop me demander. Je ne voulais au fond pas finir comme ma mère ou encore ma grand-mère dévouées à leur amour. Je voulais me battre pour une cause. Au fond, dans mon cœur, je ressemblais bien plus à mon père que je voulais l’admettre. J’avais malgré moi ce charisme de leader. J’étais pourtant aussi si faible face à celui que j’aime comme mon père l’était face à ma mère. Les loups ne font pas des écureuils j’ai envi de dire… Parfois je me demandais s’il n’y avait pas erreur dans les pronostiques. Mon frère était si différent de moi. Lui n’aspirait qu’à être heureux avec une demoiselle dont il s’imprégnerait. Moi je voulais vivre, être libre, guider, protéger, vaincre. Ce tempérament aurait du être donné à mon frère et non moi. Après tout c’était lui qui était destiné à être chef un jour de sa meute avec la nouvelle génération des Quileutes, pas moi. Peut-être que je ressentais aussi cette frustration en moi de n’être que la futur femme d’un loup. Je voulais un destin bien plus grand. Et je risquais de détruire ma famille égoïstement par mes envies de grandeurs…



    Je revins au même bar tous les jours à la même heure. Pour quelqu’un d’imprévisible, sur ce coup c’était loupé. Chaque jour je consommais six tous petits verres et je m’arrêtais là le goût du sang à la bouche avant de tuer un innocent violemment comme par vengeance faisant un carnage. Six… Ce chiffre n’était pas un hasard. C’était le nombre de mois qui m’avaient séparait de Jesse la première fois. Et pourquoi ce meurtre à chaque fin de ces six verres ? Comme une vengeance de tomber malgré moi dans ce tourbillon de l’imprégnation. Même loin il ne me quittait pas. Je m’étais battu si longtemps. Je savais aujourd’hui que même si j’avais aimé Chris j’aurais fait lap lus belle erreur de ma vie… Chris n’était qu’un amour d’enfant comme une petite fille de 4 ans peut être amoureuse de son camarade de classe. Avec Jesse c’était plus puissant : la raison qui m’avait fait préférer la facilité avec Chris surement… Tant qu’il vivra je lui appartiendrais et je le savais.



    Deux semaines passèrent… Je revins au même lieu pour le même nombre de verre. Le même alcool ? Oh que oui… Ou pas. Dès le premier verre je sentis une sensation étrange me remonter vivement me prenant la gorge. Oh mon dieu. Je tentais de l’ignorer mais dès que j’approchais mon verre de mes lèvres la sensation se faisait encore plus puissant. Je m’entêtais pour le boire. C’est sur la tête du barman que je le recrachais. Il se retenait de me dire ce qu’il pense étant une bonne cliente régulière. Je pris le second verre vraiment butée (tout moi quoi <3). Le deuxième m’emmena directement aux toilettes. Je dégurgitais tout ce que j’avais pu avaler… Mon corps doucement imposait sa nouvelle loi. Je me sentais complètement barbouillée. Je me dirigeais vers la glace du miroir. J’eus comme la sensation au fond de moi d’avoir une voix qui me soufflait d’arrêter. Je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il se passait ni d’où elle venait. Mon don me faisait-il vraiment défaut ? Je cherchais d’où venaient ces pensées. Je sondais les clients une fois revenue au bar. Pas moyens de trouver la source de cette voix en moi. Je me sentais toute drôle. Je payais le barman sans finir pour la première fois mes six verres. Je sortis prendre l’air. J’en avais besoin. Je choisis alors de marcher dans la rue. La voix me soufflait de respirer à fond… d’avoir confiance… de ne pas m’inquiéter. Et moi bien sûr je commençais à flipper. Aurais-je une conscience qui me parle maintenant O.o ?! Je délirais… Au fond de moi je savais que c’était ridicule. Pourtant cette voix si légère, fine, faible et pourtant douce venait de moi. J’ignorais encore sa provenance quand elle se tut. Bon débarras ! Je relevais alors les yeux devant moi quand je croisai son regard. Il était à cinq mètres de moi droit et ne me quittant pas des yeux. J’allais faire demi-tour et fuir quand cette sensation étrange me reprit violemment pour me faire atterrir la tête finalement dans la poubelle la plus proche. Je pensais avoir recraché tout ce que j’avais avalé. Il fallait croire que non. Quelqu’un s’amusait à manipuler mon corps pour me faire regretter tous ces verres pendant deux semaines qui avaient endormis mes sens… Je sentis Jesse s’approcher et une excitation qui ne venait pas de moi et pourtant que je ressentais bien trop fortement pour l’ignorer. Je lui fis signe de ne pas s’approcher alors que cette voix réclamait la présence de Jesse près de moi, près de nous. Dur de résister contre cette envie si forte et encore plus contre Jesse lui-même. M’en voulait-il pour lui avoir posé un lapin ? Cette voix cesserait-elle d’arrêter de guider mes faits et gestes dans le sens de mon humanité ? Je ressortais la tête de la poubelle en défendant Jesse de m’approcher de vive voix. Il s’arrêta net. Et je repartis la tête dans la poubelle comme une punition de ne pas le vouloir prêt de moi. J’étais complètement déréglée ma parole ! Que m’arrivait-il ? Je ne comprenais plus rien… J’avais la sensation de ne plus contrôler mon don et qu’il était en train de prendre possession de mes envies et de mon comportement. J’étais complètement larguer…
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 13 Déc - 1:27

    Rendez vous au lac. Je l'avais lassée partir pour sauver sa peau et elle m'avais donné rendez-vous au lac du coin un peu plus tard quand les choses se seraient tassées. Je n'avais jamais aimé défier l'Alpha de la meute et qui plus est celui que je me plaisais à considérer comme beau-père, mais si c'était pour éviter à Milie de mauvaises retrouvailles qui risquaient de la faire re-partir à jamais alors je préférais le faire, peu importe ce que cela risquait de me coûter. Jake sera sûrement furax, mais je n'allais pas rester ici pour le savoir. Je rentra chez moi sans plus attendre une fois certains que Milie soit partie sans risquer une altercation avec la meute. Je fis un petit détour afin de les éviter à mon tour. Passant dans les fourrés à quelques mètres à peine d'eux en tenue d'Adam mon regard croisa celui de mon frère, lui en loup moi en humain. Ce moment paru une éternité, j'étais immobile on se regardait. La meute avait éclaté pour couvrir plus de surface et il était seul face à moi. Finalement il tourna la tête et s'élança du côté opposé. Je le remercierais le moment venu, mais je n'attendis pas plus longtemps pour me retransformer, filer à la maison, prendre des affaires et repartir plus loin. Le lac ? J'y étais une bonne heure en avance, mais rien et encore rien deux heures après. Au fond de moi je ne voulais pas y croire, mais j'avais comme l'impression que j'aurai pu le parier. Je ne la vis pas du reste de la journée, ni du jour d'après d'ailleurs, ni durant la semaine qui suivit. Je me sentais si seul d'un coup dans ma chambre décorée très humblement où trônaient quelques unes de nos meilleurs photos. Sur ces photos j'avais l'air d'un gamin et elle ne semblait pas plus mature que moi, loin de là. L'âge de l'innocence, cela paraissait si lointain et pourtant ça ne l'était pas tant que ça … Ce bonheur qui semblait immortel aux yeux de deux gamins n'ayant rien connu d'autre que l'un et l'autre. Pathétique. Et pourtant, le lien qui nous uni est si fort qu'il nous dépasserait presque.

    J'étais là, assis sur le lit à ruminer mes pensées depuis quelques temps. Après ne l'avoir pas revu pendant cinq jours, je m'étais dis que finalement si elle cherchait à me retrouver autant rester dans ma chambre, au moins elle saurait où me trouver. Je n'avais pas eu beaucoup de visite en deux semaines et pourtant ça faisait bien plus que ces dernières années. Il y avait bien sûr eu mon frère pour me dire que sur ce coup là il avait été de me côté mais que je ferais bien de ne pas trop jouer avec le feu. Mon frère, aussi gamin soit-il, avant de grands conseils forts utiles que je tentais d'écouter assez souvent, mais sur ce point là je ne le laisserais pas se mêler de mes affaires. Ce qui était un peu égoïste en soit puisque mes affaires le concernaient de loin au moins. Puis, j'avais eu Matt aussi. Perdu et déboussolé qui ne comprenait pas ce qui se passait dans la tête de sa petite sœur qu'il pensait si innocente. J'avais essayé de le rassurer, mais je crois bien avoir été plutôt mauvais dans ce domaine. Toute fois, je lui avais promis de faire tout ce que je pouvais pour elle, de ne jamais l'abandonner et de lui apporter des nouvelles aussi souvent que possible en l'échange d'être certains qu'il ne dévoilerait rien à son père. Ce que je lui dirait devra rester qu'entre nous et en aucun cas arriver aux oreilles de Jacob sans que Milie ne l'ai décidé. Finalement il était partit un peu déçus de ne pas avoir mieux de ma part. Je ne voulais pas lui faire de fausses joies en lui disant que tout redeviendrais comme avant et que je ramènerai Milie, celle qu'elle était, tout en sachant que ce ne sera jamais vraiment le cas.

    Une semaine et demi que j'avais cessé de la chercher. J'étais pitoyable ! J'étais revenu jusqu'ici, je l'ai suivit pendant deux ans, et je reste là sans chercher à la retrouver … quelle honte. Je n'aimais pas la savoir loin de moi et ça faisait bien trop longtemps qu'elle l'était, si je l'ai retrouvé ce n'est pas pour la laisser repartir aussi facilement. De toute façon j'allais finir par déprimer à rester dans cette petite chambre, j'avais besoin d'air et d'espace, j'avais besoin de sortir. Je passa à la douche rapidement et m'habilla sobrement pour finalement sortir sans prendre la peine de prévenir qui que ce soit. Après tout, j'étais majeur et libre de faire ce que je veux et je n'avais de compte à rendre à personne. Je pris la direction du centre ville avec peu de conviction et pourtant … je ne tarda pas à sentir une odeur, ou plutôt d'eux. C'était assez étrange d'ailleurs ce mélange. Milie était là j'en étais certains, mais l'autre, elle semblait lui ressembler beaucoup et pourtant être différente … Ça me rappelait quelque chose que je n'avais pas sentis depuis longtemps. Ça me rappelait … Nessie enceinte de Milie et Matt O.O Je continuais le chemin troublé par le lien qui venait de se produire dans ma tête. L'odeur étais de plus en plus forte et mes pas s'accéléraient sans que je n'y sois vraiment pour quelque chose. Elle était là. La tête dans une poubelle, tout ce qu'il y a de plus sexy … Je grimaçais et m'approcha d'elle lentement, mais elle m'arrêta aussitôt avant de replonger la tête dans la poubelle. Je n'avais pas le droit de la laisser comme ça. J'avais comme l'impression de comprendre ce qui se passait et quelle était cette étrange odeur et en le sachant, j'avais encore moins le droit de ne rien faire. Je contourna la poubelle pour passer derrière elle et attraper ses cheveux pour lui éviter de vomir dessus. Le spectacle était des plus affligeant et j'aurais pu fuir, mais je préférais rester. Elle releva la tête et je lâcha ses cheveux. Nos regards se croisèrent. Elle n'avait pas bonne mine, c'était le moins qu'on puisse dire. Sa blancheur cadavérique était bien pire que d'habitude. Elle finit par vouloir faire demi-tour et partir, mais au lieu de ça elle retourna aussitôt la tête dans la poubelle et je me hâta de reprendre ses cheveux. Il y en avait un qui n'était pas d'accord. Milie ne semblait pas comprendre, mais moi j'avais bien peur de comprendre. Est-ce que j'assumais ? C'était dur à dire, ça n'arrivait pas au meilleur moment, mais je serais toujours là pour elle … eux … nous … Elle me regarda avec un regard d'incompréhension. Je soupirais, réprimant l'envie subite de poser ma main sur son ventre. Pas de mots, rien. Je la pris dans mes bras telle une princesse et je la ramena aussitôt dans ma chambre, verrouillant la porte à peine arrivé. Je risquais gros à revenir dans cette pièce avec elle. Tout le monde savait qu'elle était en ville désormais et que je l'avais revue et à la moindre odeur différente je pouvais être sûr d'avoir une bande de curieux dans ma chambre. Je fermais les rideaux après être entré par la fenêtre et déposée Milie sur mon lit. Si elle avait pu, elle aurait sans doute protesté, mais elle n'était pas en l'état de le faire; quoi que ceci dit, depuis que j'étais près d'elle elle semblait aller mieux et je me doutais bien de la raison. Il n'y avait aucune odeur dans la maison, du moins, plus forte que celle qui flottait habituellement dans l'air. Mes frères devaient être avec leurs copines et mon père je ne sais où. Je finis par me poser à ses côtés, pour finalement lui tendre un vers d'eau, pas pour le boire, mais plus pour se rincer la bouche et ôter de là l'odeur peu alléchante. Le silence flottait dans l'air et elle finit par me regarder avec un regard qui disait ni plus ni moins « pourquoi ? ». Qu'est ce que je devais répondre à ça moi ? Oui, je savais ce qui lui arrivait, mais normalement c'était à la femme d'annoncer ça à l'homme et non l'inverse … a croire qu'on ne fera rien comme tout le monde tout les deux … Je la regardais. Mon regard se voulait rassurant, et pourtant je craignais d'être aussi pommée qu'elle.

    JESSE « Milie … Tu as …Tu es … enceinte. » et le dernier mot sortit comme un souffle. « Tu … On attend un bébé. » dis-je avec un peu plus de confiance en moi.

    Je tentais un petit sourire en coin pour dédramatiser la situation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 13 Déc - 21:18


Enceinte...
...
QUOI ?!
O___O !!



Je voulais fuir comme toujours. J’étais plutôt douée à ce jeu mais Jesse me connaissait si bien qu’il était aussi doué à savoir me retenir. Et puis mon état ne me permis pas de courir bien vite. En effet ma tête finit directos dans la poubelle. J’aurais pu la remplir longtemps comme ça. J’allais finir par vomir du sang à me vider comme ça. Rien que l’idée d’ailleurs me plaisait. Mais apparemment cette idée n’était pas non plus du goût de la petite voix. J’allais finir par la détester ! Jesse me tenait mes longs cheveux m’évitant de les tacher. Jamais je me suis sentie aussi mal physiquement. C’était vraiment désagréable. Allais-je arriver à quitter la tête de la poubelle ? Je me le demande franchement ! Je finis par regarder Jesse sans comprendre ce qui m’arrivait. Je ne pouvais tomber malade ! J’étais immortelle… et surtout perdue face à la situation. Il bloquait son esprit, pas moyen de savoir de son côté ce qu’il se pensait ou s’il m’en voulait pour le lapin. Faut croire que non… Il finit par me porter. Je protestais mais pas très longtemps quand je sentis les nausées revenir violemment. Ok j’ai compris je me laisse faire –‘ … Jesse me ramena chez lui et dans sa chambre. Je n‘étais pas très rassurée à cette idée au début mais sentant qu’on était que tous les deux je finis par arrêter de m’inquiéter. Jesse finit par se poser à côté de moi. Il me tendit un verre d’eau que je pris pour me rincer la bouche et cracher par la fenêtre (je sais je suis d’un romantisme parfois…). Je tendis alors le verre pour en redemander. Il me resservit et cette fois je bus l’eau pour réhydrater ma gorge. Les nausées restaient présentes mais moins fortes. Je me reposais sur le lit. Je regardais alors Jesse sans comprendre. Je cherchais une explication et c’était bête mais je la lui demandais à lui alors qu’il ne devait pas en savoir plus que moi… Parfois la présence de ma mère me manquait… Je pouvais parler de tout avec maman. Comme parfois j’aimerais retrouver mon enfance. Je voudrais qu’on me rende mon innocence. Je voudrais être loin de tout ce mal. J’étais sincère ? Je ne savais plus…. J’étais complètement perdue entre ce que je ressentais moralement et physiquement. J’étais déboussolée. Je pense qu’une pause dans mes idéaux me ferait du bien ne serait-ce que pour évacuer tout l’alcool que je venais de boire. Je pensais qu’un vampire ne pouvait vomir à l’alcool. Il faut croire que mon côté humain me fait encore défaut…

JESSE « Milie … Tu as …Tu es … enceinte. Tu … On attend un bébé. »

MILIE « »











































































MILIE « Quoi ?! »

JESSE « Tu vas être maman… »

Mon second réflexe fut plus rapide et vif. Je me levais brusquement. Mes intentions ? lui en foutre une pour oser dire une telle chose et ensuite me barrer loin, très loin. Il me retint. Pas question pour lui de me laisser partir. Il paraissait très sérieux. Je le fusillais du regard.

MILIE « Laisse-moi partir !!! »

JESSE « Non. »

MILIE « Ce n’est pas une demande mais un fait. Je m’en vais ! »

JESSE « Non tu restes. »

MILIE « Tu ne peux me forcer ! »

JESSE « Si je peux. On est deux dans cette histoire. »

MILIE « Il n’y a pas d’histoire. »

JESSE « Et comment appelles-tu cela alors ? »

MILIE « Une erreur. Laisse-moi partir. »

JESSE « Pourquoi est-ce que je ferais ça ? »

MILIE « Si tu ne le fais pas je n’hésiterais pas à blesser ta famille un par un… » dis-je avec violence et sévérité sans en démordre. En cet instant j’avais le regard rouge sang et une détermination de fer à le faire plier à mes désirs.

JESSE « Je ne te laisserai pas faire. »

MILIE « Tu ne pourras pas… »

JESSE « C’est ce que tu aimerais croire, que tu es plus forte que n’importe qui, que personne ne peut te barrer la route et contrecarrer tes plans, mais tu sais aussi bien que moi que tu n’es pas aussi forte que tu veux le laisser croire. »

MILIE « » ; « Laisse-moi. »

JESSE « Te laisser reviendrais à t’abandonner toi autant que le bébé et je ne peux pas. »

MILIE « Je ne sais pas où tu as été pêché cette idée mais je ne suis pas E-N-C-E-I-N-T-E ! Je le saurais quand même ! C’est tout ce que tu as trouvé comme excuse pour me garder ? »

JESSE « Si tu étais un peu plus attentive peut-être que tu t’en serais rendu compte au lieu de passer ton temps à boire. »

Je le regardais sans ciller avant de finir par me lever et lui tourner le dos pour l’ignorer. Je refusais d’en entendre plus. Je rajoutais quand même pour clarifier les choses :

MILIE « Je ne suis pas enceinte. »

Je le sentis s’approcher de moi. Je continuais à l’ignorer faisant fi de ses gestes. Il passa alors ses bras autour de ma taille pour poser ses mains sur mon ventre et dire à voix basse :

JESSE « Tu es vraiment une tête de mule. »

Je sentis une larme couler malgré moi quand je sentis à travers ses pensées à lui la sensation que lui faisait mon ventre sous ses mains. Cette odeur… Je ne la sentais pas de moi-même. Et malgré tout je ne voulais pas y croire. Je faisais taire cette voix en moi. Je faisais un déni total de cet être qui pourrait peut-être exister. Je refusais de le considérer. Inutile de tenter de le repousser. Je savais qu’il ne m’en laisserait pas le loisir. Je n’étais pas prête pour ça. Ce bébé était une traitrise à mon nouveau nom. Il était fait d’une union entre un loup et une hybride. Il ne pourrait être accepté dans la famille s’il s’avérait être le premier de la nouvelle génération des modificateurs. Je ne le voulais pas. Je refusais cet enfant. Je finis par enlever les mains de Jesse de mon ventre et me retourner. Je ne voulais pas de cet enfant. Il était de trop. Mon histoire avec Jesse était déjà trop compliquée. J’avais si peur en fait de là où ça pourrait nous mener. Je n’avais pas pensé à l’éventualité d’un enfant en couchant avec Jesse. Maintenant je comprends le sens du mot « compatible à 100% » … J’aurais du m’y attendre.

MILIE « Je ne veux pas… »

JESSE « J’ai bien peur que tu n’ais pas le choix. »

Je reculais doucement pour prendre le premier truc pointu qui passe. Je me retrouvais avec dans les mains une « arme » si on peut dire ça comme ça. Jesse me vit venir et me prend la main vivement.

JESSE « C’est normal d’avoir peur mais tu ne devrais pas faire quelque chose que tu regretteras après. »

Je lâchais prise sur cette « arme » et la suite fut inévitable. Je partis en pleurs comme jamais je ne l’ai fait depuis trop longtemps. J’avais dix fois trop de pressions sur les épaules et cette grossesse était comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Je n’en voulais pas. J’avais peur. Je ne voulais pas passer par là. Je finis dans ses bras me laissant complètement aller quand un bruit se fit entendre.

Je sursautais… dans les bras de Jesse nue. J’entendis toquer. Jesse me regardait hésitant ne sachant pas trop quoi faire alors que son frère commençait à parler. Il parlait du petit déjeuner. Je me levais alors d’un seul coup piquant toutes les couvertures quand son frère finalement se ravisa et que Jesse me jetait un regard noir. O.o J’ai déjà vu ça quelque part… O.O Oh mon dieu ! Je fis tomber la couverture au sol rapidement (sous le plus grand plaisir de Jesse…) pour poser mes mains sur mon ventre et fermer les yeux à l’écoute. Pas de voix. Bon vous me direz c’est pas après une heure ou deux qu’on peut savoir ce genre de choses… N’empêche mon « rêve » venait bien de me secouer et le faire que mon réveil les passe pareil encore pire. Quoi que le coup des verres n’étaient pas trop mon genre O.o … M’enfin passons. Là n’était pas la question. Le mot d’ordre était surtout : bébé et là je flippais grave d’un seul coup.

MILIE « Je… tu… On… Nous… »

Je lisais dans les pensées de Jesse que oui on a bien fait l’amour. Lui pour être totalement à côté de la plaque parfois il est doué… Je vins alors sur le lit alors qu’il me regardait amusé. Je posais ses mains sur mon ventre.

MILIE « Tu sens quelque chose ?! »

Moi ridicule ?! Si peu…


Dernière édition par Milie Volturi le Lun 13 Déc - 23:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 13 Déc - 23:09

    Le soleil chauffait ma peau, je tenais celle que j'aimais dans mes bras et qui plus est on venait de s'unir physiquement parlant. Que rêver de plus ? Je n'avais aucune envie de bouger, aucune envie de rompre ce moment privilégié comme je n'en avais pas eu depuis plus de deux ans. J'aimais Milie à en crever et ça me faisait du bien de sentir de nouveau sa peau contre la mienne. Ma main se baladait délicatement sur cette peau si douce, mais elle fut interrompu par Milie qui se réveilla en sursaut. Flûte … je ne voulais pas lui faire peur à moins que … on frappa à la porte. Aurait-elle sentis mon frère approcher de la porte ? Pour moi cette odeur n'avait aucun secret et je ne bougeais pas d'un poil. J'étais allongé seul sur le lit, sans rien pour masquer ma nudité … Oui, Milie venait de me piquer toutes les couvertures avant de les laisser tomber par terre pour dévoiler son corps si parfait. Je ne pus réprimer un sourire devant la scène. Elle posa les mains sur son ventre et ferma les yeux. Qu'est ce qu'elle faisait au juste ? Aucune idée, et mon frère derrière la porte qui parlait encore de son petit déjeuner. Le contraste en était presque hilarant, mais je regardais la demoiselle qui avait partagé mon lit cette nuit d'un air étonné.

    MILIE « Je… tu… On… Nous… »

    Oui, mais encore ? Est-ce qu'on avait couché ensemble ? Oui. Est-ce que je regrettais ? Oh que non. Est-ce qu'elle avait été bien ? Elle avait même été parfaite, c'était un moment magique. Le tout était de savoir laquelle de ces questions elle se posait. Elle finit par revenir sur le lit et je la regardais amusé. J'avais du mal à comprendre ce que signifiais cette petite scène, mais ça me faisait sourire. Elle prit mes mains et les posa sur son ventre. Euuuh Milie, c'est pas parce qu'on a eu un rapport non protégé … Quoi ?! O.O Oh merde le con ! Enfin, c'est pas parce qu'il n'était pas protégé qu'elle sera véritablement enceinte.

    MILIE « Tu sens quelque chose ?! »

    JESSE « Milie ... »

    Mais c'est qu'elle y croyait vraiment en plus ! Remarque, c'était la première fois, son angoisse était peut être justifiée. Pour ma part j'étais parfaitement serein. Mon frère partit pour laisser place au silence et mes mains ne bougèrent pas de son ventre. Je la regardais un peu bizarrement.

    JESSE « Qu'est que tu espère, Milie ? Ce n'est pas parce qu'on l'a fait une fois que tu sera obligatoirement enceinte tu sais … »

    Je ne lui apprenais sans doute pas grand chose, mais là je me posais des questions quand même. Qu'est ce qui pouvait bien lui être passé par la tête … Je ne comprenais pas vraiment et pourtant mes mains restaient scotchées sur son petit ventre pourtant si plat et qui ne semblait en aucun cas abriter un petit être. Après tout, je l'aurais sentis si elle avait été enceinte, je sais ce que ça donne une femme enceinte, j'ai vu ça avec Nessie à l'époque.
    La porte s'ouvrit sur Matt qui nous surprit moi les mains sur le ventre de sa sœur. Il m'avait demandé la permission pour entrer, mais je n'avais pas fais attention et après une courte attente sans réponse il était rentré de son plein gré, mais qu'elle tête n'a t il pas tiré quand il nous a vu ! Je retirais aussitôt mes mains du ventre de Milie.

    JESSE « Ce n'est pas ce que tu crois Matt, Milie n'est pas enceinte. »

    J'en avais l'air si sûr. En même temps, je ne étais vraiment pas convaincu que ce soit une bonne chose qu'elle le soit à ce moment là. Je retins Milie assise qui, étonnée par l'entrée de son frère, avait refermé le draps autour d'elle sans pour autant se soucier que moi j'étais toujours nu. Heureusement que ce n'était que Matt ...

    MATT « Milie … Papa est en bas, tu devrais partir. »

    JACOB « Nan, Papa est derrière toi. Milie ?! »

    Papa Black apparu derrière Matt et moi j'étais toujours pas habillé. Je choppa un draps que Milie avait laissé par terre pour me couvrir on ne peut plus. Bonjour la situation. A poil devant le beau-frère et le beau-père sachant qu'aucun des deux ne savait que Milie était dans les parages. Niveau retrouvailles on fait mieux … Sans que je comprenne tout je vis Milie se lever et passer devant son père à peine enroulée dans un draps sans même ciller et lui balançant même un « Salut 'Pa. ». Je ne pus réprimer un sourire et à peine eu-t-elle quitté la pièce que je réalisa qu'il était temps pour moi d'en faire autant. Je passa devant Jake dans la même tenu que Milie lui balançant un « Bonjour beau-papa. » au passage pour finalement filer rejoindre Milie dans la salle de bain. Je ferma la porte et le verrou et me tourna vers elle explosant presque de rire face à la situation à laquelle on venait d'être confrontés. Elle me jeta un magnifique regard noir.

    JESSE « Désolé ce n'était pas drôle. » dis-je en avançant en avançant vers elle avec un petit sourire. « Toutes mes excuses. » dis-je en plaçant mes mains sur ses hanches.

    Je l'embrassa sans plus de cérémonie et mes mains glissèrent dans son dos. Je la sentais encore quelque peu récalcitrante. *Oh aller fais pas cette tête, il ne va pas te bouffer non plus. * Et puisqu'on était dans la salle de bain … autant prendre un bain nan ? Ou pas … Comment ça 'ou pas' ? Non mais ce n'était pas une question mademoiselle :p Je pris Milie dans mes bras et la porta, récalcitrante ou non, jusque sous la douche et alluma l'eau. Draps ou pas autour d'elle, j'en avais pas grand chose à faire. Une Milie pas contente est une Milie qui crie, d'autant plus que j'avais mis l'eau froide. Moi éternel gamin ? Oui, fort possible et fier de l'être pour ce genre de choses. Je lui fis un grand sourire de vainqueur et eu le droit au jet d'eau en pleine poire.

    Combien de temps ça dura exactement ? Aucune idée. Je sortis de la douche le premier. C'était un bordel monstre dans la salle de bain. Il y avait de l'eau PAR-TOUT ! Je pris mon peignoir et lui en donna un second pour se sécher. Y'avait plus qu'à espéré que Jake soit partit du couloir si on voulait avoir accès à nos habits. J'ouvris le verrou et jeta un coup d'oeil dans le couloir. Personne en vue. J'attrapai la main de Milie et la guida rapidement jusqu'à ma chambre et fermer la porte ainsi que le verrou pour tomber nez à nez avec … Matt, assis sur mon lit.

Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 13 Déc - 23:20


Comme de retour à l'innocence
C'est dans tes bras que tout redevient plus doux et calme...



Je venais de poser les mains de Jesse sur mon ventre pour savoir s’il sentait quelque chose. C’était vraiment ridicule mais mon rêve semblait si réel que j’avais ce besoin d’être rassurée. Mon subconscient n’avait pas tort… Jesse et moi sommes plus que compatible pour une reproduction par l’imprégnation qui nous réuni. Je pouvais être enceinte à tout moment à partir de maintenant. Je savais que c’était possible. J’étais loin d’être idiote. On avait la fâcheuse manie dans la famille de tomber enceinte dès le premier rapport. J’étais bien placée pour le savoir vu que je pouvais lire dans les pensées. Je tenais tant de ma mère et de ma grand-mère que j’insistais à ce que Jesse contrôle le tout. Il avait l’air mi amusé mi hésitant tout de même. Mon prénom sortit de sa bouche comme si je venais de lui sortir une absurdité. J’y croyais dur comme fer. Je refusais d’abandonner cette idée. Le voulais-je au fond de moi pour autant le pousser à vérifier ? J’étais angoissée en tout cas. Avoir un enfant serait magnifique mais il ruinerait tous mes plans. Il était le seul moyen peut-être aussi de me faire rentrer à la maison à part Jesse lui-même. Quoi que ce n’était même pas dit. Jesse paraissait serein à l’idée. Ben oui c’était plus facile pour lui. Il avait VRAIMENT 18 ans et pas 6 comme moi. Il avait eu le temps de grandir, de s’épanouir et de comprendre ainsi que de prévoir. Son imprégnation à ses 16 ans était un envisagement de cette situation future entre nous. Il avait du y penser… ou pas. Je ne savais pas trop en fait. Jesse pensait à trop de choses parfois pour que j’en écoute le tout attentivement. J’avais déjà du mal parfois à faire le tri ne serait-ce que dans mes pensées…

JESSE « Qu'est que tu espère, Milie ? Ce n'est pas parce qu'on l'a fait une fois que tu seras obligatoirement enceinte tu sais … »

MILIE « Et toi tu oublies qu’on est de nature trop féconde à mon goût dans la famille. Dois-je préciser que les premières fois ont toujours suffit ? Ne te suis-je pas la mieux destinée pour te donner un héritier avec plus de chances qu’une autre ? Ne suis-je pas celle qui doit être à tes côtés pour l’éternité à t’aimer et te donner le cadeau d’enfants ? Ne suis-je pas tout simplement la femme de ta vie ? » finis-je par dire avec un sourire en coin.

Je finissais par doucement faire douter Jesse sur ma possible et rapide fécondité. Il se demandait aussi comment j’avais pu arriver en y penser de la sorte. Ses mains ne quittaient pas mon ventre. Il était persuadé que je ne l’étais pas. Moi je sentais que ça ne pouvait que trop arriver. Il ne sentait rien pour l’instant. Moi je sentais déjà l’avenir… A trois dans trois mois ? Pour la nouvelle année ? ça paraissait être demain. Mais je n’eus pas le temps d’y penser plus longtemps que la porte s’ouvrit sur Matt. Jesse retira vivement ses mains de mon ventre. Là aussi je fus très rapide à piquer les couvertures et me couvrir le corps par réflexe ne laissant rien à Jesse.

JESSE « Ce n'est pas ce que tu crois Matt, Milie n'es pas enceinte. »

J’allais partir mais Jesse (sale traitre !!!! Même pas possible de se cacher >.> !) me retint par mes hanches nues.

MATT « Milie … Papa est en bas, tu devrais partir. »

Je sentais de l’hésitation, de l’appréhension, de l’incompréhension et peut-être une envie de me prendre dans ses bras à la fois. C’était la première fois depuis deux ans que je le revoyais et c’est tout ce qu’il trouvait à me dire. En même temps lui-même ne savait pas comment réagir. Je notais son regard croisant le mien, dégouté par cette couleur rouge intense et ce côté vampire qui émanait de moi bien plus qu’avant. Apparemment ce qui le choqua le plus fut ainsi mes yeux et ma présence plus que le fait que je sois nue avec Jesse O.o Bon vous me direz Matt a toujours été pour notre relation. Il me filait même des préservatifs quand j’étais plus jeune XD … Il n’a jamais vraiment su si Jesse et moi avions franchi ce pas. Maintenant on était définitivement grillé.

JACOB « Nan, Papa est derrière toi. Milie ?! »

Rectification : nous sommes maintenant grillés aux yeux de la meute… Quand maman va savoir ça O.O ! Mon cœur s’emballa malgré moi quand mon père apparut devant moi. Je n’affichais rien en extérieur. Mon frère m’avait déjà vu en petite serviette pas loin de Jesse. La situation ne me dérangeait donc pas face à mon frère. Mon père ? C’était une autre affaire. Je regardais d’un rapide coup d’œil Jesse qui pensait qu’il y aurait pu avoir mieux comme retrouvailles entre nous. Je confirme… Et encore ! Si j’avais pu les éviter je m’en serais pas plus mal porté. Je me levais pourtant sans broncher gardant le draps autour de mon corps nu comme si la situation était des plus banales. Je sentais l’envi de mon père à la fois d’étriper et serrer Jesse dans ses bras. Il a osé dénuder sa fille =p mais il l’a aussi en quelque sorte ramené… S’il savait… Il se retint heureux de me voir sein et sauf. Mon frère voulut parler de mon père de mes yeux. Ce dernier n’avait pas capté jusqu’à ce que je passe à côté de lui avec un :

MILIE « Salut Pa’… »

Mon regard l’arrêta net alors que je disparaissais dans le couloir. Il allait en toucher deux mots avec Jesse quand ce dernier se défila pour me rejoindre à toute vitesse sans oublier de le saluer et me pousser vivement dans la salle de bain avant de se faire tirer les oreilles. Je sentais la colère de mon père monter avant de le sentir partir dans le salon rejoindre le père de Jesse. Je me doutais qu’une longue conversation entre nos deux pères allait s’en suivre. De mon ouïe je pouvais tout entendre contrairement à Jesse…

JAKE « Je n’y crois pas qu’il n’ait pas attendu plus longtemps… Ok ils sont imprégnés mais es-ce une raison pour le faire si vite ?! Elle n’a encore que 6 ans ! Il faudrait vraiment le contrôler un peu plus ce gamin ! »

QUIL « Et qui te dit que c’est pas ta fille qui s’est jeté sur mon fils ? Après tout nous restons des loups et tu sais comme moi notre faiblesse face aux charmes de nos imprégnés. Toi-même tu ne sais dire non à Nessie… »

JAKE « Il n’empêche que je n’aime pas l’idée… »

QUIL « Tu as eu leur âge et tu sais ce que c’est… Jesse est assez responsable après pour prendre ces responsabilités. Après tout il t’a ramené ta fille. »

JAKE « Elle a plus l’air d’un vampire aujourd’hui que d’une hybride. Son cœur parait plus lent… ses yeux sont si rouges… Je n’ose même pas savoir avec quoi elle se nourrit ou ce qu’elle a fait durant deux ans ! »

QUIL « Bienvenue dans l’angoisse d’être parent d’adolescent ou jeune adulte. »

JAKE « A qui le dis-tu ! J’aurais encore préféré qu’elle soit comme Matthew plus sage et disciplinée. »

QUIL « On le rêve tous seulement c’est ta fille et j’ai envi de dire tel père, telle fille. Allez ne t’inquiète pas tout se passera bien pour elle. Mon fils n’hésitera pas à s’en assurer comme il l’a toujours fait depuis le début. Et puis ça met un peu de pim… »

Je ne reçus pas la fin de la conversation que Jesse se mit à rire. Je lui jetais un regard noir. Il trouvait ça drôle lui ?! Et on osait le dire mature =p ?! Bon ok il l’était peut-être plus que moi… N’empêche que je ne lâchais pas ce regard menaçant. On aurait pu avoir de sacré problèmes ! Mon père angoissait apparemment autant que moi d’être enceinte… Oh moins je me sentais moins seule. Lui comme moi savait que le premier coup suffit amplement.

JESSE « Désolé ce n'était pas drôle. Toutes mes excuses. »

Il s’avança vers moi et posa ses mains sur mes hanches avec un sourire en coin. Je n’en démordais pas. Il m’embrassa tout de même sans chercher à comprendre ses mains glissant dans mon dos.

JESSE *Oh aller fais pas cette tête, il ne va pas te bouffer non plus. *

Noooooooooooooooooon… Il va juste le tuer si jamais on a un bébé mais à part ça tout va bien ! Mon père me voyait encore comme un bébé de 4 ans et non une femme de 18 ans !

JESSE *Et puisqu'on était dans la salle de bain … autant prendre un bain nan ?*

MILIE « Ou pas … »

JESSE *Comment ça 'ou pas' ? Non mais ce n'était pas une question mademoiselle :p*

O_O ! Il me prit dans ses bras sans même attendre la moindre autorisation et me porta sous la douche pour allumer l’eau. J’avais encore les draps autour de moi –‘ !!!! Je finis par crier en sentant l’eau froide coller sur mon corps. Je tapais vivement Jesse !!!! Je détestais être sensible comme ça aux températures ! Je pris alors la poire de douche et lui foutu dans sa face de gueule d’ange avec ce sourire vainqueur qui m’énervait tant <3 ! Bien fait !

On finit tout de même par prendre une douche à peu prêt convenable ensemble. Je passais le savon dans son dos. Il était diablement sexy. Je m’en mordais les lèvres en cachette avant de le faire se retourner pour qu’il en fasse de même sur mon dos. Jesse avait grandit physiquement alors que moi j’avais pris de jolies formes. Il était encore plus grand maintenant et je paraissais d’autant plus faible à côté de lui (même si c’est pas vrai =p !). Je finis par me blottir sous l’eau tout contre lui ma tête contre son torse. Il faisait plus d’une tête que moi facilement. Ma main sur l’un de ses pectoraux je finis par l’embrasser avant qu’il ne quitte la douche le premier et que je le suive, prenant le peignoir qu’il me tendait. Restez à récupérer mes affaires dans la chambre de Jesse pour m’habiller. Mon père et Quil avait fini dans la cuisine toujours sur le même sujet. L’état de la salle de bain : un carnage =p mais ça je laissais le soin de Jesse de ramasser plus tard XD … Il ouvrit la porte, jeta un coup d’œil, attrapa ma main et me guida jusqu’à sa chambre. Il ferma sa porte et le verrou alors que mon regard se posa sur mon frère assis sur le lit. Jesse le vit aussi en se retournant enfin…

MATT « Je ne veux ni savoir ce que vous avez fait il y a quelques heures ou durant ces deux années. Tout ce que je veux savoir c’est pourquoi tu as fait ça Milie ?! Te rends-tu compte ce que tu as laissé derrière toi ? Es-tu si immature pour agir ainsi ?! »

Ça sentait le reproche en plein nez. Je sentais Jesse se méfier de mes réactions. Il me connaissait assez pour savoir que mon côté vampire pouvait très vite reprendre le dessus. Il maudissait presque Matt d’être si direct. Je regardais Matt un instant avant d’aller chercher mes affaires. Je fis alors tomber mon peignoir sous leurs yeux sans préambule. Matthew se retourna vivement en levant les yeux au ciel. Il jeta alors un regard noir à Jesse qui ne me quittait pas des yeux de son côté. Je m’habillais pour finir par revenir en face de mon frère.

MILIE « J’ai fait un choix et je l’assume. Si je devais recommencer… Je recommencerais sans hésitation. Jamais je n’abandonnerais ce que j’ai gagné ces deux dernières années même s’il m’a fallu risquer de perdre une famille. Aujourd’hui j’en ai gagné un autre. Ne me fait pas la morale sur mes devoirs. C’est bien plus facile pour toi ! Un jour tu seras le chef d’une meute ! Un jour tu pourras faire tes propres choix. Moi tout ce qui m’était réservé c’était un mariage, des enfants et un foyer dont je devrais m’occuper. »

MATT « Parce que tu trouves ça désagréable toi de pouvoir être aimé toute ta vie ?! Je donnerais tout moi pour trouver mon imprégnation et fonder une famille ! Pouvoir me lever chaque matin en me disant que c’est pour elle que je vis… »

MILIE « ça ne me suffit pas. Je refuse un avenir monotone et ennuyeux. Je veux me battre pour une cause en laquelle je crois ! Je veux guider un clan et pouvoir le mener dans le chemin que je trouve le plus droit. Tu ne peux comprendre ce besoin puisque toi tu as déjà tout de quoi rêver pour le futur ! »

Matt et moi n’étions pas du tout sur la même longueur d’ondes. Jamais on n’avait été aussi en désaccord. Lui rêvait de fonder une famille… Moi je rêvais d’amour, d’aventure, de passion, de danger et de puissance. Je ne voulais pas simplement une famille. Je voulais aider, être là pour tous ceux qui ont besoin de moi. Au fond de moi je gardais un bon fond. Mais mes intentions paraissaient encore si radicales pourtant. Et Jesse dans tout ça ? Pour l’instant le mot famille ne pouvait rimer avec avenir pour moi. Mais un futur sans Jesse n’était pas non plus possible et je le savais. Matt comprit qu’il ne pourrait entendre raison. Il finit alors par se lever et dire avant de partir :

MATT « Soit. Détruit ta vie si ça te chante. Mais le jour où il sera trop tard ne vient pas pleurer petite sœur… Parce que je ne pourrais plus t’aider et tenter de te convaincre… »

Il nous laissa seul. Il venait de jeter un sacré froid dans la pièce. Je regardais Jesse pour finir par engager le pas vers la sortie. Je refusais de parler d’avenir ou de quoi que ce soit et j’avais peur que Jesse me pose des questions sur mes intentions futures. Je ne me sentais pas prête à faire un choix. Je fis alors le choix de tenter de briser la tradition de la famille en allant à la pharmacie après ça dans l’espoir d’éradiquer l’espoir d’une nouvelle génération de loup pour le moment… C’était mes ambitions ou ce bébé. Mon choix était fait… Ferais-je passer par la même occasion Jesse en second plan ? M’en laisserait-il vraiment le choix ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Mar 14 Déc - 0:12

    Matt était diablement dur avec sa sœur. Je retenais Milie pour lui éviter de craquer, mais je ne pouvais nier que j'en voulais à Matthew pour la façon dont il lui parlait. Il n'y avait aucune lueur de compassion ne serait-ce que dans son regard. Milie avait fait une belle connerie et moi aussi ça me touchait et je lui en voulais, mais elle avait fait son choix et elle était assez grande pour le faire toute seule, c'était bien pour ça que pendant deux ans je l'avais suivit, espionnée et surveillée de près, mais je n'avais en aucun cas essayé de changer ses choix. Je ne dis pas que ça n'a pas été dur, mais c'est peut être bien parce qu'elle manquait autant d'air qu'elle est partit dans ces extrêmes … Je ne l'avais pas retrouvée pour lui faire la gueule, c'était un choix personnel, mais je savais qu'il arriverait un moment où elle devrait faire des choix et je devrais en faire en conséquence.

    Milie m'échappa un instant et ôta son peignoir sans plus de cérémonie devant son frère et moi-même, nous révélant son corps si irrésistible. Si son frère avait décidé de détourner son regard de son corps, ce n'était pas mon cas. J'avais du mal du mal à résister à l'envie de me presser d'aller à ses côtés pour la prendre dans mes bras et l'embrasser sans un mot. La voir comme ça me donnait presque des pensées pas très catholique et un sourire niais s'affichait sur mon visage. Matt me jetais des regards noirs, mais je l'ignorais royalement. Peu importe, il n'avait pas vraiment son mot à dire dans l'histoire. Milie finit par s'habiller pour mon plus grand malheur pour faire face à son frère. Trêve de plaisanterie, la situation ne le permettait pas.

    MILIE « J’ai fait un choix et je l’assume. Si je devais recommencer… Je recommencerais sans hésitation. Jamais je n’abandonnerais ce que j’ai gagné ces deux dernières années même s’il m’a fallu risquer de perdre une famille. Aujourd’hui j’en ai gagné un autre. Ne me fait pas la morale sur mes devoirs. C’est bien plus facile pour toi ! Un jour tu seras le chef d’une meute ! Un jour tu pourras faire tes propres choix. Moi tout ce qui m’était réservé c’était un mariage, des enfants et un foyer dont je devrais m’occuper. »

    Si Milie avait commencé à parler d'une voix calme et posée celle ci avait finalement monté à la fin. Son frère lui répondit du tac au tac, toujours aussi sèchement. Pourquoi personne n'était-il heureux de la revoir ? Franchement, ils étaient tous là prêt à pleurer quand elle est partit et maintenant qu'elle est revenu, ne serait-ce que provisoirement, ils ne trouvent rien de mieux que lui faire des reproches. Si elle préférait repartir d'où elle venait ça ne m'étonnais même pas. Ils étaient absurdes et complètement aveugles !
    Le ton montait de plus en plus, mais je ne m'opposais pas. Je sentais au fond de moi que cette discussion était nécessaire. Milie et Matt ne tombaient sur aucun accord, ils restaient tous les deux sur leurs positions, ne cherchant même pas à comprendre l'autre. Je ne les avais jamais vu autant en désaccord … et dire qu'ils étaient si proches avant … Matt était têtu, mais il savait s'avouer vaincu quand c'était peine perdue et qu'il n'y avait rien d'autre à faire. C'était le cas en ce moment et autant lui que Milie étaient bien trop butés pour entendre raison. Finalement il se leva et partit non sans ajouter une dernière phrase:

    MATT « Soit. Détruit ta vie si ça te chante. Mais le jour où il sera trop tard ne vient pas pleurer petite sœur… Parce que je ne pourrais plus t’aider et tenter de te convaincre… »

    Nous voilà seuls. Il n'était plus là et pourtant l'ambiance était encore bien tendue. Milie était habillée alors que j'étais encore en peignoir. Elle me regarda un instant je pouvais lire plusieurs sentiments indescriptibles dans ses yeux et au fond elle ne pouvait cacher une certaine douleur due à ce que son frère lui avait dit. Sa famille n'avait pas l'air prête à l'accepter telle qu'elle était aujourd'hui, et encore, c'était un euphémisme. Elle tenta de se diriger vers la sortit, mais je tendis un bras, lui barrant la route sans plus d'effort. Elle secoua la tête d'un air dépité et voulu contourner mon bras pour sortir quand même, mais je l'attrapa par le poignet. Nos regards se croisèrent et mes mots s'envolèrent instantanément. Que dire ? Que faire ? Je ne pouvais la laisser partir comme ça, mais dire que je comprenais ce qui lui arrivait serait mentir.

    JESSE « Dans l'hypothèse où tu serais enceinte, sache que je ne t'abandonnerai pas Milie. Pendant deux ans je t'ai laissé te chercher, tester tes limites, changer bien des choses et prendre ta vie en main comme tu le souhaitais, mais je n'étais pas loin pour autant et je serais toujours là pour toi quoi qu'il arrive et peu importe ce que pensent ton père et Matt. Ce ne sont pas leurs affaires, cela ne regarde que nous et nous seuls. »

    Je cherchais son regard mais je savais qu'elle n'aspirait qu'à une chose: partir d'ici et retrouver sa liberté tant appréciée. Je savais que j'avais beau vouloir faire tous les sacrifices que je pourrais, j'étais né pour défendre la race humaine et elle avait fait l'impasse sur la partie d'elle-même qui la rattachait à ce monde faible et vulnérable. Je pouvais tenter de fermer les yeux comme je l'avais fais pendant deux ans, comme je l'avais fais aussi quand j'avais vu la couleur si sanglante de ses yeux autrefois si parfaits, mais je ne pouvais le faire éternellement. Un jour ces histoires me rattraperaient c'était inévitable et de toute façon si on était amenés à avoir un enfant je ne voulais pas l'élever dans ce milieu là.
    Je finis par attraper son menton pour qu'elle me regarde. Son visage se voulait impassible, mais au fond, son cœur n'était pas aussi dur que ce qu'elle voulait laisser paraître. J'écartais une de ses mèches de cheveux qui lui retombait sur le visage. Et tout naturellement, je posa mes lèvres sur les siennes pour lui offrir un baiser si délicat auquel elle ne répondit pas. Mon égo venait d'en prendre un coup et une petite lueur de malice dans les yeux, je lui offris un second baiser bien plus passionné pour finir par la porter jusqu'à mon lit, là où tout avait commencé finalement. Je m'arrêta au dessus d'elle, avec un petit air de celui fier qui avait eu ce qu'il voulait parce qu'on avait répondu à son baiser. Au fond, j'étais toujours un grand gamin avec un égo démesuré, mais ça me plaisait. Cependant les gamineries ne valaient qu'un temps et c'est on ne peut plus sérieux que je la regardais maintenant.

    JESSE « Par si tu veux, du moment que tu me laisses être avec toi. Je n'ai aucune attache ici et je te suivrais au bout du monde. Je ferais une croix sur la meute et tout ceux que je connais si ça peut m'éviter l'enfer de ces deux dernières années. Je ferais n'importe quoi, mais par pitié, ne fais rien qui te mette en danger ... »

    … toi ou l'éventuel être qui grandit en toi. On ne savait même pas si elle était enceinte et j'avais déjà tendance à réagir comme un père. Finalement, elle avait limite à me mettre son idée dans la tête. Après tout, il est vrai que Nessie et Bella ont été enceintes dès la première fois si je me souviens bien. Elle n'avait pas tord sur le fait que c'était possible que ce soit le cas pour elle aussi, et même si on était jeunes, je crois bien qu'au fond ça ne me dérangerait pas. Peut importe qu'on soit deux ou trois, du moment qu'on puisse rester ensemble et heureux de préférence.

Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Jeu 16 Déc - 1:08


Je ne m'attendais pas
A ce que le sort s'acharne sur moi
Je ne pensais pas
Que quand je te reverrais
Je ne pourrais que succomber...



Matt’ partit brisant une partie de mon cœur au passage… Je ne supportais pas de perdre mon frère. Pourtant je ne pouvais le laisser avoir raison. Il n’avait pas le droit de ne vouloir qu’une partie de moi et pas l’autre. J’étais humaine d’un sens mais aussi vampire. Il fallait qu’il comprenne que j’avais choisi d’être vampire un peu plus qu’humaine. Je sentais de la peur au fond de son cœur avant qu’il ne franchisse la porte. La peur que je devienne une ennemie… Mais je l’étais déjà. Ne comprenait-il pas que sa réaction ne m’aidait pas à revenir. Je ne voulais plus qu’on me cloitre dans un rôle. Je voulais choisir de moi-même mon avenir et aujourd’hui je le voulais… près de Jesse mais en tant que vampire. Un loup et un vampire… Nous aurons tout vu… Pourtant je refuse de mettre Jesse de côté. Peut-être en demandais-je trop mais j’en prenais le risque. Mais avant ça il fallait que je règle certains détails. J’avais alors zappé l’idée d’un bébé dans mon ventre… C’était bien loin de moi maintenant. Je regardais Jesse avec à la fois l’envie de me retrouver dans ses bras et fuir. Si je ne l’avais pas retrouvé je n’en serais pas là. J’aurais oublié ce que veut dire aimer… Je n’aurais pas retrouvé cette part d’humanité en moi. Je serais devenue égoïste… Pourtant au fond de moi j’ai toujours été plus vampire qu’humaine et ce dès le départ… Je me souvenais adorer boire le sang plutôt que de faire petit dej’ avec ma famille. Celui de Jesse en était encore plus enivrant encore. J’ai toujours détesté ressentir les sentiments que je pouvais avoir… J’avais choisi un vampire pour fiancé… Soyons logique un instant. Les Volturis ne m’ont pas changé… je n’ai pas changé… je suis simplement tombé dans un extrême d’un de mes côté zappant l’autre partie de moi qui me rattachait à Jesse. Parfois j’aimerais tellement sacrifier ma raison et n’obéir qu’aux lois de mes désirs et de mes envies. Seulement mon cœur prenait des allures de raison ces derniers temps. C’était la première fois que ces deux parties de moi se mettaient d’accord. Je voulais partir… Arrêter tout ça… Ne plus ressentir ça… Sacrifier mon cœur et ma raison par pur plaisir de pouvoir dominer sur le monde… Ce rêve, mon ami Volturi me l’avait si bien rentré dans le crâne, que j’avais du mal à m’en détacher. Mais ce n’était pas au gout de Jesse qui me barra le chemin une fois… deux fois… Nos regards se croisèrent. Il ne savait quoi dire. Moi je savais. Un mot suffisait. On ne devait plus s’unir… Je le voulais mais je ne pouvais. Adieu aurait du être ce mot… Je ne pouvais plus retourner dans ma famille et je ne le voulais plus de toute façon. Je portais le nom de Volturi et plus celui de Black… Je faisais parti d’un nouveau clan qui ne pouvait être compatible avec Jesse… Adieu…

JESSE « Dans l'hypothèse où tu serais enceinte, sache que je ne t'abandonnerai pas Milie. Pendant deux ans je t'ai laissé te chercher, tester tes limites, changer bien des choses et prendre ta vie en main comme tu le souhaitais, mais je n'étais pas loin pour autant et je serais toujours là pour toi quoi qu'il arrive et peu importe ce que pensent ton père et Matt. Ce ne sont pas leurs affaires, cela ne regarde que nous et nous seuls. »

J’évitais son regard. Je savais que s’il le captait cet adieu s’envolerait loin de moi. Troisième tentative stoppé par sa main qui attrapa mon menton. J’évitais son regard aussi dur soit-il. Mes yeux ne pouvaient pourtant pas y résister longtemps. Je posais mon regard impassible et pourtant brulant dans le sien. Il écarta un de mes mèches de cheveux. Je me sentis chavirer malgré moi… Ses lèvres se posèrent délicatement sur les miennes qui ne répondirent pas aussi tentant le baiser soit-il. Un autre baiser se fit insistant sur mes lèvres avant qu’il ne me porte jusqu’à son lit. Je déviais le regard…

JESSE « Pars si tu veux, du moment que tu me laisses être avec toi. Je n'ai aucune attache ici et je te suivrais au bout du monde. Je ferais une croix sur la meute et tous ceux que je connais si ça peut m'éviter l'enfer de ces deux dernières années. Je ferais n'importe quoi, mais par pitié, ne fais rien qui te mette en danger ... » *toi ou l'éventuel être qui grandit en toi.*

Mon regard finalement se reposa sur Jesse. Je daignais enfin le reconsidérer même si mon regard était douloureux. Comment faire… ? Non tout ceci ne m’est pas égal… Lui et moi c’est pour la vie. Une larme coula le long de ma joue. On a toujours voulu faire les choses en grands comme nos parents… J’ai toujours été de nature à aller trop vite… On s’est souvent séparé mais on ne peut s’empêcher de se retrouver. Un jour je vais le détester… Le lendemain je le désirerais. Je suis condamnée à l’aimer… Etre vampire me permettait de fuir aussi ce sentiment puissant qui me fait chaque jour un peu plus peur. C’est comme si je m’auto-flagellé… Je ne pouvais m’empêcher de me faire souffrir en cherchant milles façons de l’oublier. Mais c’est moi que je tentais d’effacer en essayant de mettre une croix sur lui. Alors oui on souffre… Oui je suis idiote de repousser cet amour… Mais pour rien au monde je ne changerais ça. Mes milles et une façon de me débarrasser de ce sentiment et de le voir réapparaitre me prouver un peu plus à chaque fois que vivre sans lui ne serait que survivre simplement… Et aujourd’hui je me retrouvais face à lui. Il me prouvait une fois de plus que lui et moi c’était pour la vie… pour l’éternité… Malgré cette larme un sourire apparut sur le coin de mes lèvres.

MILIE « Même avec toute la volonté du monde je ne pourrais ne pas t’appartenir… Si je pouvais je te dirais, reste avec moi… A chaque fois qu’on est loin je sens mon cœur se briser… Mon cœur est tatoué de ton amour. Mais je vais franchir cette porte et partir loin de toi… Un loup et un vampire… ça ne s’est jamais vu dans l’histoire. C’est impossible. Je conjugue notre amour à l’imparfait… »

Je baissais les yeux un instant avant d’inspirer profondément et lui déposer un baiser sur le coin des lèvres comme un adieu… Je ne pouvais être une Volturi et aimer Jesse. Ce n’était pas possible, complètement incompatible… J’en avais cette conviction… Mes lèvres commencèrent alors à se décoller de sa peau…
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Jeu 16 Déc - 21:49

    Tout ce que je lui avais dit je le pensais au plus profond de moi même, ce n'était pas une simple mascarade pour qu'elle reste, non, loin de là. Ô bien sûr je souhaite qu'elle reste à mes côtés pour le restant de ses jours et qu'on vieillisse ensemble, mais avant tout, je veux qu'elle soit heureuse. Peu importe que ce soit avec moi ou eux, du moment qu'elle l'est et qu'elle ne risque pas sa vie inutilement et celle de mon éventuel enfant. Et même si elle ne portait pas mon enfant, il n'empêche que je ne voulais pas qu'elle risque sa vie.
    Elle avait finit par me regarder, enfin. Même si elle était bien trop fière pour le montrer, j'avais comme l'impression qu'elle était un peu perdue. Tellement de choses avaient changé en si peu de temps que s'en était troublant, même pour moi. Une larme coula sur son visage et ma gorge se serra. Mes yeux suivaient cette larme le long de sa joue pour finalement apercevoir un sourire sur ses lèvres. C'était bien du Milie tout cracher ça, cacher tout et sourire peu importe ce qui se cachait derrière.

    MILIE « Même avec toute la volonté du monde je ne pourrais ne pas t’appartenir… Si je pouvais je te dirais, reste avec moi… A chaque fois qu’on est loin je sens mon cœur se briser… Mon cœur est tatoué de ton amour. Mais je vais franchir cette porte et partir loin de toi… Un loup et un vampire… ça ne s’est jamais vu dans l’histoire. C’est impossible. Je conjugue notre amour à l’imparfait… »

    Ca ne s'est peut être jamais vu, mais moi j'y croyais dur comme fer. Elle baissa les yeux et ses lèvres vinrent se poser au coin des miennes. Pourquoi voulait-elle absolument mettre fin à notre relation ? On est jeunes, certes, mais peu importe le nombre de fois où l'on a été séparés, le destin nous à toujours remis sur la même route. Pourquoi aller contre le destin ? Ne pouvait-on pas enfin le laisser faire et suivre cette route ensemble ? Je fermais les yeux. Je ne voulais pas que ses lèvres quittent ma peau, je ne voulais pas qu'elle quitte cette pièce et je voulais encore moins d'un futur incertain. Je voulais vivre ma vie avec elle et ça je le savais depuis bien des années. Pourtant ses lèvres se décollèrent peu à peu de ma peau et instinctivement mes lèvres se posèrent sur les siennes. Ma main monta jusqu'à sa joue et essuya la larme qui avait coulée. Je la regardais dans les yeux.

    JESSE « Et moi je veux le conjuguer au futur ... »

    Elle prit ma main et l'ôta de sa joue pour finalement s'extirper du lit et se diriger vers la porte. Elle posa la main sur la poignée et l'ouvrit, mais je m'y opposa radicalement en la refermant. J'étais entre elle et la porte et elle n'hésita pas à me lancer un de ses regards noirs dont elle avait le secret.

    JESSE « On a jamais été comme tout le monde et peu importe que ce ne soit jamais vu un loup et un vampire, parce que moi je le vois très bien. »

    Je m'approchais d'elle doucement pour prendre son visage dans mes mains, mais elle tourna la tête en me voyant arriver. Je saisit tout de même son visage et plaqua mes lèvres contre les siennes pour un baiser plein de passion et même si elle y répondit, ça ne l'empêcha pas de s'envoler par la fenêtre pour autant. Je ne m'accorda pas le temps de réfléchir à la situation et lui emboîta le pas de suite. Elle courait, mais j'avais comme l'impression qu'elle ne cherchait pas vraiment à me fuir car sinon elle aurait avancé encore plus vite. Si certains auraient pu penser qu'elle n'allait pas aussi vite parce qu'elle ne se doutait pas de ma présence moi je n'y pensais pas une seconde. Milie ne connaissait que trop bien mon odeur pour ne pas l'avoir sentis derrière elle. Pourquoi n'accélérait-elle pas davantage alors ? Seule elle pouvait le dire.
    Je lui attrapa le bras et la plaqua contre le premier arbre qui me passa sous la main. Sur le coup je ne fis pas tellement attention, mais la tenait là, contre cet arbre, les mains maintenues par les miennes de part et d'autre de sa tête contre l'écorce. On aurait pu croire à un prédateur ayant attrapé sa proie, et on en était pas bien loin. Je ne me fis pas prier pour m'emparer de ses lèvres pour un baiser des plus passionner. Mon cœur battait vite à cause de la course et ne reprenait pas vraiment un rythme normal. Où est-ce qu'elle m'avait amené ? Aucune idée et je m'en foutais royalement, je savais juste qu'on était assez loin de chez moi. Mes mains lâchèrent ses poignets pour laisser mes doigts se glisser dans les siens avant de finalement les laisser libres pour aller se poser sur ses hanches. Elle savait se faire désirer et en se moment précis il faut bien avouer qu'elle était des plus désirables. Nos lèvres ne se quittaient pas. Je sentais ses doigts agripper mes cheveux, les miens n'étaient pas loin de lui ôter son T-shirt. Pour ma part, j'étais toujours en peignoir, mais celui tombait légèrement à cause de la course que je venais d'effectuer et si elle le voulait, elle n'aurait aucun mal à le retirer. Enfin, qu'elle le veuille ou non, en tout cas son t-shirt à elle venait de quitter son joli corps pour s'étaler lamentablement par terre. Est-ce que j'avais en tête de le faire dans la forêt ? … Est-ce qu'un aveugle souhaiterait retrouver la vue ? Et bien c'était plus ou moins la même chose … Comment ça, ça n'avait rien à voir ? Mais si, mais si …
    Mes mains s'étaient posées sur ses petites fesses sans rien demander à personne et l'avaient soulever doucement pour laisser ses jambes s'enrouler autour de ma taille. La ceinture qui retenait mon peignoir semblait se desserrer sans que je n'y prête plus d'attention que ça. Ça avait beau ne pas être très classe et tout ce qu'on voulait, je voulais le faire ici et maintenant, et ça n'avait pas l'air de la déranger plus que cela. Son pantalon et ses sous vêtements allèrent rejoindre son t-shirt sur le sol et mon peignoir finit lui aussi sa course un peu plus bas. Aucun mot, pas un seul. Juste le son des battements de nos cœurs qui résonnaient comme une mélodie unique. L'enfant que j'étais il y a deux ans n'aurait jamais pensé une seul seconde à le faire ici et tenté de le faire, mais je n'étais plus cet enfant et qu'importe qu'on soit au beau milieu de la forêt ou dans une rue de Fort Smith, il n'y avait plus que nous deux qui existaient à mes yeux et je n'hésita pas à m'unir encore une fois avec celle que j'aimais. C'était peut être une grossière erreur, mais je ne le réalisais pas … pas encore.

    « Oh désolé, je dérange on dirait. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Dim 19 Déc - 23:36


    C’était indéniable : je ne pouvais lui résister… Je n’aurais pas pensé que ce soit pire encore après deux ans ! C’était plus fort et plus intense. Es-ce qu’avoir partagé son lit de bien des manières y jouaient ? Il était mon premier après tout. Et je ne comptais pas enchainer avec d’autres… Voilà une part de mon humanité qui me rattachait à la raison et à Jesse. Je ne voulais le faire qu’avec lui. Pour moi il n’y avait que lui qui puisse me faire autant vibrer… Je savais comment lui plaire autant qu’il savait m’attirer. La tentation de l’interdit y jouait aussi beaucoup. Jesse était ma destinée depuis toujours et pourtant il était une zone dangereuse de mon cœur, celle qui pouvait me faire perdre l’équilibre et retrouver ma condition d’hybride se rapprochant de l’humaine plutôt qu’une pure vampire assoiffée par ce plaisir du sang d’un être humain. Je le voulais à chaque instant… et pourtant je devais partir loin. Je ne devais pas lui céder une deuxième fois. J’étais bien avec lui mais je ne pouvais pas abandonner mes idéaux. Mes lèvres vinrent se poser sur le coin des siennes dans un adieu. C’était mieux ainsi. Je voulais absolument mettre fin à cette relation quoi qu’il arrive. Je ne devais pas laisser mon amour pour lui m’aveugler et me rendre faire. Je devais me battre contre ça ! Mais Jesse n’étais pas de ce goût. Il captura mes lèvres dans un baiser que je ne pouvais refuser. Il avait l’art de me charmer. Je l’aimais aussi pour ça. Je sentais mon cœur revivre à chacun de nos baisers ! Sa main monta jusqu’à ma joue. Je le voulais… je le désirais… dur de résister à ses pulsions. Comme l’envi d’être l‘objet de ses désirs. Mais même au nom de l’amour pourrais-je renoncer à tout ça ?

    JESSE « Et moi je veux le conjuguer au futur ... »

    Je savais au fond de moi que oui… Il ne suffisait que de temps… Et peut-être d’un bébé. Je savais qu’être enceinte d’un loup ne me laisserait pas le choix. Je devrais abandonner ce rêve… Rapprendre à vivre auprès de Jesse. Je pouvais aussi être capable de laisser l’enfant à Jesse et partir ? Soyons raisonnable. J’avais un cœur… Résister à l’amour je pouvais mais résister à la chair de mon sang pas dit… Je pris sa main pour l’ôter de ma joue… Je me dirigeais vers la porte. Je devais partir pendant que j’en trouvais encore le courage. Ma main se posa sur la poignée mais là encore Jesse n’était pas vraiment d’accord. Il fallait croire qu’on n’était pas tant d’accord que ça depuis qu’on s’était revu. Et à chaque fois il finissait par avoir le dernier mot… Notre enfance était bien loin derrière nous. Il était loin le Jesse soumis de mon enfance. Loin était l’enfant qu’il était à simplement s’émerveiller de me voir me mouver. Il était devenu un homme qui prenait de droit ce qu’il estimait être à lui. Avait-il tort ? Non… Il me connaissait si bien qu’il savait qu’il n’aurait pas les choses comme ça venant de moi-même sans venir les chercher. Je ne suis pas si forte pour assumer cette passion que j’aie pour lui pour l’instant. Je n’ai que six ans après tout… Je restais encore au stade que n’importe où dans le monde je ne pouvais que penser à lui… Je vivais très bien loin de lui mais il ne quittait jamais mes pensées. Encore combien de temps faudrait-il pour que je fasse un pas vraiment vers lui ? Un an ? Dix ans ? Un siècle ? Un millénaire ? Je savais que ce jour viendrait tôt ou tard. Il me faisait peur… J’avais peur de ma vie avec Jesse. Au moins loin de lui je pouvais tout contrôler à ma guise. Prêt de lui je perdais tous mes moyens. C’est comme si tout à coup ma vie n’était plus entre mes mains mais bien entre les siennes. Je ne pouvais encore être prête à ça… Dépendre autant de quelqu’un me faisait peur. Et lui ne se pria pas à me le rappeler quand il posa sa main sur la porte pour la refermer alors que je voulais sortir…

    JESSE « On a jamais été comme tout le monde et peu importe que ce ne soit jamais vu un loup et un vampire, parce que moi je le vois très bien. »

    Une fois de plus il décidait et une fois de plus au fond de moi je l’écouterais volontiers si je n’avais pas peur… Je me laisserais complètement guidé. Mais je ne pouvais pas… Il s’approcha de moi doucement pour prendre mon visage dans ses mains. Je tournais la tête de peur de croiser son regard et craquer. Il plaqua ses lèvres contre les miennes. C’est comme si nous faisions un peu marche arrière et que mon envi de partir s’évaporer. Le besoin d’être dans ses bras me trahissait. Je devais vraiment partir loin de lui. Je ne contrôlais plus rien en sa présence. Ce n’était pas humain… Moi qui avais tant aimé ne pas l’être sur le coup j’étais servie –‘… Je ne sus ne pas lui répondre. J’aurais tant voulu rester stoïque mais comment faire face à ça… Je l’aimais… Comment résister à sa passion ? Comment tenter ne serais-ce que de penser le défier en refusant ses lèvres alors que les miennes ne faisaient que désirer les siennes ? L’amour ne se commande pas. On en était la preuve. Tout serait plus simple si je pouvais effacer d’un claquement de doigts nos sentiments. Seulement plus le temps passait et plus c’est moi qui devenait sa soumission… Plus le temps s’écoulait et comment prétendre que je ne veux pas de lui ? Et pourtant je partis… Je franchis la fenêtre. Je voulais m’éloigner autant que rester. Comment faire face à ça. Encore un baiser et je ne pourrais plus partir. Je devais fuir…

    Et il m’attrapa le bras… Il me plaqua sans même me demander mon avis contre le premier arbre qui passe par là. Mes poignets se retrouvaient dans ses mains, dans une pure position de soumission face à sa domination sur moi. Je fus surprise de sa façon de faire pour m’arrêter. Je sentais mon cœur s’accélérait malgré moi. Ses lèvres se posèrent sur les miennes. Je ne pus m’empêcher d’avoir l’envie que ses mains glissent sur ma peau de satin. Foutu baiser ! Je savais très bien que le prochain me serait complètement fatal… Mes lèvres brulaient complètement de désirs pour lui. Pourquoi le destin avait choisi ça pour moi ? Pourquoi j’étais aussi faible face à un homme ? La réponse était pourtant évidente depuis si longtemps… Jesse était l’homme de ma vie. Et je luttais malgré tout risquant un jour de le perdre à jamais. Peut-être que l’imprégnation était un moyen de contrer ma tête de mule ? Peut-être que cette forme d’attirance bien plus que bestiale faisait que même si je ne voulais pas, je ne pouvais résister à l’envie ne serait-ce que d’y penser. Si seulement je pouvais juste y penser… Non il fallait en plus que j’agisse ! J’eus malgré moi le désir d’aller bien plus loin qu’un baiser. L’image d’être enceinte me traversa l’esprit. Je ne pus réfuter cette envie de l’être de Jesse malgré moi. Es-ce ça l’imprégnation ? Aimer à un point d’en mourir ? Aimer à un point de vouloir donner la vie ? Aimer à un point d’être prête à tout lâcher et abandonner ?

    Ses mains lâchèrent mes poignets pour un peu plus de délicatesses. Franchement… Je crois que jamais je n’ai autant aimé sa spontanéité. Il me rendait dingue de lui. Ses doigts dans les miens, mes lèvres ne le laisser pas s’éloigner. Je suivais son baiser sur cette même note de passion et de tendresse mélangé. Ses mains doucement vinrent se poser sur mes hanches. Mes mains ne purent s’empêcher de se poser dans ses cheveux. Tiens… On eu la même idée. Au moment où je voulus lui enlever son peignoir qui gênait plutôt qu’autre chose c’est mon t-shirt qui partit très loin de moi. Oserons-nous ? Franchement ? Vous êtes sur de vouloir une réponse ? Moi Milie Black Volturi oserait faire l’amour avec Jesse Ateara dans la forêt contre un arbre de façon si passionnée et presque bestiale ? Noooooooooon… Jamais… Nous sommes purs et innocent voyons… Et surtout pas en manque de l’un de l’autre…

    Il me souleva en posant ses mains sur mes fesses nues. Moi rien dire ? Pourquoi faire ? J’étais totalement sous son emprise. Mes baisers se faisaient plus forts encore et mon corps ne désirait que ça. Pourquoi lui refuser ce plaisir ? Ce que j’aimais le plus dans cette histoire ? C’est que Jesse ait l’audace d’une telle chose… Se faire prendre à tout moment. Je sentais mon cœur battre à tout rompre par cette passion mélangé à la peur que mes parents ou ses frères nous surprennent. Ça aurait été le pompon quand même, même s’ils savent tous ou s’en doute qu’on a franchi ce pas. Bon peut-être que maman n’est pas encore au courant mais soyons honnête… Nous sommes assez grands maintenant pour ce genre de choses. Je n’ai que six ans ? 18 ans je dirais… Et puis… Je l’aimais. C’était ma plus belle raison de le faire encore et encore rien qu’avec lui jusqu’à ce que mort s’en suive. Et je savais qu’il ne serait pas contre cette idée…

    Je sentais sa passion se mêler à la mienne. Si la première fois je n’avais su me contrôler et apprendre à vraiment apprécier le moment même si ça avait été pas mal quand même, la seconde fut plus facile pour moi à garder le rythme de mon cœur un peu plus stable, du moins de ce que je pouvais… Jesse ne se rendait pas compte que mon don me faisait ressentir à la fois mes émotions et les siennes, d’où l’intensité surement du moment bien plus profonde pour moi que pour lui. Qu’il ne pense pas y échapper cette fois. Tout ce que je ressentais il le ressentait. Tout ce qu’il ressentait, je le ressentais. Je le sentais vibrer d’autant plus à lui faire partager ce moment avec lui. Il m’entrainait complètement… Inutile de parler, tout est écrit dans nos cœurs. Je ressentais comme un redébut de nous deux. Comment peut-il arriver à me capturer comme ça ? J’avais tant de chances de l’avoir à mes basques tout le temps. Au fond s’il n’était pas autant auprès de moi je n’en serais pas là à l’aimer comme ça… Plus il s’accrochait et plus il se rapprochait d’un avenir ensemble. Après tout même un vampire ne pouvait résister pour l’éternité face à autant de passion et d’amour… Mon corps, mon cœur comme mon âme lui était prédestiné et il en avait la totale possession au creux de ses mains en cet instant en ne faisant de nous plus qu’un…

    MIKE « Oh désolé, je dérange on dirait. »

    Je venais tout juste de remettre ma veste alors que Jesse ne pouvait décocher ce sourire en coin. Moi-même j’avouais avoir souri juste avant ne réprimant que difficilement mon envi de rester tout contre lui nu. J’avouais l’avoir fait mais ayant peur que mon père ou un autre de la meute nous découvre j’avais fini par le priver de ma peau nue. Il était un peu déçu mais pensait que j’avais raison. Encore plus quand on voyait qui débarquait. Jesse avait fort heureusement son peignoir. Enfin je ne vis pas tellement la différence quand après la surprise son réflexe fut de se transformer pour s’opposer entre moi et Mike. Je grimaçais. Bon et bien Jesse je te présente, Mike et Mike Jesse… XD Hum… Non valait mieux se taire. Je voyais Jesse prêt à bondir, montrant les dents. Je posais ma main sur son pelage pour le calmer. Il tenta de m’empêcher de passer mais je ne lui laissais pas le choix. Mike me tendit la main le sourire carnassier. Je la pris sans broncher.

    MIKE « Je suis désolé petit louveteau de t’enlever notre princesse mais on a à faire… »

    Je sentais de la provocation dans la voie de Mike. Jesse grognais. Je le stoppais de la main et d’un regard froid retrouvant des élans de vampires qui m’avaient lâché il y a si peu. Mike me fit par la pensée état de la situation actuelle et de sa pensée sur ma façon de m’unir avec un loup. Je lui retournais violemment ma pensée que ça ne le regardait pas et que je faisais ce que je veux. Il me tira alors avec lui… Jesse allait-il laisser faire ça ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 0:10

    Fort heureusement que Milie ai eu le bon sens de remettre sa veste avant qu'on soit interrompu. Qui était-ce ? J'étais dos à lui, mais il empestait le suceur de sang ! Il ne me fallut qu'une fraction de seconde pour me retourner et me transformer aussitôt en loup. Je ne connaissais pas son prénom, mais je savais qu'il traînait pas mal avec Milie. Je l'avais observé plusieurs fois à ses côtés pendant ces deux dernières années et sa présence à Fort Smith ne me m'inspirait rien de bon. Pourquoi Milie l'avait-elle ramené ici, elle aurait franchement pu le laisser à Volterra … Son air hautain et sa voix m'exaspéraient au possible. Je m'étais placé instinctivement entre Milie et lui pour l'empêcher de l'approcher, mais celui ci n'eut pas beaucoup d'effort à fournir puisqu'une simple main tendue lui suffit pour attirer Milie. Et le voilà tout sourire, je sentais la rage grimper en moi. Inutile de vous préciser que je n'appréciais pas sa présence et encore moins auprès de Milie.

    MIKE « Je suis désolé petit louveteau de t’enlever notre princesse mais on a à faire… »

    Rit, rit, petit vampire, mais tu ne feras pas le malin bien longtemps. Je grogna pour manifester mon mécontentement et Milie ne m'envoya qu'un regard froid. Je n'aimais pas ce regard là. On était si proche il y a à peine deux minutes que ça me laissait un goût amer de la voir retourner auprès de lui sans aucune hésitation comme s'il n'y avait rien eu de spécial. Mais, regard noir ou pas, je n'étais pas vraiment décidé à la laisser partir aussi facilement et encore moins avec lui. Je vis l'être blafard la tirer avec lui. Pure réflexe, je sauta sur son bras pour qu'il la lâche et il me renvoya à mon point de départ. Je dérapa, faisant voler un peu de poussière pour lui faire face en position d'attaque. Mes crocs blancs étaient largement visibles, mes poils dressés sur mon dos et mes yeux affichaient un regard noir qui en aurait dissuadé plus d'un, mais pas lui. Je sentais qu'il se méfiait de moi, mais ça ne l'empêchait pas d'afficher un de ces sourires arrogants qui avait le don de m'énerver. J'avais bien envie de lui faire ravaler son sourire. Je grognais pour le mettre en garde. Je ne voulais pas engager le combat pour Milie, mais pourtant j'en mourrais d'envie.

    MIKE « Bah alors sale cabot on se sait que grogner ? »

    Il allait voir lui si je ne savais que grogner ! Ni une ni deux, je sauta au dessus de Milie et le fit tomber à terre, du moins, ce fut mes intentions. A la place je finis derrière lui et je me hâta de faire volte-face aussi rapidement que lui. Je lança ma nouvelle offensive et réussis cette fois ci à l'envoyer bien plus loin contre le sol, mais il n'y resta pas bien longtemps. J'allais profiter de l'ouverture, mais Milie s'interposa entre lui et moi avec un regard on ne peut plus noir. Elle me regardait sans ciller et j'en faisais autant. Pourquoi est-ce qu'elle s'en mêlait ? Ça ne la regarde pas, c'est lui qui l'a cherché, je ne faisais que répondre. Je lui faisais bien comprendre par mes pensées, mais elle ne bougea pas pour autant. Par tout les dieux, c'est fou ce qu'elle est têtue ! Elle doit tenir ça de son père … Je m'assis calmement, les oreilles baissées en signe de capitulation face à elle. Ça ne servait à rien de chercher à avoir raison, je risquais juste de la faire partir. Je devais prendre beaucoup sur mon égo pour capituler et ce n'était pas une chose facile, mais si l'autre tâche n'en mettait pas du sien ça durera pas bien longtemps cette trêve … Je voulais bien être bon, mais il y avait des limites quand même, j'avais pas l'intention de me faire marcher sur les pieds pour autant.
    Cet arrogant de vampire qui l'escortait ne put s'empêcher de sourire en signe de victoire d'un air de dire que j'étais soumis, ni plus, ni moins. Je lançais un regard désolé à Milie et fonça sur son subordonné. Il finit par terre, moi sur lui. Je sentis alors les pensées de Milie dans ma tête, totalement contre cet affront. Un poil d'inattention et me voilà envoyé à quinze kilomètres. A croire que je ne pouvais mener un combat digne de ce nom quand elle était dans les parages. Franchement, c'est honteux de sembler en difficulté face à ce vampire.

    JESSE * Je suis désolé, mais tu l'as vu toi même quand j'ai arrêté il en a profité pour me rabaisser. Je veux bien qu'il soit ton ...ami …. , mais je ne tolère déjà pas qu'un de mes frères ou un membre de la meute me rabaisse alors je ne vais certainement pas l'autoriser, lui, à le faire. *

    Le mot ami avait eu un peut de mal à sortir, même en pensée. Honnêtement, pouvait-on vraiment parler d'amitié avec un gars comme ça ? Toujours est-il que ma fierté était en jeu et il était hors de question que je me laisse faire par un type comme lui, même à l'article de la mort je me battrais. Je voulais bien faire des compromis pour Milie, accepter certaines choses, mais lui ça semblait impossible. C'était à lui de se contrôler et de se rabaisser, moi j'ai tenté, il l'a bafoué, maintenant c'était à lui de s'avouer vaincu. Stupide fierté, mais il en était ainsi, j'étais un loup fier jusqu'aux bouts des ongles.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 0:18


    Et voilà que deux parties de mon âme se disputaient devant moi. Il aurait été si aisé pour Matthew de choisir à ma place et je le savais. Mais moi j’étais différente. Je ne pouvais pas. Mon côté vampire faisait autant pari de ma vie que mon côté humaine et un peu louve… Comment arriver à faire la part des choses ? Je ne savais vraiment plus où me placer. Mon cœur me disait de suivre Jesse… Ma raison me hurlait de suivre Mike… Comment s’en sortir et faire comprendre aux garçons ce que vous-même vous ne pouvez expliquer. Oui si je n’étais pas partie je n’en serais pas là. Mais si je n’étais pas partie, je serais mariée à Chris à l’heure actuelle et peut-être même enceinte ou jeune mère… Chris avait disparut… On ignorait tous ce qu’il était devenu. Mon cœur avait fini par le croire mort et faire son deuil auprès de Mike qui m’a toujours aidé. Aurais-je du rester et faire mon deuil auprès de Jesse ? Peut-être… Peut-être que tout était une erreur mais moi je ne le voyais pas comme ça. Les volturis m’ont permi de rester forte et de ne pas m’abattre. Ce chemin a permi à Jesse de se renforcer et devenir l’homme qui me fait craquer aujourd’hui. Tout avait des inconvénients mais aussi des avantages. Et je me retrouvais encore face à un choix qui mettait en jeu ma relation avec Jesse. C’est dingue quand même ! A croire que je ne peux simplement accepter d’être heureuse avec Jesse et vivre ma vie normalement comme ma mère l’a fait avant moi. Je n’étais pas normal. Toutes les femmes dans ma famille ont choisi l’amour… Moi je choisissais le pouvoir. Ne m’avait-on pas échangé au berceau ? Je pensais ressembler beaucoup à Bella ou maman mais il faut croire que j’étais loin de cette passion qui m’obligeait à choisir l’amour. Y avait-il quelque chose qui cloche chez moi ? Je ressemblais beaucoup plus à mon père que je voulais l’admettre avec un peu d’Edouard, prêt à sacrifier mon amour par la raison… Au final je me retrouvais embarquer par Mike… Je le suivais volontiers mais mon cœur se déchirait. Il ne supportait pas cet éloignement de Jesse. Mike me traitait de princesse… J’étais loin de connaitre ces véritables projets. Mike avait ce don comme Jesse de savoir contrôler ses pensées en ma présence. Oui je les entendais mais elle était loin de ce qu’il pouvait préparer en réalité. Et moi encore si jeune, je ne pouvais que me douter de rien…

    Je sentais la colère de Jesse monter. Il n’aimait pas qu’on m’éloigne de lui. Mon cœur pensait la même chose. Si j’étais si faible, je retournerais dans ses bras et dirait à Mike d’aller se faire… « foutre » et royalement. Seulement je tenais à ma place chez les Volturis. Jesse grognait… Je lui jetais mon regard qui se voulait le plus froid possible. Dans la colère il ne vit pas qu’il était difficile pour moi de me retirer loin de lui. Et si on faisait un flash-back et qu’on revenait en arrière ? Et si je restais dans ses bras ? Et si on n’allait pas dans cette forêt ? Et si je n’avais pas cherché à fuir depuis le début. C’est comme si je partais aussi vite que j’étais arrivée. Je me connaissais. La séparation était difficile mais une fois revenue chez les miens je ne ressentirais plus ce besoin comme anesthésier par mes plans. Je sens encore que je risque de faire du mal autour de moi. Je sentais le cœur de Jesse en vrac. C’est comme si pour lui je m’en allais avec un bout de lui. Je n’aimais pas cette sensation… Il n’était pas décidé à me laisser partir comme ça. Je maudissais le moment où j’avais choisi de le tuer. Jamais je n’aurais du l’approcher. Je n’en serais pas là… Jesse lança une première offensive mais Mike l’esquiva très bien. La deuxième pourtant lui paru plus fatal. En même temps Mike n’aurait pas du chercher Jesse. C’était quoi ça ? Un concours de mâle pour m’avoir ? J’étais loin de me douter que j’étais bien plus proche de la vérité que je ne puis le croire… Peut-être pas pour les mêmes raisons mais le résultat pour moi était presque le même.

    Je dus m’interposer entre les deux loustiques. *Vous avez fini oui ?!* Je fusillais Jesse du regard mais ma colère allait aussi contre Mike. Je ne voulais pas les voire se battre. Jesse pensait que ça ne me regardait pas. Il avait tort ! Je refusais de voir les deux êtres qui m’étaient cher se battre ! Je ne cédais pas. Je restais droite entre ces deux là pour que Jesse arrête d’attaquer. Il finit par s’asseoir calmement tout en baissant les oreilles par capitulation. Moi aussi je pouvais avoir le dessus sur lui, il ne fallait pas croire. Je ne vis pas le sourire arrogant de Mike. Je vis alors Jesse changer d’avis. Je vais le baffer >.> … ! Il finit par réattaquer. Mike se retrouva par terre tandis que Jesse l’écrasait de ses énormes pattes. *Noooon !!! » Je ne voulais pas que Jesse face du mal à Mike ! Et Jesse finit par se faire éjecter loin par Mike.

    JESSE * Je suis désolé, mais tu l'as vu toi même quand j'ai arrêté il en a profité pour me rabaisser. Je veux bien qu'il soit ton ...ami …. , mais je ne tolère déjà pas qu'un de mes frères ou un membre de la meute me rabaisse alors je ne vais certainement pas l'autoriser, lui, à le faire. *

    Mike se rapprocha de moi gardant tout de même un œil sur Jesse. J’ordonnais à Jesse d’arrêter de se battre et savoir ce contenir un peu face à un simple sourire. Mike fit glisser mes cheveux pour apporter ses lèvres prêts de mon oreille et me dire qu’il fallait qu’on y aille, qu’il était une perte de temps pour moi. Je retournais mon visage vers Mike pour lui faire oui de la tête. Il me laissa pourtant le temps de dire quelque chose à Jesse.

    MILIE « S’il te plait ne te mêle pas de ça… »

    Mike fit glisser sa main le long de mon bras pour provoquer Jesse pour atteindre ma main. Je ne fis même pas attention particulièrement à ce geste. Il posa alors son autre main sur ma hanche délicatement se posant entre Jesse et moi. Il insistait pour qu’on y aille. Je finis par accepter. Je laissais alors Jesse là/ Jesse n’était pas dupe. Il voyait bien l’influence que Mike avait sur moi. Il n’hésita pas à me rappeler chacun des bons moments qu’on venait de passer… ma famille… Il m’incitait lui aussi à revenir de mon plein gré. Je ne voulais céder. Il me suivit toujours avec ces images. Je n’aimais pas sa façon de faire. Il ne voulait pas me lâcher. Je lui en demandais par pensée mais il me suivait quand même à quinze mètres de moi en refusant ma demande. Mike me pressait le pas.

    MIKE « Il va nous lâcher oui ?! »

    MILIE « J’ai bien peur que non… »

    MIKE « C’est le pompon Milie… Un lycan… Franchement tu aurais pu trouver mieux si ce n’est pour ne pas arriver à t’en détacher. Je vais finir par avoir des doutes sur ta détermination à servir les Volturis. Ils vont être fous de joie quand ils vont l’apprendre… »

    MILIE « Non !! »

    MIKE « Alors fait ce qu’il faut… »

    Il me donna son poignard… C’était plus un symbole parce que si je le voulais je n’avais pas besoin d’une telle arme pour tuer un membre de la meute. Si je le voulais… Seulement ce n’était pas dans mes projets. Je repoussais l’arme.

    MILIE *Ne t’es-tu jamais demandé pourquoi je faisais tout ça ? Me réinfiltrer dans la meute peut être un point fort qu’on peut exploiter pour non les tuer mais les soumettre à notre volonté. Quelle meilleure idée que d’avoir des lycans pour garde du corps et serviteur ?! Fais-moi confiance…*

    MIKE « Cette idée me parait tirer par les cheveux… »

    MILIE « Et pourtant elle marchera… » *Elle commence déjà à marcher…*

    Je me retournais en direction de Jesse. Je le vis apparaitre devant moi à dix mètres au moins pour s’asseoir. Mike n’aimait vraiment pas mon idée mais il reconnaissait que si on arrivait à soumettre une meute entière on pourrait devenir puissant… Je m’approchais de mon amoureux… Mike restait sur ses gardes en me laissant faire. Je viens alors poser ma main sur son encolure.

    MILIE *Je te rejoins demain au clair de lune au lac caché et reculé de Fort Smith… Je pense qu’on y sera tranquille.*

    Jesse avait déjà plus l’air content de la proposition que de le quitter sans lui promettre de le revoir un jour. Il me lécha la joue .>.> Beurk beurk !!! Il me demanda de faire attention à moi en espérant que le temps passerait vite jusqu’à me retrouver. Il partit alors enfin, me laissant seule avec un Mike impressionné.

    MIKE « Ce clébard t’ait vraiment soumis ! »

    MILIE « Le talent… » Et surtout l’amour…

    J’eus un sourire en coin. Du quel je me jouais le plus ? Jesse ou Mike… ? Tout paraissait confus et moi j’avais bien l’impression sur le coup de mener la danse. Je finis par continuer à suivre ce vampire alors que je sentais l’odeur de Jesse s’éloigner peu à peu. Demain sera un nouveau jour… J’avais hâte et la curiosité de déjà y être…
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 0:26

    Milie m'avait donné rendez vous au lac ce soir et le moment fatidique arrivait à grands pas. J'étais impatient de la retrouver, de la serrer dans mes bras, de l'embrasser amoureusement mais aussi avec une certaine passion et plus que tout, je voulais ne plus jamais la quitter. Je savais au fond de moi que ce ne serait pas possible, qu'on devrait se quitter peut importe la raison. On ne pouvait rester coller indéfiniment, mais je voulais l'accompagner dans tous ses déplacements, la suivre partout, peut importe le lieu et les personnes qui y seront.
    J'avançais, heureux de la retrouver, en sifflotant. J'étais plutôt bien habillé: chemise, cravate … jean … bah quoi faut pas pousser non plus. J'allais pas me pointer en smoking quand même. J'aimais les chemises, les cravates passaient plutôt bien de temps en temps comme les vestes de costume, mais pas les pantalons ! Et puis, les jeans ça fait plus classe je pense. Bref, j'avançais, sifflant des airs gaies. Bientôt je pourrais la prendre dans mes bras et l'embrasser et j'en avais hâte.
    Le lac n'était plus qu'à quelques mètres de moi et plus je m'en approchais, plus un sourire s'étirait sur mon visage. Le clair de lune était filtré par les arbres et les rayons se reflétaient sur l'eau calme du lac. J'aimais ce lieu.
    Je leva les yeux et regarda de l'autre côté du lac et mon sourire s'effaça peu à peu et je sentais mon estomac se nouer à l'intérieur de mon corps. J'avais envie de vomir. Deux personnes étaient debout, enlacés nus. Les voir comme ça me donnait envie de fuir en courant. Milie et son ami vampire étaient là, l'un contre l'autre, en train de s'embrasser. Mes membres étaient crispés. Je voulais fuir, mais je ne pouvais pas. Mes jambes refusaient de bouger. J'étais contraint à observer ce spectacle affreux.


    J'étais là assis dans mon lit, torse nu, mon cœur battant un peu vite. Quel affreux cauchemar ! Je fixais ma couette d'un air horrifié. Milie … l'autre tâche … ensemble ? IM-PO-SSI-BLE ! Je ne voulais même pas y penser. Je me levais et enfila un simple pantalon de jogging pour aller me rafraîchir un peu dans la salle de bain. Je n'aimais pas ce que je venais de voir, et encore c'était un mot bien faible, et pourtant, je ne pouvais m'empêcher d'y penser. Moi ? Jaloux ? Possible … Pourtant je les avait vu pendant deux ans ensemble et ils étaient largement aussi proches qu'hier et ça ne me touchait pas plus que ça, pourtant là c'était différent. Pourquoi ? Sans doute parce qu'entre temps j'ai vraiment eu l'impression qu'elle m'appartenait. C'est un peu égoïste comme sentiment …
    Il est tôt et la journée s'annonce longue, pendant celle ci je m'efforcerais de ne plus penser à ce rêve, c'était mieux pour moi.

    WILLIAM « Oh mon dieu … mon frère est pire qu'une princesse ! »

    JESSE « Ta gueule Will … » dis-je sans détourner la tête.

    J'étais debout, devant le miroir de ma chambre à me demander quelle chemise mettre. C'était un choix compliqué ! Blanche, noire, rouge … j'ai du choix, peut être même un peu trop à mon goût. William qui était passé devant ma porte entre-ouverte, n'avait pu s'empêcher de jeter un commentaire en passant sa tête dans l'ouverture. Il aimait me taquiner et il l'avait toujours fait, j'étais habitué maintenant et quand il ne m'embêtait pas j'étais tenté de penser qu'il n'allait pas bien … Et même si je lui avais dit de se taire, au fond, je savais que ça m'avait manqué pendant ces deux ans. J'étais vraiment très lié avec mes frères, surtout Will, et ne pas les avoir eu à mes côtés pendant les épreuves que j'avais dû surmonter fut difficile, mais j'ai survécut et je suis content de les retrouver.
    Il était là, adossé contre l'encadrement de la porte et il ne bougeait pas d'un poil. *Tu pourrais me conseiller au lieu de rester planté là 'spèce de boulet ! * Et comme pour répondre à ma pensée, la voix de mon frère arriva jusqu'à mes oreilles.

    WILLIAM « La noire … j'te laisse te préparer petit frère. » dit-il en s'éloignant avant de revenir pour ajouter « Hey petit frère, je suis content que vous vous soyez retrouvés. » dit-il avec un clin d'oeil.

    JESSE « Moi aussi Will … moi aussi … »

    Mon frère me laissa me préparer dans le silence qui envahit bientôt ma chambre. Moins d'un quart d'heure plus tard j'étais douché, coiffé et habillé. Bref, j'étais prêt à partir. J'étais largement en avance et j'en tournais en rond dans ma chambre. Will, qui était passé deux ou trois fois devant ma chambre, m'avait lancé plusieurs « tu vas finir par user la moquette. » mais je n'avais pas relevé. Finalement, j'avais décidé de sortir, même si j'étais en avance.
    Il ne me fallut pas longtemps avant d'arriver sur place et comme je l'avais pensé, Milie n'était pas encore là. J'allais devoir l'attendre. Les minutes seraient sans doute longues, mais peut importe puisqu'elles me permettraient de voir celle que j'aimais au final … en espérant qu'elle ne m'aie pas oublié.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 0:33


    Je quittais Jesse dans la promesse de le revoir le lendemain… Mon cœur avait hâte. Mon corps voulait déjà y être et ma raison me le condamnait. Je ne devais pas… Mais comme tout ce que je ne devais pas faire, c’était bien plus fort que moi. Il fallait que j’y aille. C’était bien connu, l’interdit m’attirait à un point inimaginable… Ou es-ce simplement le pouvoir de Jesse sur moi qui après deux ans a grandi d’une façon inimaginable. C’est comme si j’étais incapable de me contrôler en sa présence. Je voulais me fâcher, le tuer, l’étriper mais un seul baiser finissait par me condamner. Comment me sortir de cet affaire. Mike me disait que cette relation était une véritable mauvaise idée. J’étais tout à fait d’accord avec lui. Mais comment contrôler cet élan de passion ? Jesse aurait été un humain je l’aurais peut-être transformé pour régler ce problème. Seulement je n’avais pas choisi n’importe qui… Tout n’était pas simple… Je savais qu’il me suffisait d’ouvrir les yeux et de comprendre où était l‘heure. Mais il y avait bien trop de choses en jeu. Je ne voulais pas abandonner cette réalité. Me cachais-je la vérité ? J’ai si peur parfois de revenir après ce que j’ai fait… Je ne suis plus la petite fille qui est partie pour un amour de jeunesse… Je suis bien celle qui a tué pour des idéaux… celle qui a fait du mal à une part d’elle-même. Je ne savais pas comment Jesse pouvait encore être là. Depuis le début de notre présence au Canada tout avait mal tourné pour lui… D’abord j’étais partie. On s’est retrouvé certes mais j’ai fini par choisir un autre que lui, accepter ce mariage et partir loin de lui pour retrouver un amour loin de lui. J’ai fini par me lier avec son ennemi principal. Je l’ai repoussé… J’ai voulu le tuer. Je désire encore l’éliminer. Comment fait-il pour rester aussi passionné malgré tout ça ? J’étais encore trop jeune pour comprendre que l’espoir peut faire faire bien des choses aux hommes… Pour moi ce n’était qu’une stupide pensée. Alors oui je me cache la vérité. Je refuse de voir ce que j’ai dans le cœur… Heureusement quelque part que Jesse était là pour me le montrer. Sans lui je pourrais être perdue. Mais ça encore j’étais loin de m’en rendre compte. Moi tout ce que je voyais en Jesse c’était un mélange de passion, de désir et d’amour… C’est lui qui me rendait de nouveau plus vivante que jamais. Je sentais mon cœur rebattre en sa présence. C’est comme si une force surnaturelle me poussait à aller vers lui. J’avais ce besoin d’être dans ses bras. Je voulais ressentir de nouveau cette protection autour de moi. Il me manquait…

    J’avais ce petit air rêveur assise au bar. Mike finit par claquer les doigts devant moi pour me réveiller. Je ne sursautais pas mais quittais bien mes pensées complètement tournées vers Jesse. Il devina d’ailleurs une partie de tout cela en voyant rien que la flamme dans mes yeux qui leur donne une couleur un peu plus naturelle…

    MIKE « Je te laisse quelques secondes seule et tu trouves le moyen de t’enticher d’un lycan… Milie, tu connais mon point de vue sur cette histoire. Tu ne peux l’aimer et être vampire… »

    MILIE « Je ne… » suis pas une vampire ? « l’aime pas… »

    MIKE « oui et moi je suis un troll… »

    MILIE « Et bien… » dis-je avec un sourire en coin.

    MIKE « Milie ! Sérieusement ! Tu ne comptes tout de même pas… »

    MILIE « En quoi ça te dérange ?! Si je reste moi ? Si je fais ce qu’il faut ? N’ais-je pas le droit de m’envoyer en l’air avec celui que je veux ?! En quoi ça dérange !! Je fais bien ce que je veux avec mon corps ! »

    MIKE « C’est juste une question de sexe ?! » O.o « Tu sais… si c’est vraiment juste pour ça… Un lycan… c’est vraiment dégueulasse. Tu aurais pu choisir mieux. »

    MILIE « Comme toi ? Désolée Mike tu n’as jamais eu cette sauvagerie que peut avoir un lycan… »

    Peut-être aurais-je du me taire il posa sa main sur sa mienne et en deux temps trois mouvements je me retrouvais le dos au bas et lui tout contre moi, ses lèvres pas loin des miennes. Je sentais mon cœur s’emporter par la surprise. Il souriait fier de lui. Je me demandais ce qu’il préparait. Pas difficile à le savoir quand on sait que je peux lire en lui. Il voulait prouver qu’il pouvait lui aussi être sauvage et m’avoir s’il le voulait. Il oubliait une chose. Avec Jesse c’était plus qu’une question de bestialité. C’était un lien qu’on ne pouvait briser. Un pouvoir qui faisait qu’on ne pouvait pas se résister mutuellement. J’avais très vite fini par le comprendre… Entre nous c’est électrique. Quand il bouge, tous mes sens sont en éveilles. Pas avec Mike… Le poignard que je gardais sur moi se posa sur son entre jambes aussi rapidement qu’il m’avait retourné. Il sourit amusée que j’ai l’audace de penser que ça puisse vraiment le blesser. Il s’approcha un peu plus de moi se foutant de ceux autour de nous. Le silence régnait presque, les buveurs alentours curieux de voir comment j’allais m’en sortir. Il frôla mes lèvres…

    MIKE « Tu as beau me menacer je sais au fond de toi que tu n’en es même pas capable… »

    MILIE « Ne me provoque pas Mike tu pourrais le regretter… »

    Il posa ses mains autour de moi pour me piéger dans ses bras. Il était bien plus vieux et plus fort que moi mais j’ai toujours eu la vitesse de mon côté. Il fit alors la seule chose qu’il n’aurait pas du. Il saisit mes lèvres sans même me demander mon avis. Mes dents réagirent au quart de tour. Je le mordis violemment. Il recula par surprise alors que je pointais le poignard vers son cœur.

    MILIE « Ne t’avise plus jamais à recommencer où c’est une meute que je vais lancer à ta poursuite. Ne me sous-estime pas… Je reste aussi infime soit-il, louve… ça serait dommage que dans ma recherche de soumettre la meute de mon père je m’en serve pour te tuer… »

    Un sourire carnassier naissait sur mes lèvres. Il me le retourna fier de voir à quel point je pouvais être diaboliquement tentante. J’effectuais une pression du poignard sur son cœur bien mort depuis longtemps.

    MILIE « Maintenant ici c’est moi le chef. Soumet-toi ou meurs… »

    Il leva les mains en guise d’acceptation. Je rangeais mon arme. Je me réinstallais au bar tranquillement. Je regardais mon verre d’alcool. Des flammes meurtrières s’illuminèrent dans mes yeux. Mike les capta… Qui a dit que je laisserais des témoins à cette scène ? En quelques secondes je fis un massacre dans le bar pour juste après effacer mes traces. Mike se servit de son don de persuasion pour effacer la mémoire du barman au passage. Je m’essuyais les lèvres, jetais un regard à Mike pour disparaitre…





    Je choisis une robe d’un noir intense pour cette soirée. C’était bien plus facile de se fondre dans la masse que la robe rouge sang que j’adorais mettre à Volterra pour plaire à Aro… Il parait que je ressemblais beaucoup à ma grand-père. Un air de famille sur le visage… C’est d’ailleurs à cause de cette robe rouge que Mike m’avait approché, tenté d’en apprendre un peu plus sur la nouvelle protégée des Volturis… Je ne le laissais pas insensible et je le laissais mais peu m’importait Mike. Moi ce que je voulais c’était Jesse… Si je ne pouvais pas le tuer, je le possèderais… J’étais pourtant loin d’être idiote. En tentant de l’avoir c’est lui aussi qui m’aurait. C’était comme ça mais j’étais prête à prendre le risque…

    Je marchais sur ce sol presque mouillé au clair de lune. Je le vis au loin tout prêt du lac. En avance ? Je ne pouvais m’empêcher de sourire. Il repéra mon odeur mais me laissa avancer sans se retourner. Il ne me fallut que quelques secondes pour poser mes mains sur son torse, entourant son corps de mes bras. Mes mains longeaient les boutons de sa chemise avec un sourire en coin. Je fermais les yeux laissant ses pensées envahir mon esprit. Il avait mis tellement de temps à choisir cette chemise pour ce soir ? Dommage… *crac* Je venais d’ouvrir sa chemise un peu violemment faisant sauter tous ses boutons pour l’ouvrir et passer mes mains sur sa peau nu suivant chaque tracé de son torse. Etait-il étonné de ma façon de lui dire bonjours ? Ce vantard trouvait ça plutôt normal que je ne puisse pas lui résister. J’enlevais doucement mes mains de son torse et autour de lui. Il se retourna vers moi. Je me mordis les lèvres en regardant la forme de son torse. Il s’approcha… Je reculais avec un sourire en coin… Il voulait mes lèvres ? D’humeur peut-être taquine, je refusais de lui accorder ce privilège tout de suite. Je faisais glisser mes mains contre mes hanches pour l’en rendre dingue de ne pas pouvoir les toucher… Mes mains remontaient presque à ma poitrine avec ce mordillement de lèvres que je ne pouvais retenir. Je vis son sourire en coin pour accélérer le pas et me plaquer contre l’arbre pas loin derrière moi. J’échangeais les places pour le plaquer à son tour contre l’arbre et lui faire non de la tête en souriant. Je reculais alors… Arrivera-t-il à m’avoir ? Je me rapprochais en reculant, dangereusement du lac… Je lui faisais signe de venir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 1:26

    J'étais plus ou moins perdu dans mes pensées, mais ça ne m'empêchait pas de repérer clairement son odeur bien avant qu'elle n'arrive à ma hauteur. Pourtant, je la laissa approcher sans me retourner pour autant. Je restais là, l'air de rien, et je n'eus pas à attendre plus que quelques secondes avant de sentir ses mains sur mon torse, ses bras autour de mon corps. Ses mains se baladaient sur les boutons de ma chemise. Peu importe le temps que j'avais mis à la choisir, j'avais comme l'impression que je ne la garderai pas bien longtemps sur mon dos ou le contraire serait étonnant. Mais j'avais raison, elle n'attendit pas très longtemps avant de l'ouvrir d'un seul coup. Hey, doucement quand même ! Faudrait pas me l'abimer non plus … Comment ça elle en avait rien à faire ? Maiiis ! Si j'avais tenté de feindre le garçon attristé par le fait qu'on ai malmené sa chemise je ne le resta pas plus d'une fraction de seconde. Ses doigts suivaient les courbes de mon corps et ça avait le don de me faire sourire. Est ce que j'étais étonné ? Bah, pourquoi ? Après tout c'était normal, elle pouvait évidemment pas me résister, ni à moi, ni à mon corps si parfait <3 En même temps, dire que mon corps n'est pas parfait serait mentir, enfin bref, j'ai comme l'impression que je m'enfonce là alors je vais me taire …
    Toujours est-il que ce soir je la sentais bien d'humeur taquine. Elle se mordait les lèvres, reculait quand je m'approchais et faisais glisser ses mains contre ses propres hanches pour m'éviter d'y poser les miennes. Ah elle voulait jouer … et bien on allait jouer. Et oui, manque de chance pour elle, j'étais aussi d'humeur taquine ce soir. J'affichais un sourire le coin. Mon cerveau d'homme ayant été privé de celle qui faisait battre son cœur pendant toute une journée, me suppliait d'accélérer le pas. Je mourrais d'envie de la plaquer contre l'arbre le plus proche et de la dominer de tout mon être. J'en mourrais d'envie et je le fis, mais elle ne me laissa pas dominer bien longtemps malheureusement pour moi. Elle aurait pu alors m'embrasser, mais non, elle marqua le refus d'un signe de tête et recula, se rapprochant du lac. Elle me fit signe d'approcher et j'affichai un grand sourire. Ma chemise termina sa chute sur le sol et je m'approchai alors d'elle avec ce même sourire. Si je tentais de la prendre dans mes bras elle s'en extirpera de nouveau. Je passa juste à côté d'elle sans l'embrasser et me stoppa à sa hauteur.

    JESSE « Hmm nan désolé tu m'intéresse pas ... » dis-je en m'enfonçant dans le lac.

    Oh la tronche ! Elle m'envoya un de c'te regard ! Je souris en me mordant les lèvres. J'avais à peine de l'eau jusqu'aux genoux et je pris sa main pour l'attirer à moi et la prendre dans mes bras pour l'embrasser. Est-ce qu'elle boudait ? Possible. En même temps elle l'avait cherché, mais elle ne boudera pas bien longtemps. Elle en était incapable, j'étais bien trop irrésistible, de la même façon que moi j'étais incapable de la bouder très longtemps parce qu'elle était tout autant aussi irrésistible que moi-même. Elle ne me rendit pas mon baiser et me poussa dans l'eau. Tomber dans l'eau oui, mais tomber seul, non. J'avais attrapé sa main et l'avait alors entraînée dans ma chute. Elle était au dessus de moi et mes mains s'étaient empressés de la saisir par les hanches. Je l'embrassa et là encore elle ne répondit pas. Je sentais qu'elle avait du mal à résister à l'envie de me rendre mon baiser mais elle ne cédait pas. Un baiser dans le coup … Un autre … Mes lèvres juste à côté de ses oreilles murmuraient « Oh aller mon cœur arrête de bouder, tu sais bien que t'es incapable de résister bien longtemps. » dis-je avant de la regarder avec un petit sourire en coin. Comme pour me prouver le contraire elle tenta de s'échapper pour sortir du lac, mais je n'avais pas l'intention de la laisser faire. Je lui attrapa la main et la fit se retourner pour la regarder en secouant la tête négativement avec un petit sourire. Je la regardais en me mordant les lèvres. J'avais l'envie folle de retrouver les courbes de son corps nu, ici et maintenant et je n'avais aucune envie de la laisser partir.
    Je l'embrassa cette fois-ci on ne peut plus passionnément que précédemment. Je ne voyais plus mon futur sans elle, c'était un fait certain. Mes mains caressaient chaque courbe de son corps sous ses habits mouillés. L'une dans la cambrure de son dos rapprocha son corps on ne peut plus du mien.
    Après quelques échanges de baisers passionnés, je n'avais plus besoin de la retenir. Je la regarda un instant droit dans les yeux. Il y avait cette même flamme dans les siens que dans les miens et je la porta sans un mot pour sortir de l'eau et finir allongés sur la berge, sans cesser de l'embrasser. Ses habits humides quittèrent bientôt son corps et on était là, l'un contre l'autre. Elle en sous vêtements, moi juste avec mon pantalon. L'avenir proche ? Pourquoi pas rester comme ça pendant des heures ? Non, c'était une blague. Il ne faisait pas très chaud, mais la chaleur présente entre les deux corps suffisait à réchauffer l'atmosphère. C'était l'un des avantages des loups, on avait jamais froid et qui plus est, on sert de radiateur ambulant. Je m'arrêtais un instant, écartant une mèche de son visage. « Tu sais que tu es magnifique ? Je ne te l'ai pas dis depuis que je t'ai revu, mais sache que tu l'es. » dis-je avec un petit clin d'œil. Elle même parfaite, mais je voulais pas trop la flatter non plus elle risquait de prendre la grosse tête après ;p. En même temps, elle était parfaite, mais elle avait un mec parfait aussi. Oups j'ai comme l'impression que j'ai pensé trop fort, je venais de sentir un petit coup de sa part ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 1:34


    Je reculais vers le lac bien décidée à jouer avec lui. Après tout on était jeune et on était pas non plus obligé d’être tout le temps romantique à se coller à souhait. On pouvait aussi se chercher et se provoquer mutuellement. Moi c’est ce que j’aimais. Ça rendait notre couple bien plus piquant. Couple ? Ais-je pensé couple ? Je crois bien que oui… Mais après tout ne l’étions-nous pas depuis le début ? Malgré mes fiançailles… malgré mon absence... malgré tout… ne lui appartenais-je pas ? Je commençais à comprendre le sens d’une imprégnation. Quoi que je fasse je ne pouvais pas lui résister. Je pouvais étouffer mon cœur mais la vérité était là. On était fait l’un pour l’autre. A voir après si je décide de nous faire souffrir ou de l’accepter tout bonnement. C’est là qu’on se rendait compte que je grandissais. Je ne refusais plus cet état de fait comme il y a deux ans telle une enfant capricieuse. Oui j’en étais encore une quelque part mais je murissais doucement et savais que quoi que je fasse ça finirait pareil : avec Jesse… La nuance n’était alors que question de souffrance comme je l’ai déjà dit précédemment. Ainsi j’acceptais pour l’éternité que peu importe mes choix, c’est lui qui partagerait ma vie ? N’allons pas trop vite… Il serait pour moi, pour l’instant, le seul homme qui pourra me posséder entièrement peu importe le temps et l’espace. Je ne partagerais pas mon corps avec un autre. C’était déjà un bon début pour notre couple. Mais je ne renonçais pas non plus à ma nouvelle famille. Là ça coinçait. Jesse accepterait-il ce choix ? Me suivrait-il malgré tout ? Je refusais de me poser la question et me prendre la tête pour des futilités. Pour moi c’était tout réglé. Il me suivait ou il ne me suivait pas mais je ne renoncerais pas à mon côté vampire. Il avait mon corps et mon cœur mais pas de là à pouvoir me soumettre à ses moindres désirs (enfin ça dépend lesquels j’ai envi de dire…) sans que je ne dise mon mot. Mon futur, il n’y avait que moi qui pouvais en dire mot. Ce que je souhaitais c’est embarquer Jesse dans ce futur. >je savais que mes idéaux et ceux des Volturis risqueraient très vite de se dissocier avec Jesse dans les parages. Je ne renonçais pas à l’idée de prendre possession de la meute. Aurais-je des envies de détrôner mon frère de ce règne ? N’avais-je pas ce don de lire dans les pensées pour rien ? Pour moi rien n’était du au hasard… Mon frère n’avait pas le tempérament d’un meneur comme moi. Je savais qu’il finirait par s’écraser par amour fraternel pour moi tout comme Jesse le ferait par amour inconditionnel. Et le reste de la meute ? Que pouvait-il dire si Mathew me léguait son droit de pouvoir ? Pouvais-je conduire une meute sans ce don d’alpha ? J’avais tout le temps d’y penser… Dire que quand j’étais venue, j’étais loin de penser à piquer la meute à mon frère. Je voulais surtout les exterminer. L’amour de Jesse m’aveuglait peut-être énormément… Je ne pouvais pas faire sans lui. Hors si je ne voulais faire sans lui, je ne pouvais ainsi menacer sa famille. Ainsi un autre plan était de mise… Je voulais annexer le Canada… Et si je le faisais en imposant un nouveau règne, celle des hybrides ? Je réfléchissais bien trop… et trop rapidement. Je pensais presque n’importe quoi. Et puis j’avais toute l’éternité pour réfléchir à cette question et la laisser murir dans ma tête au fil de mes âges. Aujourd’hui était un jour tout nouveau. Je retrouvais peu à peu Jesse non plus comme un enfant mais un homme. Il avait prit une sacré avance sur moi au fond. Je lisais dans son esprit une maturité que je n’avais pas encore… Oui il pensait aussi à s’amuser mais je savais qu’il était conscient de la situation, de notre situation…Je reculais vers le lac et lui faisais signe de m’approcher. Son sourire en disait long et moi j’oubliais un instant mes pensées pour me concentrer sur le présent. Après tout c’est avec lui que je risque de bâtir le futur donc autant arrêter de rêver et faire tout pour que ce que je veux arrive un jour… Il s’approcha de moi démuni de sa chemise. Je découvrais un peu plus son corps à chaque fois. J’avais du mal à reconnaitre l’adolescent que j’ai quitté. Il avait changé. Muri physiquement à une vitesse qui pourrait presque être flippante. Je ne me rendais pas compte que c’était un peu pareil pour moi. Des formes plus généreuses… Un corps bien mieux réparti pour une jeune femme dans le début de sa vie. Les lignes délicates de mon ventre dessinées le signe que mon corps était prêt pour une nouvelle lignée. Jesse ne lâchais pas son sourire. Je devinais son envi de me prendre dans ses bras. Il était aussi malin pour savoir que s’il le faisait, pour le taquiner je trouverais un moyen de m’échapper. Il passa alors à côté de moi pour s’arrêter à ma hauteur. Mon visage se redressait vers le haut. Jesse faisait maintenant une tête facilement de plus que moi. Il avait aussi bien grandit et je m’en rendais compte.

    JESSE « Hmm nan désolé tu m'intéresse pas ... »

    Qu… Quoi ? Je crois avoir mal entendu ! J’affichais un air surpris. Moi pas l’intéresser ? Menteur ! Il souriait… Je lui jetais un regard noir. C’est pas drôle ! Il prit alors ma main pour m’attirer à lui m’obligeant à rentrer dans l’eau. Il me prit alors dans ses bras contredisant ses paroles pour m’embrasser. C’était déjà mieux ! Mais je boude =p Oui oui je suis vexée ! Moi pas l’intéresser ? Et puis quoi encore ?! Je ne répondais pas à son baiser, me laissant tout de même faire… Ben quoi.. Même si je boude, c’est plutôt agréable XD ! Il avait un peu touché ma fierté. Je voulais lui plaire… Etre sans cesse l’objet de ses désirs. Je finis par le pousser dans l’eau. Et moi avec –‘ ! Il venait de me choper mon bras pour me faire tomber avec lui. Alors là ! S’il comptait s’en sortir sans problème il allait être surpris ! J’allais le taper quand il posa vivement ses mains sur mes hanches. *ça va ? Je vois que tu ne perds pas tes vieilles manies…* Et lui il sourit XD … Il m’embrassa alors. Non non je ne répondrais pas. Je suis vexée =p ! Oui enfin qu’il arrête de m’embrasser comme ça quand même parce que là ça devenait de plus en plus dur… Qu’es-ce qui est dur x) ? De lui résister… XD Hum bref (nous n’avons pas du tout l’esprit mal placé…). J’avais une envie folle de lui rendre son baiser. Après tout je n’étais pas insensible à son charme. Et comme si ça ne suffisait pas il me porta le coup fatal : un baiser dans le cou… puis un autre. Mon dieu soit je craque soit je me laisse mourir de désirs…

    JESSE « Oh aller mon cœur arrête de bouder, tu sais bien que t'es incapable de résister bien longtemps. »

    Qu’il ne me tente pas de lui prouver le contraire x) ! Je tentais alors de m’échapper de ses bras et du lac par la même occasion. Il m’attrapa malgré tout la main et me fit me retourner. *Comment ça non ?! Si si je vais sortir de ce pas et te boud…* Je ne finissais pas mes pensées… Pourquoi ? Comment voulez-vous finir quoi que ce soit quand l’homme qui vous attire inconditionnellement était en train de penser de son côté à reposer ses mains sur votre corps nu, là, maintenant. C’était bien trop tentant… Je me mordais les lèvres sous son sourire. *Hum… non !* Je voulus m’échapper mais il saisit mes lèvres comme pour me répondre que si il le ferait. Le baiser était bien plus passionné que d’ordinaire. Ses mains se perdirent dans mes courbes. Même avec une robe, Jesse avait la solution pour toucher la peau nue de mon corps. Il faut avouer que la robe était léger… Sa main dans mon dos nu me rapprocha de lui. Dos nu ? Avais-je oublié de préciser que dans le dos, ma robe dévoilée mon corps du haut du dos jusqu’à la cambrure de mon dos à la limite du haut de mes fesses. Il y avait de quoi poser ses mains sur ma peau facilement… Je frissonnais presque à son contact.

    Il était doué… Un ou deux baisers dans le cou accompagné d’un peu plus de passion sur mes lèvres et je n’étais plus amène de quitter ses bras de ma propre volonté. Je brûlais complètement sous chacun de ses baisers. Après on s’étonnait que je ne puisse pas lui résister longtemps ? Il savait comment s’y prendre… Heureusement j’ai envi de dire vu que je suis tout de même son imprégnée… ça serait un comble quand même… Et puis il dégageait quelque chose dont je ne pouvais lutter. Plus qu’une attirance… Une force m’obligeant à lui être complètement soumise dans ces instants. Oui il avait raison. J’étais complètement incapable de lui résister longtemps… Mais comment y arriver quand on est irrévocablement amoureuse ?

    Il me porta hors de l’eau comme une princesse et me poser sur la berge. Devais-je préciser qu’il était incapable de quitter mes lèvres en faisant tout cela ? En tout cas je ne m’en plaignais pas… Si Jesse était alors doué pour me faire craquer, il était aussi doué pour enlever les vêtements =p ! Qui a dit que je voulais =p ? Bon ok je ne suis pas contre le fait qu’en échange j’ai le droit à des milliers de caresses =D ! Je finis par me blottir contre lui. Il replaça une mèche qui venait de glisser au même moment…

    JESSE « Tu sais que tu es magnifique ? Je ne te l'ai pas dis depuis que je t'ai revu, mais sache que tu l'es. »

    Il ne disait pas que j’étais parfaite mais ses pensées étaient si fortes qu’inutile de le cacher =p Oui j’étais parfaite. A ses yeux… Comme lui l’était aux miens. Après tout c’est pour ça qu’on est fait l’un pour l’autre non ?

    MILIE « Espèce de vantard ! » dis-je en entendant la suite de ses pensées.

    Ma main venait d’atterrir dans une tape sur son torse. Non mais je vous jure. Bon il n’avait pas tort mais quand même XD ! Il me faisait rire. Je basculais alors au dessus de lui laissant tomber mes cheveux en penchant mon regard vers lui. Je finis par m’allonger tranquillement sur son corps « si parfait » xD … J’écoutais son cœur battre tout doucement. Ça m’avait manqué ça aussi. Il m’entoura de ses bras. Je sentais sa chaleur réanimer celle de mon corps. Je n’avais pas tellement froid. En même temps j’avais des gênes de vampires… Mais bon avec Jesse de toute façon ça ne risque pas. *Mon petit radiateur perso <3 !* Ben quoi ! Je l’aime mon radiateur ! Je souriais en me redressant pour poser mes lèvres sur les siennes. De toute façon sur le coup il n’a pas son mot à dire mouahahahah ! Je l’embrassais délicatement. Ça faisait si longtemps que je ne l’avais pas retrouvé comme ça que j’en profitais un maximum. Je finis par me redresser de nouveau à son plus grand malheur.

    MILIE « Je regrette tout le mal que je t’ai fait ces dernières années… Je n’étais pas en âge de comprendre encore l’importance de tous les choix que j’ai pu faire et qui t’ont fait du mal… Mais si on devait revenir en arrière je ne changerais rien. Parce que c’est tout ça qui m’ont fait réaliser une chose… »

    Je remettais une mèche derrière mon oreille qui me gênait tout en me mordant les lèvres. Je m’en rendais compte peu à peu. Tout ce mal pour une chose… Me rendre compte que :

    MILIE « Tu es l’homme de ma vie… Quoi qu’il arrive, quoi que je fasse, je ne peux me séparer de toi comme ça. A peine un regard… A peine un baiser et je ne suis plus capable de rien dans tes bras. Qui aurait cru que tu aurais un jour le dessus sur moi. Juste retour des choses… J’avais ton cœur. Aujourd’hui tu as le mien… Pour l’éternité. »

    Je ne disais pas ça dans le vent. Je le sentais, je le savais. C’était indéniable. Et bien évidemment je ne lui laissais le temps de rien répondre de vive voix, l’embrassant de nouveau de tout mon cœur…
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 1:36

    MILIE « Je regrette tout le mal que je t’ai fait ces dernières années… Je n’étais pas en âge de comprendre encore l’importance de tous les choix que j’ai pu faire et qui t’ont fait du mal… Mais si on devait revenir en arrière je ne changerais rien. Parce que c’est tout ça qui m’ont fait réaliser une chose… Tu es l’homme de ma vie… Quoi qu’il arrive, quoi que je fasse, je ne peux me séparer de toi comme ça. A peine un regard… A peine un baiser et je ne suis plus capable de rien dans tes bras. Qui aurait cru que tu aurais un jour le dessus sur moi. Juste retour des choses… J’avais ton cœur. Aujourd’hui tu as le mien… Pour l’éternité. »

    Si au départ j'avais été frustré qu'elle s'éloigne de moi, je ne le resta pas longtemps en écoutant ses paroles. Tout ce qu'elle disait je le savais, ou plutôt je m'en doutais, mais ça me faisait plaisir qu'elle me le dise. Je savais qu'elle parlait franchement et j'étais fier d'elle. Elle avait grandit en deux ans et même si je l'avais suivit de plus ou moins près je n'avais pas forcément remarqué tous ces changements en elle. Milie avait énormément murit et elle laisse enfin parler son cœur. Au fond de moi, je savais que tout ne serait pas simple pour autant, mais au moins c'était un gros pas en avant. Je voulu sourire, lui dire que je l'aimais, que jamais je ne l'abandonnerai quelques soient ses choix, mais je n'en eu pas l'occasion. Elle ne me laissa pas dire un seul mot, capturant mes lèvres presque aussitôt après avoir finit de parler, mais ce n'était pas vraiment moi qui allait me plaindre. J'aimais ces baisers et j'aimais quand elle prenait l'initiative. Entre deux baisers j'esquissai un sourire, mais mes lèvres étaient reprisent aussitôt. Elle était sur moi et je la laissais dominer, agir comme elle le sentais. Mes mains posées sur ses hanches se baladaient tantôt dans dos, tantôt à la limite de ses fesses. Je la laissais faire, pour une fois.

    On roulait sur l'herbe fraîche, tantôt elle au dessus, tantôt moi. On s'embrassait, on se blottissait l'un contre l'autre, je la serrais dans mes bras et pourtant rien de plus. Je n'avais pas envie que ça se passe comme d'habitude ce soir, je voulais prendre mon temps. Depuis que je l'avais retrouvé je lui avais seulement montré que j'étais plus entreprenant, que je savais parfaitement obtenir ce que je voulais et la soumettre à mes désirs et d'un côté ça me plaisait beaucoup, mais je sais aussi être doux, je sais me mesurer et ne pas être seulement guidé par mes pulsions. Un loup, oui, mais un loup délicat … qui l'aurait cru. Pourtant, j'avais bien l'intention de lui montrer ce soir.

    J'étais adossé à un arbre, elle était sur mes genoux, blottit contre moi. On était en sous vêtements, mais ce n'était pas un problème, on ne craignait pas la fraîcheur et même si ça avait été le cas, je suis le meilleur radiateur du monde Wink Je déposais doucement des baisers sur chaque parcelle de son corps qui passait à proximité de mes lèvres: son front, son coup, son petit nez et évidemment ses lèvres. On était calés depuis un petit bout de temps lorsqu'une musique lointaine arriva à mes oreilles. Une musique calme, douce et agréable. Quelqu'un jouait du violon, pas forcément tout prêt mais mon ouïe fine me permettait de l'entendre. Je me releva doucement, entraînant Milie avec moi et une fois debout je lui tendis simplement ma main.

    JESSE « Aurais-je l'honneur de vous offrir une danse belle demoiselle ? »

    Je pris sa main et l'entraîna au rythme lent de la musique. Nos corps étaient très proches et pas plus habillés que précédemment, mais ça ne nous gênait pas vraiment. A vrai dire, peu de gens venaient ici, la nuit il y en avait encore moins et puis s'il arrivait qu'il y ai une personne égarée qui nous voit et bien tant pis pour elle.
    Ma tête posée sur son épaule on tournoyait, seuls, au bord du lac.

    JESSE « Je t'aime Milie Black et ça, ça ne changera jamais. »

    Je semblais bien sûr de moi et pour cause, je l'étais. Jamais mon amour pour elle ne pourrait faiblir je le savais et ça n'avait rien à voir avec l'imprégnation. Si avant je mettais tout sur le dos de ce bien grand mot qu'est « imprégnation », comme le fait de ne pas pouvoir se quitter à cause d'elle, qu'on était voués à finir nos jours ensemble par ce lien; aujourd'hui c'était différent. Si on est amenés à finir nos jours ensemble ce sera parce qu'on s'aime et non à contraints par l'imprégnation. Et même si elle renforce le lien qu'il y a entre nous, si mon cœur ne bat que pour elle désormais c'est par choix. J'ai choisis de l'aimer et ça fait bien toute la différence.
    Je l'aimais et je lui montrais encore par un baiser des plus délicats. Je me sentis alors déséquilibré en arrière. Simple déséquilibre sur la berge mouillée ou Milie qui m'avait poussé ? Allez savoir. Je finis alors le derrière posé sur le sol sans comprendre, les mains en arrière pour m'appuyer et les genoux remontés. Je regardais Milie qui souriait.

    JESSE « Fait attention, si tu te moque de moi ma vengeance sera terrible Princesse. »

    Mise en garde, ordre dissimulé ou menace ? Les trois ? XD Je sentais que Milie avait du mal à se retenir de rigoler et j'étais persuadé qu'elle n'était pas innocente dans l'histoire … Moi, juste incapable d'avouer que je m'étais vautré comme un gros pas doué ? Parfaitement. Je suis fort, habile et je tiens parfaitement en équilibre donc: je ne peux pas tomber sans y être aidé. Comment ça c'est nul comme démonstration, mais je vous zut !

    JESSE « Rigole et tu finis à la flotte Milie Black ! » dis-je avec un regard noir peu convainquant.

    Peu convainquant certes, mais il n'empêche que si j'ai pas le droit à un bisou pour me consoler illico presto elle finira bien dans l'eau ma chère et tendre. J'avais beau l'aimer de tout mon cœur ça ne m'empêchera pas de le faire. Elle avait son destin entre les mains, à elle de choisir: bisou ou aller dans l'eau … dur choix.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 1:40


    Comment peut-on savoir que c’est pour la vie ? je ne le savais pas. Je ne pouvais le confirmer et pourtant quelque chose au fond de moi me le faisait dire. Je ne pouvais pas prouver mon amour par des paroles mais je pouvais le montrer… Je ne pouvais l’affirmer et pourtant ça se voyait. Aujourd’hui je ne disais pas je t’aime à Jesse parce que je le devais. Je le disais parce que ça sortait du cœur. Je ne pouvais retenir ces trois mots trop longtemps en moi sans m’étouffer. Il fallait que ça sorte. Je l’aimais. De tout mon cœur… Il pouvait me demander n’importe quoi en cet instant je le ferais. Par amour… Pourrais-je renoncer aux Volturis dans ce cas ? Tout oui mais sauf ça… j’étais du genre très loyale quand je m’attachais. J’avais encore trop besoin d’eux. Ils étaient comme ma famille depuis deux ans. On n’efface pas deux ans par amour… Malheureusement pas. Non je voulais autre chose. Je voulais que Jesse renie ses origines et devienne comme moi. Que se passerait-il si un vampire le mordait ? Je voulais qu’il renonce à sa condition de loup pour être un vampire. Es-ce possible ? Je pensais que oui… S’il savait… Peut-être qu’il ne me tiendrait pas de cette façon dans ses bras… Mais nous n’en étions pas encore là. Eradiquer les loups sera pour un autre jour. Aujourd’hui je voulais simplement ressentir ce cœur battre malgré moi.

    Je le sentais plus enclin à me laisser dominer ce soir et j’en profitais un peu en l’embrassant passionnément. Je sentais ses mains posées sur mes hanches remontées de temps en temps dans mon dos pour finir leur course sur mes fesses. Comment avais-je pu dire non à ça dans le passé ? J’étais complètement sous son emprise physiquement. C’est comme s’il était fait pour moi… comme s’il ne pouvait pas y avoir meilleur geste. Il savait ce que je voulais et comment je le voulais sans même que je ne lui dise. Es-ce ça être en symbiose ? On finit par rouler sur l’herbe fraiche. Mon corps sur le sien… Le sien sur le mien… et vice versa. Je m’amusais à retourner sa domination en soumission. Je l’embrassais sans cesse. Je retrouvais une certaine innocence que j’avais perdue depuis trop longtemps. Il sacrifiait complètement ma raison… Condamnée par un seul regard, je lui appartenais en fait depuis la nuit des temps. Il me serrait dans ses bras tendrement. Il était plus doux que les dernières fois. Non pas que je m’en plaigne mais ça me faisait bizarre. J’avais pris l’habitude qu’il ne me demande rien ni ne me laisse le temps de rien. J’aimais cet état de fait. Le voir me prendre complètement et entièrement sans demander… J’adorais. Mais qu’il y aille doucement et qu’il ne me fasse pas que simplement l’amour rendait mon cœur encore plus vivant.

    En sous-vêtement dans ses bras, ne bougeant plus, j’éternisais ce moment dans ma mémoire comme un doux souvenir de mes sentiments en harmonie avec les siens. Il avait du mal à se retenir de m’embrasser de temps en temps par ci par là. Je ne pouvais m’empêcher de sourire. Je ne faisais pas attention à cette musique lointaine bien trop concentrée sur Jesse et ses pensées. Il se releva doucement m’entrainant au passage. Il me tendit la main. Que cherchait-il ?

    JESSE « Aurais-je l'honneur de vous offrir une danse belle demoiselle ? »

    Il prit ma main et m’entraina au rythme de la musique que j’apercevais enfin. Son corps n’hésita pas à rapprocher le mien très prêt. Sa tête se posa sur mon épaule frissonnante pour la première fois depuis trop longtemps. Il réanimait mon côté humain bien plus que je ne le pensais.

    JESSE « Je t'aime Milie Black et ça, ça ne changera jamais. »

    Black ? ça faisait si longtemps que je n’avais pas entendu ce nom. Je le détestais. Il me rappelait un passé douloureux. Je n’ai porté ce nom qu’avec des drames. Je ne le supporte plus. Je ne veux plus jamais le porter. Aujourd’hui j’étais une Volturi et même Jesse ne pourra le changer comme ça. Je me sentais bien mieux sous ce nom… Il m’embrassa. C’est là qu’on voit comme je suis faible. Sous un baiser j’oubliais vite sa faute de nom de famille… Je le sentis alors partir en arrière. Ce pas doué fini le cul sur le sol XD !!! Et sans mon aide pour une fois <3 ! Difficile de me retenir de rire. J’étais au bord de l’hilarité presque intérieurement. Je souriais malgré moi tentant de me contenir. Dur dur dur !

    JESSE « Fait attention, si tu te moques de moi ma vengeance sera terrible Princesse. Rigole et tu finis à la flotte Milie Black ! » dit-il avec un regard noir peu convainquant.

    Je savais que c’était à la fois une mise en garde, un ordre dissimulé et une menace. Et vous savez quoi ? ça ne m’empêcha pas d’éclater de rire XD A en pleurer !!!! J’en pouvais plus x) ! Fallait bien que ça sorte un jour XD !!! Il ne voulait pas reconnaitre que question équilibre c’est moi la plus forte dans notre couple <3 ! Et comment ça je devrais l’embrasser pour me faire pardonner de rire XD ?

    MILIE « Non seulement tu n’es pas doué, reconnait-le pour te casser la figure tout seul mais en plus je ne t’embrasserais pas tu en rêves bien trop… » dis-je en lui tirant la langue avant de me réfugier loin du lac et dans la forêt.

    C’est sans compter qu’il me suive… Je m’arrêtais au milieu d’arbre le laissant approcher. Il oubliait une chose. Il me maitrisait peut-être de corps à corps mais je restais son prédateur =p Je lui fis signe de venir à moi. Il ne s’en priait pas. Je dis alors d’une façon bien culotter en l’agrippant et l‘attirant à moi :

    MILIE « Ce n’est pas moi qui t’embrassera mais toi et tu sais pourquoi ? Tu es aussi faible que moi à ce jeu… »

    Mes lèvres avaient fini par frôler les siennes sous un temps bien trop sensuel et tentateur pour qu’il ne craque pas. Franchement ? C’était inhumain de le tenter de cette façon de tout mon corps. Mais je n’étais pas humaine et lui ne pouvait que céder alors que je me mordais les lèvres avec détermination…
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 1:43

    J'avais beau lui faire tout les regards noirs que je voulais ça n'avait pas l'air de la perturber plus que ça. Bon ok, je m'étais vautrer comme un boulet, mais ça va pas besoin de rigoler pendant trois plombes non plus ! Eh Ho ! Ca y est, tu peux t'arrêter maintenant ! Maieuuuuh ! >.< Elle avait intérêt à m'embrasser dignement pour se faire pardonner sinon je la bouderai jusqu'à la fin de ses jours et elle le regrettera !

    MILIE « Non seulement tu n’es pas doué, reconnait-le pour te casser la figure tout seul mais en plus je ne t’embrasserais pas tu en rêves bien trop… »

    Elle me tira la langue et s'empressa de fuir bien loin. Aurait-elle peur de finir dans l'eau ? Je finis par afficher un sourire en coin * Je t'aurai Milie, crois moi. * Je me releva aussitôt, sans tomber > Clap clap ! (applaudissements) et je la suivis de près. Si elle croyait se débarrasser de moi comme ça elle se mettait le doigt dans l'œil ! Je voulais mon bisou et je l'aurai ! Elle s'arrêta au beau milieu de la forêt et me laissa m'approcher dangereusement d'elle. Capitulerait-elle enfin ? Ouh la faible ! ;p Elle me fit accélérer d'un signe de la main et comme si j'étais encore trop lent pour elle, elle m'attrapa et m'attira on ne peut plus près d'elle.

    MILIE « Ce n’est pas moi qui t’embrassera mais toi et tu sais pourquoi ? Tu es aussi faible que moi à ce jeu… »

    Ses lèvres frôlèrent les miennes sans les toucher pour autant. C'était de la pure tentation, injuste. * C'est traitre ça Mademoiselle. * Je me mordis les lèvres, résistant à l'envie de lui attraper les siennes. Si moi j'étais faible, elle l'était aussi et elle le savait. Autant l'un que l'autre, on était dépend de l'autre. Je ne pouvais lui résister et elle ne pouvait me résister, mais aucun des deux ne voulait céder et Dieu seul sait à quel point on est têtus tous les deux quand on le veut ! J'affichais un sourire en coin tel un prédateur et, entrant totalement dans son jeu, mes lèvres frôlèrent à leur tour les siennes. J'entendais bien que je n'étais qu'un pâle imitateur et ça ne me flattait pas vraiment. Mes lèvres frôlaient les siennes sans les toucher lorsque je la recula d'un coup pour la plaquer contre l'arbre le plus proche et coller mon corps tout contre le sien. Elle était douée à ce jeu, mais je l'étais aussi et j'avais bien l'intention de le lui montrer: elle était à moi et c'était moi qui menait la danse (sans doute le côté loup dominateur qui refait surface).
    Mes mains caressaient chaque parcelle de son corps, mes lèvres dégustait sa peau comme un plaisir rare car oui, je m'étais interdis de toucher ses lèvres avec les miennes, mais pas de lui déposer des baisers autre part. De plus, on était toujours en sous vêtements, aussi je n'avais rien qui me gênait. Je déposais des baisers dans son cou, puis sur ses épaules nues, je variais sans cesse. Et voilà que celui ci était au coin de ses lèvres. Lequel de nous deux allait céder ? Elle ? Je n'en étais plus si sûr. Je voulais résister, mais j'avais du mal … après tout, Blanche Neige n'a pas résister à la pomme alors pourquoi moi je le ferais ? Je m'en fiche d'être traité de faible, ses lèvres étaient trop désirables. J'étais à quelques millimètres d'elles et je regardais celle qui détenait mon cœur en otage, dans les yeux. Son regard me suppliait presque de capturer ses lèvres et d'en finir avec ce supplice insupportable. Je ne tarda plus à parcourir ces quelques millimètres pour lui offrir un baiser passionné, un baiser qu'elle finit par me rendre. Est-ce qu'elle pensait encore à ce défis stupide ? Aucune idée, mais moi je n'y pensais plus, c'était un fait certains. Tout ce que je voulais en ce moment c'était de l'embrasser sans m'arrêter, ce que je faisais avec une grande classe.
    Mes doigts jouaient sur sa peau, la chaleur montait. Je n'étais pas une bête, j'étais aussi délicat que possible, mais j'étais un homme avant tout et un homme avec des envies. Et là, celles qui trottaient dans ma tête je ne vous ferais pas de dessin pour vous les exprimer. Je sentais ses jambes autour de ma taille, j'aimais ça. Le tronc n'était pas des plus confortables, bien au contraire. J'eus à peine le temps de lui susurrer un « Pas ici. » dans son oreille, que je la portais déjà. La remmenant du côté du lac en l'embrassant autant que faire se peut.
    Il ne me fallut que quelques secondes pour parcourir la distance et la déposer doucement sur nos habits que j'avais chopper au passage pour les poser sur le sol. Qui a dit que l'homme n'était pas capable de faire plusieurs choses à la fois ? Et bien c'était faux, la preuve.
    Plus la chaleur montait, moins on était habillés, et comme on ne l'était pas beaucoup au départ on finit bien vite nus l'un contre l'autre. Est-ce que c'était raisonnable de le refaire encore et en particulier de le faire ici en sachant que c'est à la vue de tout le monde ? Sûrement pas, mais la raison m'avait fait passer à côté de bien trop de chose pour que je daigne l'écouter désormais.
    Je sentis ses ongles dans mon dos alors que je m'appliquais à être le plus délicat possible.

    J'étais allongé à ses côtés, elle dans mes bras tout contre moi. Je déposa un baiser sur son front avant de prendre sa main de ma main libre et d'entrelassé mes doigts dans les siens. Je déposa un baiser sur sa main en souriant.

    JESSE « Je crois que j'ai perdu le pari ... »

    Ça c'était le moins qu'on puisse dire xD.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

★ je suis Invité





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   Lun 20 Déc - 21:50




Il n’y a pas de moi sans toi…
Comment puis-je imaginer la suite sans toi…
Prend-moi toute entière…
Corps et âme, gravant sur une pierre,
La façon dont je peux t’aimer
Pour l’éternité…



Je ne voulais pas céder preuve de ma détermination et pourtant je peux vous assurer qu’il me faisait complètement craquer. J’espérais au fond de moi qu’il soit plus rapide que moi. Plus quelques secondes et je ne tiendrais plus moi-même. Après tout je ne l’aimais pas pour rien. Je ne savais pas lui résister très longtemps ou simplement par jeu et encore ! Je ne comprenais pas comment j’avais pu faire dans le passé… J’avais été si butée et si aveugle ! Je l’aimais… Depuis toujours… Aujourd’hui c’était une évidence. Juste lui et moi… plus personne ne nous séparera à part nous même. J’en faisais la promesse. J’étais loin d’imaginer que malheureusement c’est encore une promesse que je ne saurais tenir dans un futur proche. Et pourtant comment imaginer être loin de lui ? Je savais que je ne pouvais être entièrement moi que si j’étais prêt de lui. Sans son cœur, ses bras, ses lèvres je ne pouvais être que l’ombre de moi-même sans sentiments, sans ressentis, sans âme… Au fond il détenait tout de moi. C’était si facile loin de lui de perdre cette raison. Mon cœur ne vivait plus loin de lui… C’était bien plus simple alors de renoncer à mon humanité loin de lui. Mais avec lui tout changeait… Je redevenais moi. C’est comme si loin de lui je devenais ma propre ennemie incapable de prendre les bonnes décisions pour moi. Me fallait-il Jesse pour arriver à me recentrer totalement ? Me fallait-il sa présence pour retrouver le droit chemin. Je connaissais déjà la réponse à cette question avant même d’avoir eu à quitter Forks. La déraison s’emparait de moi à chaque fois que je me trouvais loin de lui… Comme si je ne pouvais exister à part entière sans lui. Il ne pouvait pas y avoir de moi sans lui… Je le sentais. Je le vivais dans mon cœur qui se ranimait à chacun de ses baisers.

Mes lèvres frôlèrent les siennes dans un besoin d’amour intense. Je ne pouvais plus me défaire de lui… C’était traitre de ma part de le tenter ainsi ? Mais ce n’était pas plus traitre que de m’obliger à reconnaitre mon amour pour lui. Je souriais légèrement désireuse de l’embrasser plus que tout. Il résistait… Ce sourire au coin de ses lèvres allait finir par me faire craquer. Ses lèvres frôlaient de nouveau les miennes. Le supplice était intense… jouissif. Il me plaqua alors sans prévenir contre un arbre pas loin de nous. Son corps contre le mien fit monter d’un cran l’adrénaline au fond de mon cœur. Jesse n’avait pas tort… Je lui appartenais, entière. Je le sentais plus différent que dans le passé. Son côté bestiale prenait le dessus sans pour autant me déplaire. Ses mains caressaient mon corps et ses lèvres parcourait ma peau de baiser. Mon corps brûlait complètement. J’allais finir par enflammer ce pauvre arbre à moi toute seule. Le baiser dans le cou fut comme un ultimatum déclenchant en moi une trop forte vague de plaisirs. Il embrassait mes épaules puis le coin de mes lèvres. Faites que tout cesse. Je voulais l’embrasser ! Maintenant, tout de suite là ! Il me regarda enfin dans les yeux. Je craquais. Complètement… Je le suppliais du regard de céder… qu’il en finisse avec cette douce torture. Je n’en pouvais plus. Qu’il sacrifie une fois de plus ma raison… Qu’il me condamne à être complètement à lui. Je voulais partager ça une fois de plus avec lui. Je ne pouvais plus m’en passer. Ses lèvres gagnaient les miennes dans un immense soulagement. Sa passion était mienne. Je lui répondis aussi sec en posant mes mains dans sa nuque et ses cheveux, collant encore plus si c’était possible, mon corps contre le sien. Je sentais sa chaleur m’entourer. Il était brûlant… Moi qui avais fini par monter de quelques degrés aussi n’étais pourtant pas capable encore d’atteindre cette chaleur qu’il possédait. J’oubliais à ce moment ce stupide défi que j’avais moi-même lancé. Je ne voulais plus qu’une chose : lui.

Il ne quittait plus mes lèvres. J’en faisais de même. Ses mains sur mon corps étaient comme une délivrance. Par amour en cet instant précis j’aurais été capable de n’importe quoi. J’aurais pu même tout lâcher si Jesse me l’avait demandé. Je ne pensais plus qu’à nous. Je n’étais vraiment plus sur terre il fallait l’avouer. Sur mon petit nuage je ne pensais pas aux conséquences une fois de plus de mes gestes. Sa délicatesse libérait en moi quelque chose que je ne pouvais ressentir avec un autre. Ce sentiment de revivre… D’être de nouveau humaine… Mes jambes glissèrent autour de sa taille comme pour accélérer le pas. Oui j’adorais faire durer les choses mais c’était bien connu, je n’étais pas d’une réelle grande patience =p !

JESSE « Pas ici. »

Sa voie dans mon oreille me donna des milliers de frissons… Il m’emmena loin de cet arbre plus du côté du lac sans quitter mes lèvres. Il me déposa alors sur nos affaires qu’il avait étalées au passage comme pour faire une couverture. Je finis très vite nue tout comme Jesse. Quoi xD ? C’est pas ma faute si j’aime bien avoir ma peau sans séparation par un tissu avec celle de Jesse ! Je me sentais en sécurité dans ses bras. Je le laissais complètement prendre possession de mon corps alors que mes mains se posèrent dans son dos. Il me dominait complètement et pour la première fois je n’en ressentais aucune gêne, y prenant même un peu trop de plaisirs si vous voulez mon avis. Serais-je que j’acceptais enfin de rendre la place du dominateur à Jesse. Cette nuit oui… Mais pas dit que ce soit éternel. Je restais encore bien trop instable. Ses lèvres ne quittaient toujours pas les miennes et enfin je le sentis partager mon corps passionnément. J’en avais des frissons jusqu’au bout des doigts, les rétractant sur son dos. Ma langue avait le goût de sa vertu. Je tremblais de tout mon corps, mon cœur complètement à nu. Ses doigts glissaient contre ma peau. Si le plaisir avait été intense tout à l’heure il atteignait son paroxysme en ce moment. Je me sentais complètement emporter…



Allongée dans ses bras je ne bougeais plus les yeux fermés. Il déposa un baiser sur mon front avant de prendre ma et entrelacer mes doigts. Il déposa un autre baiser sur cette main tout en souriant. Je finis par en faire autant. Inutile d’avoir les yeux ouverts pour voir son sourire. Je le sentais dans ses pensées… Il me faisait état de sa défaite. Je lui disais par la pensée qu’on était deux… S’il n’avait pas craqué je l’aurais fait. Je continuais alors à rester comme ça sans un mot pendant plusieurs minutes et même heures jusqu’à ce que le soleil se lève doucement. Je me redressais alors et dans un dernier baiser je choppais mes affaires pour me rhabiller. Il en fit de même. Une fois tous les deux revêtus je me glissais dans ses bras tendrement. Il ne manqua pas de me serrer tout contre lui.

MILIE « Je t’aime… » *Ne l’oublie jamais…*

J’inspirais avant de me séparer de lui. Ça avait l’air d’un adieu et je le sentais dans son cœur cette inquiétude que je parte réellement de nouveau. Je baissais les yeux avant de dévier le regard en souriant.

MILIE « j’ai encore tant de choses à accomplir… » Je reportais enfin mon regard sur lui. « Mais je n’ai pas dit que j’allais devoir te mettre de côté pour autant. Comment faire sans toi ? C’est impossible… »

Ce fut mes dernières paroles avant de devoir me séparer de lui. Il savait tout comme moi que ce n’était pas un adieu à moins que le destin ne s’en mêle… Ne me retenait-il pas ? pourquoi faire ? Il savait que je ne pouvais rester avec lui comme ça. Il fallait que de nos deux côtés on règle encore trop de choses. J’espérais alors pouvoir trouver une solution et conjuguer amour et pouvoir… J’étais encore trop jeune pour comprendre que c’était impossible. Combien de temps Jesse acceptera le côté assassin de mon âme sans vouloir m’en empêcher et m’écarter de lui ? Un modificateur et un vampire… c’était contre nature. Combien de temps allais-je mettre avant de comprendre que je n’étais qu’une hybride… ni vampire ni humaine… Je m’éloignais alors de lui restant au fond de mon cœur, malgré moi, une enfant…
Revenir en haut Aller en bas




★ je suis Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quand un coeur éteint décide de se réanimer...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand un coeur éteint décide de se réanimer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD'S FISHED ℘ que la guerre commence... :: L'Apocalypse :: les oubliettes :: ⚡ RPG -saison 1&2--
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit